Les anciennes tensions ressurgissent à la frontière Kosovo-Serbie

0
203

Les affrontements violents entre les nationalistes serbes et les soldats de la paix dirigés par l’OTAN dans le nord du Kosovo sont le dernier pic de tensions entre les Serbes et les Albanais de souche, qui constituent la majorité de la population. Des voitures en feu, des gaz lacrymogènes et des bombes à choc ont évoqué le mois dernier des images du carnage des années 1990, lorsque les habitants de la ville de Zveҫan, dominée par les Serbes, ont protesté contre l’installation d’un maire albanais du Kosovo. Le Kosovo se situe entre la Serbie et l’Albanie et a été le théâtre d’horribles conflits pendant des décennies.

Puis vint l’indignation nationaliste bien connue de part et d’autre. Le Premier ministre kosovar Aljbin Kurti a affirmé à CNN que de nombreux manifestants “sont payés et commandés depuis Belgrade et admirent le despotique président Poutine”. Le président serbe Aleksandar Vučić a accusé Kurti de fabriquer un “grand conflit entre les Serbes et l’OTAN” et a promis de maintenir ses forces armées à la frontière entre le Kosovo et la Serbie en état d’alerte maximale. La star du tennis et chauvin de classe mondiale Novak Djoković a envoyé un message à Roland-Garros en écrivant “Le Kosovo est le cœur de la Serbie” sur un objectif d’appareil photo.

Le déni du droit du Kosovo à l’autodétermination est un pilier essentiel de l’idéologie nationaliste serbe. Aujourd’hui encore, la Serbie ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, proclamée en 2008.

Les tensions ethniques dans le nord du Kosovo sont le produit du dessin et du redessin des frontières dans les Balkans depuis plus d’un siècle. De nombreux groupes ethniques différents sont répartis dans la région, mais aucun n’est soigneusement regroupé sur la même parcelle de terre. Les minorités ethniques se situent à l’intérieur des frontières d’un groupe dominant différent ou, dans certains cas, comme la Serbie/Kosovo, des pays ont revendiqué des terres peuplées par une majorité ethnique différente de la leur. Les groupes qui diffèrent de l’ethnie dominante de leur État font face à une oppression intense. Lors de l’éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990, les zones particulièrement multiethniques ont été les plus durement touchées par de violentes divisions nationalistes. L’objectif des dirigeants nationalistes était de créer des États ethniques ou religieux, ils ont donc adopté une stratégie de nettoyage ethnique pour atteindre cet objectif.

Après les guerres balkaniques de 1912 et 1913, puis de nouveau après les guerres mondiales I et II, le statut du Kosovo a été décidé par les principales puissances impérialistes de l’époque. À partir de 1945, le Kosovo n’était pas un État indépendant, mais une province autonome au sein de la république constitutive yougoslave de Serbie. Dans cet arrangement, il y avait peu de considération pour les souhaits de la population à 90% d’origine albanaise. En 1981, des manifestations étudiantes ont déclenché une manifestation à l’échelle de la province exigeant le statut républicain du Kosovo. Ils ont été confrontés à une répression intense de la part de l’armée yougoslave et à une campagne raciste anti-albanaise des dirigeants nationalistes serbes. Lorsque la crise économique a menacé l’effondrement de la Yougoslavie en 1989, le président serbe Slobodan Milošević a vu une opportunité dans le chaos et a complètement révoqué l’autonomie du Kosovo.

Les ouvriers albanais ont résisté. En février 1989, les travailleurs de la Trepça mines ont organisé une occupation et entamé une grève de la faim, qui a été suivie d’une grève générale en 1990. Les revendications initiales étaient de réintégrer les dirigeants albanais du Kosovo remplacés par Milošević, mais le conflit s’est rapidement transformé en lutte pour l’indépendance.

Le régime de Milošević n’a pas hésité à prendre le contrôle du Kosovo par la force, des milliers de policiers serbes écrasant la grève et faisant respecter l’apartheid. Au lieu d’accepter la défaite, les Albanais du Kosovo ont continué à se battre pour l’autodétermination lors de la guerre de 1998.

Les États-Unis, désireux d’étendre leur influence en Europe après l’effondrement de la Yougoslavie et de l’URSS, ont flairé le sang. Pour les États-Unis, une Serbie plus forte (qui était alliée à la Russie) était inacceptable. L’ancien président Bill Clinton a lancé une campagne de bombardement de la Serbie par le biais de l’OTAN, et le règne de la Serbie sur le Kosovo a pris fin de force en 1999. Mais ce n’était pas un acte d’humanitarisme pour sauver les Albanais du Kosovo, comme cela a été si largement décrit. Dans les bombardements, environ 1 500 personnes ont été massacrées alors que les forces de l’OTAN ciblaient des ponts, des hôpitaux et des écoles en Serbie. Malgré l’utilisation des réfugiés kosovars comme principal argument moral d’intervention, les bombardements ont provoqué une intensification du nettoyage ethnique des Albanais : plus de 600 000 personnes ont été contraintes de fuir le Kosovo.

Les États-Unis ont renversé la domination serbe, mais seulement pour s’installer comme le nouveau maître du Kosovo. Aujourd’hui, peu de choses ont changé. Le Kosovo dépend fortement des États-Unis et des puissants États de l’UE, qui façonnent à leur tour ses institutions. Par exemple, son armée permanente, la KFOR, est toujours dirigée par l’OTAN. Camp Bondsteel au Kosovo est la plus grande base militaire américaine dans les Balkans, capable d’accueillir plus de 7 000 soldats. Un envoyé des droits de l’homme a décrit le camp comme une “version plus petite de Guantánamo” au milieu des années 2000.

Les dirigeants du Kosovo sont satisfaits de cet arrangement : domination impérialiste sur le Kosovo en échange d’une protection militaire et d’importants investissements économiques. Temps le magazine l’a même décrit comme « le pays le plus pro-américain au monde ». Il suffit de voir les boulevards de Pristina nommés d’après Bill Clinton et George W. Bush – ou la statue haute de onze pieds de Clinton – pour avoir un aperçu de la servilité de la classe dirigeante du Kosovo vis-à-vis des États-Unis.

Avec des infrastructures notoirement médiocres et un taux de chômage ahurissant de 45 à 50 %, les travailleurs kosovars n’ont pas récolté les bénéfices d’un quasi-État protégé par l’OTAN. Le Kosovo est le pays le plus pauvre d’Europe, selon le Fonds monétaire international. Bien que beaucoup de ceux qui ont soutenu la lutte des Albanais contre le régime serbe dans les années 1990 aient salué l’intervention américaine, celle-ci porte un héritage extrêmement négatif. L’intervention “humanitaire” a permis aux pires seigneurs de guerre et gangsters de dominer la politique kosovare, une tendance qui se poursuit aujourd’hui. Ramush Haradinaj a dû démissionner de son poste de Premier ministre en juillet 2019 pour faire face à des accusations de crimes de guerre à La Haye.

Les récentes violences à la frontière nord du Kosovo ont été les plus intenses depuis des années. Elle se déroule dans le cadre des négociations entre Belgrade et Pristina, qui tentent de parvenir à un accord officiel pour assurer la stabilité et une « normalisation » des relations entre les deux pays.

L’UE est la principale source d’investissements étrangers au Kosovo et en Serbie. Même Vučić, bien qu’il bénéficie toujours du soutien politique russe, se donne beaucoup de mal pour créer un climat d’investissement étranger optimal en imposant des mesures d’austérité et en offrant une main-d’œuvre bon marché. Lui et Kurti savent qu’il ne faut pas mordre la main qui les nourrit. De plus, les États-Unis et l’UE veulent désespérément éviter un autre conflit ethnique de type russo-ukrainien, étant donné qu’une guerre fait déjà rage en Europe.

En attisant les tensions nationalistes, Vučić et Kurti jouent le jeu. Chaque dirigeant essaie d’obtenir autant de concessions de l’autre qu’ils se battent tous les deux pour tirer le meilleur parti de l’UE. Ainsi, la renaissance de la violence nationaliste serbe par Vučić et la provocation de Kurti en faisant escorter les troupes de la KFOR au nouveau maire albanais du Kosovo dans son bureau, contribuent toutes à renforcer leurs positions de négociation. Ces dirigeants s’inscrivent dans la longue tradition des dirigeants des Balkans attisant délibérément la haine ethnique pour resserrer leur emprise sur le pouvoir.

Les Serbes ordinaires, comme les Kosovars, ne profitent pas de ce conflit. Le taux d’inflation en Serbie est de 14,8 % – les prix de la nourriture, du logement et des transports ont le plus augmenté. Le travailleur moyen gagne moins de 790 dollars australiens par mois et les retraités reçoivent moins de 320 dollars australiens.

Pendant des décennies, l’État serbe a encouragé une culture de la violence et a de plus en plus militarisé ses forces de police. La Serbie a l’un des taux de possession d’armes à feu les plus élevés au monde. Après deux fusillades de masse en mai, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Belgrade pour exiger le financement des écoles, et non de la police, ainsi que le limogeage du ministre de l’Intérieur, du directeur de l’Agence de renseignement de sécurité et de Vučić lui-même.

Maintenant, Vučić s’appuie sur le vieux livre de jeu consistant à faire des Albanais du Kosovo des boucs émissaires pour détourner la colère et la frustration de son propre régime. Il n’a rien d’autre à offrir à ses citoyens que la distraction d’un combat pour l’expansion du contrôle régional de la Serbie.

Contrairement aux idées reçues sur la région, la violence ethnique et la misère noire ne sont pas une caractéristique inhérente aux Balkans. Il existe une alternative, et elle réside dans le pouvoir des gens ordinaires à travers les Balkans, quelle que soit leur appartenance ethnique, de défier les élites qui ont dévasté leur vie pendant des générations.

Source: https://redflag.org.au/article/old-tensions-resurface-kosovo-serbia-border

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire