Les années 70 n’étaient pas si mal

0
91

L’Australie est dans le plus grand épisode inflationniste depuis les années 1970, et les grands journaux lancent de sombres avertissements à propos de cette décennie – aucun d’entre eux n’est plus sombre que ceux du journal qui parle le plus aux patrons, les Revue financière australienne.

La RFA a eu des articles d’opinion récents tels que “Ne répétons pas les erreurs périlleuses des années 1970”, “L’économie est trop chaude comme les années 1970”, “Une spirale prix-salaires est un ticket pour revisiter les années 1970” et même un très long article de novembre 2021 proposant des horreurs plus complètes, “Pourquoi les années 1970 ont été la décennie de la vie dangereuse”.

Laissons de côté un instant, comme l’écrivait récemment Omar Hassan dans Drapeau rouge, que ce à quoi nous assistons actuellement “n’est pas une spirale salaires-prix, mais une spirale profits-profits, les entreprises augmentant les prix de leurs produits pour protéger ou augmenter leurs profits”. Malheureusement, il n’y a pas de « spirale salariale », car pratiquement aucun syndicat n’a fait quoi que ce soit pour obtenir des augmentations de salaire supérieures à l’inflation.

L’un des rares à reconnaître cette réalité, si différente des années 1970, est l’économiste Richard Denniss. Écrire dans le Nouveau quotidien le 24 juin, il a souligné le revirement soudain de la part du gouverneur de la Banque de réserve, Phillip Lowe, qui a suggéré l’année dernière que les salaires réels devaient augmenter : « Maintenant, il dit aux travailleurs que s’ils n’acceptent pas les réductions de salaires réels, alors leur la cupidité sera responsable de l’inflation … même si les salaires réels ont chuté d’un record de 2,7 pour cent au cours de l’année écoulée ».

La secrétaire du Conseil australien des syndicats, Sally McManus, a répondu de la pire des manières possibles aux propos alarmistes de Lowe concernant les augmentations de salaire: non pas en exigeant, et encore moins en s’organisant pour lutter, des augmentations de salaire supérieures au niveau de l’inflation, mais en brandissant le drapeau blanc. « Penser d’une manière ou d’une autre que le système va offrir des augmentations de salaire générales de 5 ou 7 %, c’est un pays imaginaire pour les baby-boomers », a-t-elle déclaré. « Nous n’avons pas de négociation centralisée dans ce pays. Ce ne serait pas possible que cela se produise. »

L’Australie entre donc dans ce nouveau cycle d’inflation avec une inégalité de richesse massivement accrue et une part décroissante du revenu national allant aux travailleurs. La flambée des prix et la baisse des salaires se sont combinées pour infliger des souffrances économiques à la classe ouvrière, et il n’y a pas de combat de la part de nos dirigeants syndicaux.

Alors pourquoi le mantra “pas de retour aux années 70” ? Quelques faits pour commencer, qui aideront à expliquer pourquoi la classe capitaliste déteste tant les années 1970.

Lorsque l’inflation a commencé à s’accélérer en 1973, les salaires ont augmenté avec elle. L’inflation a culminé en 1973 à 17,5 %. Les salaires moyens ont augmenté d’environ 15 pour cent en 1973 et d’environ 28 pour cent en 1974 alors que les travailleurs luttaient pour progresser. Les syndicats ont obtenu l’égalité de rémunération pour les femmes et les syndicats militants ont pu forcer sa mise en œuvre au niveau de l’emploi bien avant la décision officielle spécifiée. Entre 1969 et 1974, les taux de salaire horaire moyens ont augmenté de 98 % pour les hommes et de 142 % pour les femmes.

Aujourd’hui, alors que les salaires baissent, un tiers des le revenu national va aux bénéfices – un record absolu. En conséquence, la part du revenu national consacrée aux salaires est tombée à un peu moins de la moitié.

En revanche, au milieu des années 1970, la part des bénéfices était au plus bas après-guerre de 16 % et la part des salaires était de 63 %.

Le militantisme industriel était une caractéristique importante des années 1970. A son apogée en 1974, plus de 6 millions de journées ont été prises en grève. L’augmentation du militantisme peut aussi se mesurer au nombre de grèves par an. Entre 1951 et 1967, la moyenne annuelle était de 188 grèves ; entre 1968 et 1971, il y a eu plus de 1 300 grèves par an, et la tendance était à la hausse.

Le nombre de jours de grève des travailleurs australiens est depuis dix ans inférieur à 100 000 par an, même si la main-d’œuvre est aujourd’hui deux fois plus nombreuse qu’elle ne l’était dans les années 1970.

L’adhésion syndicale avait diminué dans les années 1960, mais a augmenté à mesure que le niveau d’activité de grève augmentait. Dans les années 1970, environ la moitié des employés étaient syndiqués. La densité syndicale est aujourd’hui de 14 %.

Comment ces résultats très souhaitables ont-ils été obtenus ?

Parfois, on prétend qu’il était simplement plus facile de faire la grève à cette époque parce qu’il y avait beaucoup d’emplois. Pourtant, le chômage, qui était inférieur à 2 % depuis des décennies, a commencé à augmenter au début des années 70, atteignant 2,7 % en 1974 et près de 5 % en 1975, sur une trajectoire ascendante jusqu’en 1983, où il a atteint 10 %. Néanmoins, il y a eu une augmentation du niveau d’action revendicative et une série de victoires importantes pour les syndicats qui n’ont pas cessé lorsque le chômage a commencé à augmenter.

En 1969, une importante vague de grèves semi-spontanées avait vaincu la tentative du gouvernement conservateur Menzies et du tribunal du travail d’amender les syndicats (et d’emprisonner un responsable du syndicat des tramways, Clarrie O’Shea) pour avoir mené une action revendicative. Cette victoire significative de la grève et la fin du pouvoir pénal ont alimenté les attentes des travailleurs et leur militantisme.

Malgré l’affirmation de Sally McManus selon laquelle les travailleurs ne peuvent pas gagner de salaire sans un système centralisé de fixation des salaires, dans les années 1970, il y a eu une décentralisation croissante de la manière dont les salaires australiens étaient déterminés.

À la fin des années 1960, les augmentations de salaire nationales approuvées au niveau central par la Commission d’arbitrage (l’actuelle Commission du travail équitable) représentaient encore la moitié de l’augmentation de salaire moyenne, mais celle-ci était tombée à un cinquième en 1974.

La fixation centralisée des salaires était de plus en plus discréditée car de nombreux membres du mouvement syndical pensaient qu’elle les avait enfermés dans un système de modération salariale. Certains syndicats ont cherché à améliorer les salaires et les conditions par une action directe, et le nombre de grèves a monté en flèche contre des patrons individuels ou dans des industries entières pour des revendications salariales bien au-delà de ce que la Commission d’arbitrage était prête à accepter. Malgré l’accélération de l’inflation, les travailleurs ont obtenu une croissance substantielle des salaires réels par ces moyens.

En 1973, les commentateurs du Journal des relations industrielles notaient avec inquiétude la décentralisation de la fixation des salaires en Australie, en particulier « le nombre d’arrêts importants destinés à renverser les décisions de la Commission d’arbitrage ». Si cela n’était pas arrêté, « cela signifierait que la Commission d’arbitrage n’est plus qu’un élément du processus de règlement des conflits du travail. L’arbitre final serait la puissance industrielle ».

Cette augmentation de l’activité de base au travail a commencé à modifier l’équilibre des pouvoirs au sein du mouvement syndical. Eminent QC AE Woodward a régulièrement contribué au Journal des relations industrielles ‘ révision annuelle. Il écrivait en 1970 :

« L’un des plus grands dangers dans les affaires syndicales aujourd’hui est la propagation de la soi-disant ‘démocratie participative’ qui signifie, en fait, le gouvernement par des réunions de masse. Il est bien sûr vrai que je n’ai jamais assisté à une réunion syndicale, mais j’ai souvent été à d’autres réunions de masse. Un argument cohérent est impossible, le démagogue est dans son élément et la minorité organisée et bruyante peut souvent l’emporter et engager des dirigeants responsables dans des politiques ou des comportements irresponsables.

D’autres changements se produisaient également au sein des syndicats. La croissance du taux de syndicalisation à plus de 50 % comprenait une proportion croissante de femmes et de cols blancs. Le facteur clé de cette croissance a été la force démontrée et la combativité de grève des syndicats.

La « maladie de la grève » était contagieuse. Des groupes de travailleurs auparavant passifs ont commencé à faire grève. Les syndicats de cols bleus sans antécédents particuliers de militantisme sont devenus plus actifs. Les syndicats de cols blancs ont également commencé à faire grève – en 1968, les agents de banque et les enseignants de la Nouvelle-Galles du Sud ont lancé leur première grève et ont grandi à cause de cela.

Le 1974 Journal des relations industrielles revue annuelle a expliqué l’évolution de l’attitude industrielle des cols blancs en référence aux changements en cours dans certaines autres sections de la communauté: “[Protesters] semblent avoir décidé que “les attitudes et les formes de protestation courtoises” ne sont pas des moyens efficaces d’atteindre les objectifs … Le comportement de nombreux syndicats non manuels se caractérise par une action de grève combinée à une combinaison des attitudes suivantes : rejet de la sympathie de la communauté en tant que non pertinent … et le rejet de l’intérêt public comme non pertinent … ou l’affirmation de ce dernier est conforme à leur cas.

Le militantisme industriel réussi avait d’autres avantages, moins tangibles. Les travailleurs ont gagné en confiance pour prendre des mesures supplémentaires sur des revendications plus ambitieuses et pour élargir le champ d’action à des questions sociales et politiques plus larges.

La situation industrielle au début des années 1970 a été influencée par l’humeur radicale plus générale de l’époque. Le militantisme salarial s’est accompagné d’une forte recrudescence de l’activité politique dans la société, en particulier chez les jeunes. Les syndicats sont devenus partie intégrante des mouvements de masse contre la conscription et l’implication australienne dans la guerre du Vietnam, pour les droits des aborigènes, contre une équipe de rugby sud-africaine de l’apartheid en tournée, pour les droits des femmes et des homosexuels et contre la destruction de l’environnement.

Il y avait un effet de renforcement entre les protestations étudiantes militantes et l’humeur provocatrice parmi d’importants groupes de travailleurs. Le chaudronnier de Brisbane, Jim Craig, a établi le lien de cette manière :

« Plus tôt le mouvement syndical s’inspire des étudiants et des jeunes dans leurs actions pour les libertés civiles et les actions anti-conscription, mieux c’est – si c’est une mauvaise loi, défiez-la, et plus tôt nous commencerons à brûler publiquement les ordonnances des tribunaux, car le les enfants brûlent leurs cartes de brouillon, mieux c’est.

Un sentiment de possibilités élargies était répandu, un sentiment qui pouvait imprégner tous les domaines de la vie. Jan Harper, une mère mariée de trois enfants qui fait un diplôme de troisième cycle en 1970, a partagé son souvenir du sentiment d’immense espoir :

“J’étais absolument convaincu que nous serions complètement différents – que la famille nucléaire serait terminée, que le travail de neuf à cinq serait vraiment changé, la structure, les divisions entre le travail et la famille, toutes ces choses seraient changées, et je pense que ce sentiment d’optimisme, que les temps allaient changer… était assez courant.

Écrivant en 1971, le militant des libertés civiles Ken Buckley affirmait : « Une caractéristique très importante de notre époque, les années 1960 et 1970, est l’effort croissant pour se débarrasser des contraintes imposées d’en haut, le défi des bureaucraties autoritaires. C’est surtout chez les jeunes, mais cela ne se limite pas à eux. Dans la sphère syndicale, il a contribué au mépris des clauses pénales d’arbitrage dans le cas d’O’Shea, et à la révélation qu’un gouvernement démocratique n’ose pas appliquer de telles sanctions face à une opposition syndicale unie ».

Les interdictions vertes (qui plaçaient des interdictions industrielles de développement pour préserver l’environnement naturel ou bâti) étaient la plus connue des manières dont la Fédération des ouvriers constructeurs (BLF) a agi sur l’idée que les questions sociales étaient « affaires syndicales », mais elles n’étaient pas le seul centre d’intérêt des actions du syndicat. En une semaine en 1973, la BLF avait interdit les travaux de construction à l’Université Macquarie pour protester contre l’expulsion d’un étudiant gay d’un collège résidentiel et avait fait la même chose à l’Université de Sydney lorsque le Conseil des professeurs avait opposé son veto à un cours d’études féminines. En 1972-73, la BLF a également résisté à un promoteur immobilier dans la banlieue de Sydney à Redfern au nom de la communauté aborigène qui y vivait.

En somme, les années 1970 ont été marquées par un militantisme croissant sur plusieurs fronts. Dans l’industrie, plus de travailleurs issus d’horizons syndicaux plus divers que jamais auparavant se sont mis en grève. Comme cette action s’est avérée efficace pour améliorer les salaires et les conditions, de nombreux travailleurs ont commencé à tirer des conclusions de leur succès. Ils se sont davantage appuyés sur leur propre force plutôt que sur ce que la Commission d’arbitrage pouvait leur donner. Ils comptaient donc moins sur leurs fonctionnaires à plein temps. Dans la mesure où cela s’est produit, les syndicats sont devenus plus démocratiques.

Cette expansion de la démocratie participative reflétait un sentiment de possibilités élargies sur le lieu de travail et dans la société en général. Le climat hautement politisé autour de la guerre du Vietnam et l’activisme étudiant radical autour d’une pléthore de questions telles que la censure, l’apartheid, la peine capitale et les droits des autochtones, ont interagi avec et renforcé la confiance de la classe ouvrière qui était née sur le lieu de travail.

Pas étonnant que les porte-parole des patrons ne veuillent pas un retour des années 1970.

Les choses sur les années 1970 qui donnent aux patrons et à leurs partisans au RFA les cauchemars sont des choses qui devraient nous donner de l’espoir. Pour les travailleurs australiens, les années 1970 ont beaucoup à célébrer et à apprendre.

Source: https://redflag.org.au/article/70s-werent-bad

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire