Les anti-impérialistes d’aujourd’hui doivent faire pression pour un désarmement nucléaire à grande échelle

0
48

Dans le sillage de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, un chœur croissant de voix de gauche insiste pour que nous nous attaquions à la nouvelle réalité des puissances impérialistes concurrentes. Se concentrer exclusivement sur l’empire américain, notent-ils, est mal adapté à une époque où la Russie tente d’accaparer des terres européennes, la Chine écrase la démocratie à Hong Kong, l’Inde révoque l’autonomie du Jammu-et-Cachemire et le sort de Taïwan reste une question ouverte. .

Le refrain est correct : un moment multipolaire nécessite une analyse multipolaire. Mais il y a eu beaucoup moins de reconnaissance à gauche que la rivalité inter-impérialiste d’aujourd’hui est spécifiquement nucléaire rivalité. L’omission est particulièrement frappante depuis que la guerre en Ukraine – où une superpuissance nucléaire est l’envahisseur et une autre fournit des armes pour la défense du pays envahi – a soulevé le spectre de la guerre nucléaire comme peu d’autres événements de l’histoire récente.

Les États agresseurs mentionnés ci-dessus – la Russie, la Chine, l’Inde – sont tous des puissances nucléaires, tout comme leurs principaux adversaires : les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et le Pakistan. Tous ces pays (ainsi qu’Israël et la Corée du Nord) mettent à jour leurs arsenaux nucléaires. Certains, comme la Chine et le Royaume-Uni, les étendent. Juste cette semaine, le Gardien ont rapporté que dans les années à venir, le nombre total d’armes nucléaires sur terre devrait augmenter pour la première fois depuis des décennies.

Ces développements seraient inquiétants dans le meilleur des cas – mais ils sont particulièrement inquiétants dans un monde où les traités de contrôle des armements de l’époque de la guerre froide s’effondrent rapidement. Dans cet esprit, je voudrais proposer trois brèves notes sur le nouveau présent nucléaire et ses implications pour la stratégie de gauche aujourd’hui.


L’invasion de l’Ukraine fournit des preuves solides que nous sommes entrés dans une nouvelle période de compétition entre grandes puissances, c’est-à-dire un monde de tensions latentes entre États dotés d’armes nucléaires. Les victimes immédiates, cependant, seront probablement des États comme l’Ukraine qui ne possèdent pas d’armes nucléaires et ne relèvent pas de l’égide d’une puissance dotée d’armes nucléaires. En Ukraine, les armes nucléaires ont fourni à la Russie une couverture pour son agression et aux États-Unis une raison de ne pas intervenir, car un conflit direct entre des États qui contrôlent ensemble 90 % des armes nucléaires mondiales serait potentiellement catastrophique.

Jusqu’à présent, la Russie s’est abstenue d’attaquer l’OTAN et les États-Unis ont décidé de ne pas envoyer de troupes en Ukraine. Les optimistes y voient la preuve que la dissuasion nucléaire fonctionne, et peut-être le fait-elle dans certaines circonstances et sous certaines conditions. Mais une succession de points d’éclair signifiera un défilé de nouveaux risques de confrontation nucléaire. Certaines de ces poussées peuvent être de véritables conflits de procuration. D’autres peuvent impliquer un pays doté d’armes nucléaires utilisant la menace d’une action militaire pour faire chanter un État non nucléaire afin qu’il capitule. Des affrontements inter-impériaux sur des bases d’armes ou des cyber-opérations offensives sont également possibles. Certaines crises peuvent être complètement imprévues.

Dans chacun d’eux, les puissances nucléaires seront confrontées à une série de situations uniques dans lesquelles la question de savoir ce qui est risqué et ce qui ne l’est pas devra être continuellement réévaluée. Le simple fait de « se souvenir des leçons de la guerre froide » ne nous guidera pas dans cette nouvelle ère, d’autant plus que la compréhension des risques nucléaires par les décideurs politiques s’est atrophiée à Washington (et sans doute à Moscou et à Pékin également).

Les crises à venir seront également un défi moral. Les appels à « faire quelque chose » seront forts et parfois compréhensibles : l’Ukraine se bat pour l’autodétermination, après tout. Mais le potentiel de faux pas sera important, comme le démontre clairement la poussée malavisée d’une zone d’exclusion aérienne en Ukraine.

Cette fois, l’appel à l’escalade est perdu. La prochaine fois, ce ne sera peut-être pas le cas.

Pendant la guerre froide, il y avait des différences économiques claires entre les blocs. La division Est-Ouest s’est même étendue à des armes spécifiques – comme la bombe à neutrons, que les dirigeants soviétiques et d’autres ont qualifiée d’arme capitaliste car elle aurait plus d’impact sur les personnes que sur les biens. L’histoire est idiote mais illustrative : la puissance de l’Union soviétique jette une longue ombre sur la politique nucléaire de l’époque. La gauche était généralement favorable au désarmement, mais alors que certains groupes critiquaient les deux blocs pour avoir amené le monde au bord du nucléaire, d’autres étaient favorables à l’idée que les États communistes avaient besoin d’un moyen de dissuasion pour empêcher l’agression capitaliste.

De telles divisions n’ont pas besoin d’exister aujourd’hui. Les pays dotés d’armes nucléaires peuvent représenter différentes formes de capitalisme, mais ce sont tous des États capitalistes. (La Corée du Nord, l’exception qui confirme la règle, ne représente guère une alternative souhaitable.) Il n’y a pas d’acteur socialiste à long terme dans la compétition des grandes puissances d’aujourd’hui, autant que le Parti communiste chinois voudrait revendiquer ce titre. Le vainqueur de ce conflit ne peut être que le capitalisme.

C’est une observation éclairante. Le moment appelle une gauche véritablement indépendante, libre de tout attachement résiduel aux intérêts des grandes puissances.

En réponse à cette convergence économique, nous devrions nous attendre à ce que toutes les parties mettent en avant les distinctions idéologiques, même si elles deviennent de plus en plus douteuses. La Russie, par exemple, utilise l’existence de nationalistes ukrainiens d’extrême droite pour déguiser son invasion en action antifasciste. Aux États-Unis, la concurrence entre les grandes puissances est déjà présentée comme démocratie contre autocratie, même si le pays n’est pas une démocratie fonctionnelle et qu’un autoritaire comme Donald Trump pourrait (encore) perdre le vote populaire et remporter la présidence en 2024. Les grandes puissances ne sont peut-être pas identiques, mais, de plus en plus, elles ne sont pas si différentes.

Puisque les armes nucléaires permettent de nouvelles formes d’agression impériale, l’anti-impérialisme d’aujourd’hui devrait fermement soutenir le désarmement nucléaire. De nombreuses parties de la gauche le font déjà, du moins en théorie. Mais il ne suffit pas d’exprimer un soutien rhétorique et ensuite de se prélasser dans la satisfaction d’avoir la bonne position.

Un engagement renouvelé envers le désarmement nucléaire signifie du travail – beaucoup de travail. Cela signifie éduquer les uns les autres et éduquer la classe ouvrière au sens large sur le rôle que les gens ordinaires ont joué pour mettre fin à la course aux armements de la guerre froide. Cela signifie revigorer les organisations de désarmement héritées et éventuellement en former de nouvelles. Cela signifie s’organiser contre les industries qui profitent de la production d’armes catastrophiques. Cela signifie reconnaître que les armes nucléaires tuent des gens en ce moment, même si la dissuasion tient. Cela signifie appeler les dirigeants mondiaux qui exacerbent les tensions nucléaires, ainsi que ceux qui exploitent les crises pour plaider en faveur d’encore plus d’armes.

C’est aussi agir à différentes échelles. Au niveau international, la gauche devrait faire pression pour que davantage de pays signent et ratifient le Traité des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires, qui est entré en vigueur l’année dernière et dont les États parties tiendront leur première réunion ce mois-ci. Dans le même ordre d’idées, nous devrions insister pour que les États dotés d’armes nucléaires respectent l’article VI du Traité de non-prolifération nucléaire, qui les oblige à faire un effort de bonne foi vers le désarmement, ce qu’ils ne font manifestement pas. Le travail international sera particulièrement important dans les pays de l’OTAN ainsi que dans des endroits comme la Biélorussie, qui pourraient bientôt accueillir des armes nucléaires russes.

Au niveau national, la gauche ne devrait pas hésiter à des batailles législatives sur des politiques spécifiques et des programmes d’armement. Ces efforts sont progressifs et parfois obscurs, mais ils ont un impact réel et ont bien plus de chances de réussir que de crier des demandes de désarmement dans le vide. Ici, aux États-Unis, nous devrions soutenir une politique de « non-utilisation en premier » des armes nucléaires et œuvrer à la réforme de l’autorité de lancement, qui jusqu’à récemment incombait uniquement à Donald Trump. Nous devrions soutenir les efforts législatifs pour bloquer les armes nucléaires tactiques ou « à faible rendement » qui abaissent le seuil d’utilisation. Nous devrions également favoriser la suppression progressive des ICBM basés au sol, qui compriment le temps de décision présidentiel et augmentent les risques d’un lancement erroné.

Le désarmement est un objectif, oui, mais c’est aussi un processus que nous pouvons aider à relancer.


L’année dernière, Magazine de l’armée de l’air a rapporté que le nouveau missile balistique intercontinental à pointe nucléaire des États-Unis – anciennement le Ground Based Strategic Deterrent, maintenant appelé Sentinel – est destiné à être un système de soixante-dix ans. Pensez-y : soixante-dix ans de plus de l’ère nucléaire. Soixante-dix ans de plus où le monde sera à la merci de neuf pays seulement. Soixante-dix ans de plus à pousser notre chance.

La situation n’est pas tenable, certainement pas à une époque où la guerre entre les grandes puissances (par procuration ou autre) est une possibilité réelle. Même une seule détonation serait un désastre ; une guerre nucléaire à grande échelle menacerait la civilisation elle-même.

Au mieux, la gauche donne aux gens ordinaires l’espoir qu’un avenir meilleur est possible. Nous devrions apporter ce sentiment de possibilité à la lutte pour le désarmement nucléaire. Les armes nucléaires ressemblent beaucoup au capitalisme, en fait – elles sont considérées comme éternelles, inévitables, voire naturelles. Mais il y a une alternative. Tout le monde mérite un avenir sûr et sécurisé, à l’abri de la menace d’une guerre nucléaire. Allons le construire.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire