Nous échouons les survivants de la violence domestique

0
36

Maintenant que le verdict du procès Depp-Heard est tombé, le spectacle médiatique de l’affaire pourrait enfin commencer à s’estomper.

Mais l’impact restera avec nous pour les années à venir. Au cours des dernières semaines, Internet est devenu une plate-forme toxique pour les victimes de violence domestique alors que les gens banalisaient, harcelaient et menaçaient Amber Heard.

En tant que travailleuse sociale qui travaille avec des victimes de violence fondée sur le sexe, j’entends souvent à quel point il est difficile pour mes clients de se manifester parce qu’ils craignent que personne ne les croie. La honte très publique de Mme Heard pourrait aggraver la situation.

Aux États-Unis, 1 femme sur 4 et 1 homme sur 10 sont victimes de violence sexuelle, de violence physique et/ou de harcèlement par un partenaire intime. Ces statistiques indiquent que chacun d’entre nous vivant dans ce pays connaît au moins une personne qui a subi un type de violence conjugale.

Dans le comté de Fairfax, en Virginie, où le procès a eu lieu et où résident de nombreux survivants que je sers, nous avons constaté une augmentation du nombre d’appels aux forces de l’ordre au sujet d’abus – et de la gravité de ces abus – pendant la pandémie.

Mme Heard a peut-être les moyens de se protéger elle-même et sa famille après toute cette épreuve, mais la plupart des survivants que je sers n’en ont pas. Après avoir vu ce qui s’est passé dans cette affaire, beaucoup peuvent se sentir découragés de dénoncer leurs agresseurs.

Donc, si vous partagez des mèmes ou des blagues se moquant d’un survivant qui a témoigné devant le tribunal, demandez-vous s’il vous plaît : et si l’un de vos proches était victime de violence domestique ? S’ils voyaient votre “blague”, se sentiraient-ils en sécurité pour vous contacter quand ils en ont le plus besoin ?

Le traitement de Heard par le public encourage la notion préjudiciable selon laquelle les survivants doivent correspondre à un moule spécifique pour être crédibles. Il n’y a pas de « victime parfaite », ou une façon de réagir lorsqu’on a subi de la violence et des traumatismes. Les gens gèrent les traumatismes différemment.

Au cours de ce procès, de nombreux téléspectateurs ont simplement usurpé les rôles de psychologues cliniciens et médico-légaux, d’experts juridiques et de jurés.

Avant même la fin de l’essai, les utilisateurs des médias sociaux étaient rapides et désireux de diagnostiquer Mme Heard avec la schizophrénie, le trouble bipolaire et le trouble de la personnalité borderline, entre autres – un traumatisme encore plus stigmatisant pour les survivants et ceux qui vivent avec des problèmes de santé mentale.

Ce récit va à l’encontre des progrès qui ont permis aux survivants de signaler leurs abus, de demander de l’aide et de se dresser contre leurs agresseurs.

Ce procès a démasqué certaines des pires compulsions de notre société. Les personnes qui s’identifient comme survivantes de la violence domestique peuvent attester de la toxicité des mèmes, hashtags, vidéos et commentaires qui ont été partagés.

Nous laissons tomber toutes les personnes qui ont lutté contre la violence domestique – non seulement les femmes mais aussi les hommes, les enfants et les personnes queer et non binaires. Ce procès a peut-être très bien convaincu certaines personnes qui souffrent en silence que le coût de la prise de parole et de la recherche d’aide est trop lourd à supporter.

Nous devons être plus sympathiques et nous assurer que nous créons un espace où les personnes qui comptent pour nous se sentent en sécurité pour partager leur vérité quand cela compte le plus. Nous devons nous soucier davantage et juger moins. Nous devons faire mieux.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/we-are-failing-survivors-of-domestic-violence/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire