Les alternatives de sécurité publique non policières fonctionnent. Le programme STAR de Denver le prouve.

0
154

Le récent rappel du procureur de district progressiste de San Francisco, Chesa Boudin, a ravivé un récit médiatique selon lequel l’approche de la gauche en matière de sécurité communautaire – à savoir le financement de la police pour financer des alternatives de première intervention non policières et des programmes sociaux stabilisateurs plus larges – est impopulaire et inefficace. Alors que la nation est sous le choc du massacre d’Uvalde, au Texas, le rappel de Boudin a été intégré à une conversation plus large sur la façon dont l’Amérique traite le crime. Malheureusement, mais sans surprise, les médias et les politiciens ont profité de ces occasions pour critiquer les demandes de la gauche de mettre fin à la sur-police, beaucoup appelant même à augmenté police.

Mais alors que les partisans de «plus de flics = rues plus sûres» ignorent l’adage séculaire sur «la définition de la folie», STAR – une nouvelle unité de santé comportementale à Denver, Colorado – prouve le potentiel des unités d’intervention d’urgence non policières. Et bien qu’il s’agisse de rendre Denver plus sûr, STAR fonctionne également comme un point de preuve crucial pour la gauche. Le programme de Denver n’est pas hypothétique : il est réel et il démontre que les politiques que nous proposons sont sûres, réalisables et efficaces.

L’équipe de soutien assistée de Denver (STAR) est une unité d’ambulanciers et de cliniciens en santé comportementale qui répond aux appels au 911 impliquant «des personnes en proie à des crises liées à des problèmes de santé mentale, à la pauvreté, à l’itinérance et à la toxicomanie». Le programme a débuté en 2020 avec seulement un personnel de deux personnes et une seule camionnette. Mais depuis des débuts modestes et malgré des ressources limitées, STAR a livré des résultats prometteurs.

Un rapport récent de l’Université de Stanford montre à quel point STAR est efficace pour répondre aux problèmes de santé mentale et de comportement. Au cours de ses six premiers mois, les districts d’exploitation de STAR ont enregistré une baisse de 34 % de la criminalité de faible niveau, ce qui s’est traduit par environ quatorze cents cas d’intrusion, de consommation de drogue, de vols mineurs et d’autres délits non violents en moins.

“La réduction de la criminalité mise en évidence dans l’étude montre que nous abordons les problèmes de santé mentale et comportementale de manière réelle, grâce à une réponse alternative”, a déclaré Emily Williams, directrice des communications du Département de la santé publique et de l’environnement de Denver. jacobin. « STAR fournit un soutien réactif en matière de santé mentale et comportementale de la part de cliniciens agréés. La police n’est pas censée fournir ces soins et son temps est plus efficace pour gérer d’autres problèmes de sécurité publique.

Et tandis que le coût ne devrait jamais empêcher une communauté de poursuivre une politique de sécurité humaine, le succès fiscal de STAR protège contre les attaques inévitables des opposants politiques et des syndicats de police. Avec un coût par appel estimé à 151 $, une réponse de STAR coûte moins de 25 % d’une réponse du service de police de Denver (le coût moyen par appel de DPD est de 646 $). Bref, la STAR est plus efficace et moins coûteuse que la police.

En tant que solution éprouvée aux problèmes les plus immédiats de la ville, le conseil municipal de Denver a voté en février pour étendre STAR avec un financement supplémentaire de 1,4 million de dollars. Actuellement, le programme se compose de six équipes opérant entre 6 h et 22 h, avec l’objectif ultime d’établir dix équipes travaillant 24 heures sur 24.

Le succès de STAR, et la reconnaissance de ce succès par l’instance dirigeante, est une victoire massive pour Denver. L’itinérance, ainsi que les problèmes de santé mentale et de toxicomanie qui en découlent, est le problème le plus visible et le plus urgent dans la Mile High City. Malgré des budgets de police en constante augmentation, Denver maintient un taux de criminalité supérieur à la moyenne, en grande partie en raison d’une dépendance non traitée, de problèmes de santé mentale et de l’itinérance. STAR est l’occasion de remédier à cet état de fait en apportant aux gens l’aide dont ils ont besoin – un professionnel de la santé qui peut fournir des soins, pas un flic avec une main déjà sur son arme.

Les socialistes devraient porter cette victoire bien au-delà du Colorado. Les antécédents du programme sont un antidote parfait aux réactionnaires qui se moquent de la demande de financement de la police comme un appel à l’anarchie sans loi. Non seulement STAR rend Denver plus sûr, mais il offre à la population américaine – que nous devons convaincre de voter pour de véritables politiques de promotion de la sécurité au lieu de celles qui perpétuent la violence policière et l’incarcération de masse – un exemple tangible de la façon dont les programmes de sécurité communautaire non policiers amélioreront leur des vies.

En mettant en valeur le succès de STAR, nous pouvons ébranler le culte de la sur-police et jeter les bases de politiques qui réellement prévenir le crime en éliminant sa source : la pauvreté, et tout le chaos social qu’elle entraîne. Lorsqu’elles sont utilisées conjointement avec des programmes sociaux solides tels que l’augmentation du financement de l’éducation, des logements sociaux, des centres de santé communautaires, etc., les unités de santé comportementale non policières comme STAR ont la possibilité de réduire considérablement, voire d’éliminer, la criminalité liée à la pauvreté.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire