L’énigme climatique

0
67

Le sommet de la COP26 est maintenant terminé et la question demeure, où allons-nous à partir d’ici ?

Bien que des progrès aient été accomplis – un « grand pas en avant » a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson et peut-être même « une réalisation historique » a vanté le président de la COP26, Alok Sharma – nous pouvons maintenant voir, avec une grande clarté, le long chemin qui nous attend pour restaurer le sécurité de notre planète.

Le défi fondamental n’est pas l’échec de nations, d’institutions, d’entreprises ou d’organisations civiles en particulier, mais plutôt l’interaction entre nos systèmes économiques, politiques et sociaux, qui génère des résultats environnementaux incompatibles avec l’objectif de 1,5 degré Celsius. La prospérité économique et la réussite politique se sont dissociées de la prospérité sociale et environnementale.

La nature systémique du problème est également souvent négligée. Les décideurs politiques pensent souvent en termes de silos ministériels. Les chefs d’entreprise croient souvent qu’ils peuvent résoudre le problème par eux-mêmes en recherchant la valeur des parties prenantes. La littérature économique regorge d’histoires inspirantes d’entreprises vertes qui représentent « une lueur d’espoir ». Les investisseurs abordent eux-mêmes le problème en décarbonant leurs portefeuilles. Les consommateurs essaient de changer le monde en adoptant des habitudes respectueuses de l’environnement. Le raisonnement sous-jacent est que « chaque petit geste compte », « chaque voyage se fait pas à pas » et « le tout est la somme des parties ». Bien que cela puisse avoir de la valeur, nous devons comprendre que, étant donné l’ampleur du problème à résoudre, le tout peut être supérieur à la somme des parties.

Remarquablement, nous savons ce qui doit être fait pour parvenir à une mobilisation collective, puisque nous avons observé ce que les gens font lorsqu’ils atteignent avec succès des objectifs collectifs (tels que l’établissement de systèmes d’irrigation, l’entretien des bassins d’eau souterraine et la protection des forêts et des zones de pêche). Sur cette base, la lauréate du prix Nobel Elinor Ostrom a formulé huit principes de conception de base (CDP) pour la gestion de leurs communs, qui ont été généralisés à tous les biens collectifs, tels que la réduction des émissions. Appliquons ces principes pour dériver les conditions d’une action climatique efficace.

Identité et objectif partagés (CDP 1). Arrêter le réchauffement climatique est un objectif intrinsèquement mondial puisque les gaz à effet de serre (GES) émis partout affectent les gens partout. Ainsi, nous devons développer un sentiment d’identité partagée concernant cet objectif, en tant que membres d’une humanité commune s’efforçant de protéger notre planète. Arrêter le réchauffement climatique devrait devenir une obligation morale de chacun – politiciens, hommes d’affaires, civils –, de la même manière que nous en sommes venus à considérer l’abolition de l’esclavage comme une valeur morale universelle.

La COP26, avec les autres forums internationaux sur l’action climatique, n’est pas engagée dans la promotion d’une identité et d’un objectif communs en matière d’action climatique. Au lieu de cela, les intérêts nationaux s’opposent naturellement les uns aux autres dans les négociations sur le climat. Ce n’est pas une coïncidence malheureuse; la structure des négociations – autour des gouvernements nationaux en tant que parties à la « Conférence des Parties » (COP) – rend ce résultat inévitable. Les politiciens de ces pays ne visent pas non plus à promouvoir une identité humaine partagée en ce qui concerne l’action climatique.

Répartition équitable des coûts et des avantages (PDC 2). Nous savons que si tous les pays et tous les peuples du monde coopéraient à l’action climatique, conformément à leurs capacités et à leurs besoins, nous et toutes les générations futures serions mieux lotis. Mais cette possibilité ne suffit pas. L’élaboration des politiques doit garantir que les coûts et les avantages de l’action climatique sont réellement répartis de manière à améliorer la situation de chacun. Ce principe devrait guider les négociations sur le climat entre pays développés et pays en développement, ainsi que l’élaboration des politiques au sein de chaque pays.

Mais ce principe n’est pas à la base des négociations de la COP. Au contraire, il y avait une consternation prévisible lorsque les intérêts nationaux étaient poursuivis au détriment des autres, comme lorsque la Chine et l’Inde ont édulcoré le libellé du Pacte climatique de Glasgow de « élimination progressive » du charbon à une « élimination progressive » du charbon, ou lorsque le les nations riches ont refusé de payer pour un fonds autonome pour aider à payer les dommages causés par le changement climatique dans les pays pauvres.

Le même problème existe à l’intérieur des pays. La plupart des experts s’accordent à dire qu’une décarbonation efficace nécessiterait un prix mondial du carbone aligné sur l’Accord de Paris. Puisqu’une tonne de carbone émise n’importe où cause les mêmes dommages à l’environnement, il est logique que tout le monde soit confronté au même prix du carbone. Cela éviterait le problème des « fuites de carbone », qui se produisent lorsque les réductions d’émissions de carbone dans un pays entraînent une augmentation des émissions de carbone dans un autre pays. Il en va de même pour les entreprises. Le chef de BlackRock, Larry Fink, a qualifié les fuites de carbone entre les entreprises publiques et privées de « le plus grand arbitrage sur les marchés des capitaux de ma vie ».

Mais la mise en place d’un prix mondial du carbone, par exemple par le biais de taxes sur le carbone ou d’échanges de droits d’émission, peut être socialement insoutenable. Les classes pauvres et moyennes peuvent avoir du mal à payer les prix des biens et services à forte intensité de carbone qui en résultent. La baisse de l’emploi qui en résulte dans les secteurs à forte intensité de carbone peut laisser les travailleurs sans emploi et conduire à l’implosion des communautés locales. Bien que la déresponsabilisation et la perte de cohésion sociale qui en résultent n’apparaissent pas dans nos statistiques du PIB, elles constituent néanmoins des coûts importants de l’action climatique. Les négociations de la COP26 leur ont accordé une attention explicite insuffisante.

De plus, la tarification mondiale du carbone peut saper notre motivation intrinsèque. Après tout, si les émissions de carbone conduisent à la destruction naturelle et à la mort, alors émettre du carbone devrait être considéré comme immoral et les émissions de carbone devraient être déclarées illégales. Dans ce cas, des amendes plutôt que des taxes ou des ventes de droits d’émission seraient plus appropriées.

Ensuite, une action climatique réussie exige prise de décision juste et inclusive (CDP 3), afin que toutes les nations et tous les groupes sociaux soient impliqués dans les décisions qui les concernent. Pour cela, nous avons besoin d’un rajeunissement de la démocratie participative en matière d’action climatique. Cela ne signifie pas que toutes les nations et tous les groupes sociaux doivent prendre leurs décisions par consensus. Il y a place pour une grande variété de règles de prise de décision – des majorités qualifiées aux coalitions de volontaires – tant que les groupes concernés sont impliqués dans le processus d’élaboration des règles. Les manifestations massives de la COP26 témoignent clairement qu’un processus aussi juste et inclusif n’a pas été atteint.

En fait, la critique la plus importante du processus de la COP26 de la part des groupes civils est l’exclusion du système de ceux sans doute les plus touchés par la catastrophe climatique imminente. Ceux qui occupent des postes de pouvoir (généralement les hommes âgés, blancs et favorisés) ont tout intérêt à ce qu’il en soit ainsi. Cela signifie que les personnes les plus touchées, généralement les jeunes des pays en développement et des cultures marginalisées, sont impuissantes, même s’ils ont souvent la perspicacité, les connaissances locales et, surtout, le sentiment d’urgence qui découle de la perspective de faire face aux problèmes les plus immédiats. conséquences. La COP26 est loin du processus de prise de décision juste et inclusif qui est demandé.

Après s’être mis d’accord sur les règles de prise de décision, une action climatique réussie nécessite la mesure et la communication de résultats clairs, année après année, permettant à la suivi des actions convenues (CDP 4) et récompenses graduées pour des actions utiles et sanctions graduées pour les inutiles (CDP 5).

Au-delà, le processus d’action climatique nécessite mécanismes de résolution des conflits rapides et équitables (CDP 6), avec l’aide de médiateurs impartiaux de confiance. Les autorité pour s’autogouverner (CDP 7), via le principe de subsidiarité, devrait être reconnu au niveau supranational, dans tous les forums et organisations internationaux pertinents.

Enfin, la mise en œuvre réussie des principes ci-dessus exigera gouvernance polycentrique (CDP 8), où plusieurs niveaux d’organes directeurs – aux niveaux international, national, régional et local – interagissent pour conclure et appliquer des accords de manière cohérente. Ainsi, les politiques nationales restent conformes aux accords internationaux, et de même pour les niveaux infranationaux.

Inutile de dire que répondre à toutes ces exigences est une tâche ardue, nécessitant un changement systémique. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que cela se produise du jour au lendemain. Mais ce que les peuples du monde – et nos générations à naître – ont le droit d’attendre de nous, c’est que nous essayions.

Il est désormais grand temps de relever le défi de la transformation de notre système socio-politico-économique, dans le but de réconcilier prospérité économique et politique et prospérité sociale et environnementale. Dans les grandes lignes, nous savons ce qu’il faut faire. Notre monde naturel ne nous donne pas beaucoup plus de temps pour le faire.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici