L’enquête sur le meurtre d’Abu Akleh progresse, mais lentement | Conflit israélo-palestinien

0
165

Un mois s’est écoulé depuis que les forces israéliennes ont tué la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh alors qu’elle effectuait un reportage en Cisjordanie occupée, provoquant l’indignation mondiale.

Son assassinat, alors qu’elle portait un gilet de presse et un casque clairement marqués, a été suivi de nombreux appels à une enquête approfondie et indépendante par des politiciens et des organisations de défense des droits humains.

Trente jours plus tard, la pression pour une enquête internationale sur le meurtre progresse, quoique lentement.

Le 26 mai, Al Jazeera Media Network, basé au Qatar, a annoncé qu’il avait chargé une équipe juridique de renvoyer l’affaire Abu Akleh à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Dans un communiqué, Al Jazeera a déclaré qu’elle “suivra toutes les voies pour obtenir justice pour Shireen et veillera à ce que les responsables de son meurtre soient traduits en justice et tenus responsables devant toutes les plateformes et tribunaux judiciaires internationaux”.

La coalition juridique d’Al Jazeera prépare actuellement un dossier qui sera soumis au procureur en chef de la CPI, Karim Khan.

L’Autorité palestinienne (AP) a également officiellement demandé à la CPI d’enquêter sur la mort d’Abu Akleh.

Indépendamment de la CPI, des appels sont en cours pour une enquête immédiate et indépendante, d’autant plus que toute enquête de la CPI prendra du temps à se conclure.

Blinken a soutenu une enquête “indépendante”

Les responsables aux États-Unis ont cependant rejeté les demandes d’ingérence extérieure, affirmant initialement qu’Israël “a les moyens et la capacité” de mener sa propre enquête. Le président américain Joe Biden a également récemment insisté sur le fait qu’Israël devrait être la partie menant l’enquête.

Le 8 juin, le secrétaire d’État américain Antony Blinken, apparaissant lors d’un événement à Los Angeles, a légèrement dévié et a déclaré qu’il soutenait une enquête “indépendante” sur le meurtre.

Lorsqu’un journaliste lui a demandé pourquoi il n’y avait eu “absolument aucune répercussion” pour Israël sur le meurtre d’Abu Akleh, Blinken a déclaré : “Nous recherchons une enquête indépendante et crédible. Lorsque cette enquête aura lieu, nous suivrons les faits, où qu’ils mènent. C’est aussi simple que ça.

Blinken a affirmé que les faits de l’affaire “n’ont pas encore été établis”.

Et ce malgré de multiples témoignages et enquêtes par des médias et des groupes de défense des droits qui ont conclu qu’Abou Akleh avait été tué par les forces israéliennes.

Le réseau Al Jazeera Media Network a déclaré peu après l’incident du mois dernier que le journaliste avait été “assassiné de sang-froid” par les forces israéliennes.

Israël ne lancera pas d’enquête criminelle

Des témoins, des collègues et d’autres journalistes présents sur les lieux ont déclaré que c’était une balle israélienne qui l’avait tuée et qu’il n’y avait aucune autre source de feu sur les lieux, contredisant les premières affirmations des responsables israéliens selon lesquelles elle aurait pu être tuée par des Palestiniens.

Israël a changé sa version de l’incident à plusieurs reprises, allant de la négation des allégations à l’accusation du meurtre par des tirs égarés de combattants palestiniens, en passant par l’admission qu’un soldat israélien aurait pu tirer par erreur sur Abu Akleh.

Le procureur militaire israélien a d’abord demandé à l’armée de mener une enquête approfondie, avant que les médias israéliens ne rapportent que l’armée n’envisageait pas d’ouvrir une enquête criminelle.

L’Autorité Palestinienne a conclu son enquête le 26 mai, affirmant qu’elle montrait que les forces israéliennes avaient délibérément tiré sur le journaliste vétéran.

Des responsables ont déclaré qu’une autopsie et un examen médico-légal menés à Naplouse après la mort d’Abou Akleh ont montré qu’elle avait été abattue par derrière, indiquant qu’elle tentait de fuir alors que les forces israéliennes continuaient de tirer sur le groupe de journalistes.

Les Palestiniens ont refusé de remettre la balle qui a tué Abu Akleh à Israël, disant que les Israéliens avaient montré qu’on ne pouvait pas leur faire confiance avec les preuves.

Au cours de l’attaque, un autre journaliste d’Al Jazeera, Ali al-Samoudi, a également été blessé après avoir reçu une balle dans le dos. Il a depuis récupéré.

Les Palestiniens continuent de pleurer Abu Akleh, un correspondant à l’antenne largement connu et respecté qui est devenu célèbre il y a deux décennies, lors de la deuxième Intifada, ou soulèvement, en 2000.

Abu Akleh a rejoint Al Jazeera un an après son lancement, en 1997. Elle a documenté les dures réalités de la vie sous l’occupation militaire israélienne pour les téléspectateurs du monde arabe.

Le jour de ses funérailles, les forces israéliennes ont pris d’assaut le cortège et ont commencé à battre les personnes en deuil, obligeant les porteurs à presque laisser tomber son cercueil, suscitant une condamnation mondiale.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/11/investigation-abu-akleh-killing-progressing-slowly

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire