Les années 1990 étaient-elles vraiment dépourvues de politique ?

0
38

Convaincre un éditeur de livres que vous êtes la bonne personne pour synthétiser une décennie entière d’histoire américaine demande une certaine autorité institutionnelle. Les scribes qui se sont partagé la seconde moitié du XXe siècle étaient des historiens universitaires (Bruce Schulman’s Les années soixante-dix), journalistes politiques grand public (David Halberstam’s Les années 50), ou une combinaison des deux (Rick Perlstein’s Nixonland et Reaganland). Tous étaient des professionnels sérieux avec des références sérieuses faisant un travail sérieux.

Alors, qu’est-ce que cela dit sur les années 1990 que la rétrospective la plus remarquable de la décennie à ce jour – Les années quatre-vingt-dix – a été écrit par Chuck Klosterman, le critique de la culture pop qui a un jour décrit son expérience de binge-watching Sauvé par le gong rediffusions comme étant dans une «relation parasitaire».

Pour emprunter un tic stylistique à Klosterman, ce n’est pas si grave. Mais c’est probablement plus grand que vous ne le pensez.

Tout comme Seinfeld, le programme télévisé déterminant des années 90, était une émission sur rien, peut-être que toute la décennie était sur rien. Ainsi va la perspective dominante du rétroviseur, l’idée étant que la déclaration de Francis Fukuyama sur « la fin de l’histoire » pourrait être littéralement vraie et pas seulement une prophétie sur l’hégémonie de la démocratie libérale.

Si les années 90 étaient une friche d’événements mondiaux, il est parfaitement logique que l’histoire populaire la plus vendue de la décennie soit écrite par un Gen Xer décontracté connu pour injecter des mémoires nombrilistes dans des méta-commentaires sur les détritus culturels – plutôt que un intellectuel public comme, disons, Jill Lepore.

Dans Les années quatre-vingt-dix, Klosterman ne cherche pas à dissiper le mythe selon lequel peu de choses se sont passées entre la chute de l’Union soviétique et le 11 septembre. Il décrit la période comme étant “fortement médiatisée et consciente de soi”, mais si facile et sans problème que vous pourriez prétendre que la société dans son ensemble était “à peine là”. “C’était une période d’ambivalence”, écrit-il, “définie par une hypothèse écrasante que la vie, et en particulier la vie américaine, était décevante.”

Politique en Les années quatre-vingt-dix est dépeint comme en aval des richesses de la culture pop télévisée. Kurt Cobain obtient à peu près autant de mots que Bill Clinton, et l’ennuyeuse ancienne personnalité de MTV, Pauly Shore, n’attire qu’un peu moins d’attention que George HW Bush. Hillary Clinton et Newt Gingrich, figures charnières des deux côtés de l’allée, font à peine leur apparition.

La justification de Klosterman pour l’accent mis par le livre sur la culture pop est que la technologie avait « accéléré la culture » et changé la relation humaine à la réalité dans les années 90. Dans son livre de 2005, médiatiséle théoricien des médias Thomas de Zengotita avait un nom pour le “sauna psychique” des représentations médiatiques dont nous glissons à la surface, comme “un petit dieu, plongeant ici et là” – il l’appelait “le Blob”.

Les années quatre-vingt-dix s’installe sur une référence de la culture pop des années 90 pour la décrire : La matrice. le 1999 Le film de Keanu Reeves semblait porter sur l’avenir des ordinateurs, affirme Klosterman, mais il s’agissait en fait de la télévision (ce qui est essentiellement ce que la suite récente, Résurrections, est à propos). “La matrice a résonné auprès de tant de téléspectateurs non pas parce que c’était une fiction fantastique, mais parce que ce n’était pas le cas.

Je suis sympathique à l’idée que les années 90 étaient un purgatoire d’hyperréalité médiatisée. Le mois dernier, l’Illinois State Museum m’a envoyé un sondage par e-mail pour aider à informer une exposition à venir sur la génération X et ce que c’était que de grandir dans les années 80 et 90 :

Parlez-nous de regarder la télévision quand vous étiez enfant. Avez-vous eu le câble? Quelle était votre musique préférée à l’adolescence et qu’est-ce qu’elle exprimait sur vous ? Quel rôle les livres et les magazines ont-ils eu dans votre vie ?

Le fait que presque toutes les enquêtes portaient sur les préférences et les habitudes de consommation des médias reflétait le fait que ma génération, la génération X, a été inondée par les médias de masse depuis le jour de notre naissance.

Il est vrai que les années Reagan et Bush ont marqué le crépuscule de la communauté américaine, de la foi institutionnelle et de la vie publique. Ce qui a commencé à combler le vide d’identité et de sens, c’est le culte de l’expression de soi et la consommation ostentatoire de la culture pop. Star Trek avait tort : l’ultime frontière n’était pas l’espace — nous nous perdions de plus en plus à explorer les produits culturels exportés sans cesse d’Hollywood, de Disney et de la Silicon Valley. À cause de cette retraite dans la solitude et de l’absence de guerre chaude ou froide, peut-être que les années 90 ont été comme un long épisode de Seinfeldun dans lequel Bill Clinton yada yadas à travers deux mandats et Ralph Nader apparaît brièvement comme Kramer.

Ou peut être pas.

Les années quatre-vingt-dix mérite d’être lu pour ses observations incisives sur les livres, les films et la musique, mais les observations de Klosterman sur la politique et l’économie concernent en grande partie leur apparition à la télévision : la voix nasillarde de HW Bush, la petite taille de Ross Perot, le spectacle de la liaison de Clinton avec Monica Lewinsky .

La pire observation de Klosterman de la décennie est celle-ci : “C’était peut-être la dernière période de l’histoire américaine où l’engagement personnel et politique était encore considéré comme facultatif.”

C’était peut-être le cas des médias de masse dépolitisés de l’époque. Le stéréotype du fainéant apathique vêtu de flanelle occupait une place importante tandis que la conscience de classe pop qui influait sur le divertissement des années 70 et 80 – des films comiques snobs contre slobs comme Caddyshack aux sitcoms comme Acclamations – a lentement disparu. Au milieu des années 90, à l’ère de la « télé à voir absolument », presque tout le monde à l’écran appartenait à la classe des cadres professionnels, au sens large et vague.

Mais cela ne signifie pas que tout le monde était un observateur passif.

Comme l’a récemment soutenu l’écrivain de gauche Freddie deBoer, la génération X était en fait une génération passionnément politique dans les années 90. De nombreux étudiants et militants se sont battus pour la justice raciale, de genre et environnementale. Cette vague de radicalisme a été qualifiée de mouvement «politiquement correct», provoquant une réaction violente menée par des guerriers de la culture de droite – rappelant les guerres «réveillées» de la dernière demi-décennie.

« À l’époque, les gens avaient l’impression qu’ils n’avaient jamais rien vu de tel que cette nouvelle génération d’étudiants, qui semblaient uniquement engagés politiquement et attachés à la rhétorique du « sans compromis », écrit deBoer.

Il n’y avait pas que les enfants qui faisaient du bruit sur le campus. En 1991, plus de soixante-quinze mille personnes (les organisateurs ont estimé que c’était le double) ont défilé à Washington, DC, pour protester contre la guerre du golfe Persique de Bush, tandis que de plus petites manifestations ont eu lieu dans des dizaines de villes à travers le pays, dont trente mille. fort rassemblement à San Francisco.

La gauche s’est également manifestée en force contre l’Organisation mondiale du commerce en 1999. Dans ce qui a été surnommé la «bataille de Seattle», plus de trente-cinq mille personnes ont envahi les rues pour protester avec colère contre les capitalistes à but lucratif poussant des accords de libre-échange mondiaux qui offrait peu de protections aux syndicats et à l’environnement et davantage d’incitations aux entreprises pour qu’elles construisent des ateliers clandestins à l’étranger.

Les manifestations de l’OMC, la génération X sont parties et des personnalités politiques comme Ralph Nader et Bernie Sanders ont été exclues des VH1 J’aime les années 90 rétrospectives, et il n’est pas surprenant qu’elles soient une force marginale dans le récit de Klosterman. Également, Les années quatre-vingt-dix a peu à dire sur le consensus néolibéral bipartite de l’époque, adorateur du marché libre, qui a conduit à l’externalisation du secteur manufacturier, à la déréglementation des systèmes financiers américains, à l’étranglement de la main-d’œuvre et à la guerre de Clinton contre l’État-providence qui a coïncidé avec l’incarcération de masse.

Cette histoire manquante serait sûrement racontée dans une rétrospective des années 90 par Perlstein ou, disons, Thomas Frank. Mais pour l’instant, nous avons Klosterman, qui a clairement été pris dans Matrix trop longtemps pour séparer l’expérience vécue des années 90 de sa propre distorsion médiatique.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire