Les Américains doivent exiger une enquête indépendante sur le meurtre de Shireen Abu Akleh

0
48

Shireen Abu Akleh était une correspondante chevronnée d’al-Jazeera depuis 25 ans. Elle était connue et respectée dans le monde arabe pour ses reportages courageux et honnêtes sur la lutte palestinienne.

Le 11 mai, elle a été tuée par balle alors qu’elle couvrait un raid israélien sur le camp de réfugiés palestiniens à l’extérieur de Jénine.

Le meurtre d’Abou Akleh en Cisjordanie occupée par Israël était choquant, mais pas inhabituel. Selon le Syndicat des journalistes palestiniens, elle était la 86e journaliste à être tuée alors qu’elle couvrait l’oppression israélienne depuis qu’Israël a occupé pour la première fois la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est en 1967.

Mais son meurtre fait partie d’un schéma plus long de violence israélienne et de punition collective – pas seulement contre les journalistes mais contre tous les Palestiniens – commis en toute impunité et justifiés par de fausses préoccupations de “sécurité”.

La profondeur de ces abus a de nouveau été rendue visible de manière choquante après le meurtre lui-même, lorsque la police israélienne a attaqué le cortège funèbre transportant le corps de Shireen à l’église. Ils ont jeté des drapeaux palestiniens au sol et ont violemment battu les personnes en deuil, y compris les porteurs, qui ont failli faire tomber le cercueil.

Le meurtre de Shireen et l’assaut contre le cortège funèbre ont démontré une fois de plus la nature structurelle du racisme israélien et de la violence contre les Palestiniens. Comme le décrit Amnesty International, les “violations régulières des droits des Palestiniens par Israël ne sont pas des répétitions accidentelles d’infractions, mais font partie d’un régime institutionnalisé d’oppression et de domination systématiques”.

Il ne fait aucun doute qu’Abu Akleh a été délibérément tué par un sniper israélien. Elle portait un casque et un gilet de protection bleu marqué « PRESSE » et entourée d’autres journalistes lorsque le groupe s’est fait tirer dessus. Elle a reçu une balle dans la tête et a été tuée. Un autre journaliste palestinien a été grièvement blessé par balle.

Comme cela arrive si souvent, les responsables israéliens ont immédiatement essayé de blâmer les Palestiniens. Des responsables israéliens, du Premier ministre Naftali Bennett jusqu’à la fin, ont fait des déclarations peu convaincantes selon lesquelles des hommes armés palestiniens étaient responsables du meurtre. En quelques heures, les agents de terrain de l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’tselem ont facilement a réfuté les affirmations israéliennes.

Au moment où le secrétaire à la Défense Lloyd Austin a rencontré son homologue israélien Benny Gantz le 17 mai, Tel-Aviv avait largement renoncé à ses allégations de culpabilité palestinienne. La presse israélienne a affirmé que Gantz avait indiqué qu’Israël se félicitait d’une enquête sur le meurtre de Shireen.

Mais cette affirmation (non mentionnée dans le compte rendu de la réunion par le Pentagone) est allée à l’encontre des informations selon lesquelles Israël avait déjà décidé de ne pas enquêter, car interroger des soldats israéliens en tant que suspects potentiels « provoquerait une opposition et une controverse au sein de Tsahal et dans la société israélienne ». en général.”

Un tel modèle de déni n’est qu’un aspect d’un modèle d’oppression plus large qui est beaucoup plus répandu.

Israël lui-même ne s’en cache pas. La loi fondamentale du pays de 2018 accorde explicitement aux seuls citoyens juifs d’Israël, et non aux citoyens palestiniens, le droit à l’autodétermination.

Amnesty et Human Rights Watch, ainsi que B’tselem, ont conclu que ce modèle constitue le crime de l’apartheid. Ce crime international, ainsi que les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre qui y sont associés, se poursuit depuis des décennies alors que le soutien politique, diplomatique, économique et militaire des États-Unis se poursuit sans condition.

Washington envoie chaque année plus de 3,8 milliards de dollars directement à l’armée israélienne, la plupart étant utilisés pour acheter des systèmes d’armes, des munitions et plus encore fabriqués aux États-Unis. Cela rend les États-Unis complices des méfaits criminels d’Israël.

Alors que doit-il se passer maintenant ?

L’engagement international est crucial. La Cour pénale internationale a le pouvoir d’ajouter le meurtre de Shireen Abu Akleh et les attaques contre des journalistes palestiniens à ses enquêtes en cours sur les crimes israéliens présumés. Divers organes des Nations Unies pourraient également réagir en publiant des rapports proposant des recommandations politiques.

Les appels à une enquête indépendante et crédible doivent mettre l’accent sur la responsabilité des États-Unis.

Les responsables de l’administration Biden et certains membres du Congrès ont appelé à une enquête sur le meurtre d’Abu Akleh. C’est bienvenu, mais à peine suffisant. Israël mène depuis longtemps ses propres enquêtes, et pratiquement toutes aboutissent à l’impunité des forces militaires israéliennes. Les responsables militaires de haut rang et les décideurs politiques ne sont même jamais examinés.

Aux États-Unis, nous devrions insister davantage.

Pourquoi? Surtout, parce que nos propres dollars d’impôts paient 20% du budget militaire total d’Israël. La balle ou le pistolet utilisé pour tuer Shireen aurait même pu être acheté auprès de fabricants d’armes américains avec notre propre argent.

Si tel est le cas, nous devons le savoir, car les lois américaines l’interdisent.

Les restrictions imposées par la loi Leahy à l’aide militaire sont sans équivoque : « Aucune assistance ne sera fournie », dit-elle, « à une unité des forces de sécurité d’un pays étranger si le secrétaire d’État dispose d’informations crédibles selon lesquelles cette unité a commis une violation flagrante des droits humains.”

Des informations crédibles, provenant notamment de la principale organisation israélienne de défense des droits de l’homme et de cinq journalistes respectés aux côtés de Shireen Abu Akleh lorsqu’elle a été tuée, indiquent qu’elle a été abattue de sang-froid. Si cela ne suffit pas, le Département d’État devrait proposer une équipe d’enquête indépendante basée à l’ONU pour préparer un rapport.

Le militarisme est en hausse, tant aux États-Unis que dans le monde. Peut-être que le meurtre brutal de Shireen Abu Akleh, citoyenne américaine et fière Palestinienne née à Jérusalem – et l’attaque policière contre les personnes en deuil pleurant sa mort – donneront un élan pour repenser le soutien inconditionnel de Washington à l’anarchie israélienne.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/26/americans-must-demand-an-independent-investigation-of-shireen-abu-aklehs-killing/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire