Les Argentins votent à la primaire présidentielle : ce qu’il faut savoir | Nouvelles des élections

0
223

L’Argentine vote lors d’élections primaires qui détermineront les candidats finaux pour un scrutin présidentiel en octobre et donneront une idée claire du résultat final probable alors que le pays se bat contre une crise économique tourbillonnante.

Les sondages ont ouvert dimanche à 8h00 (11h00 GMT), les résultats devant commencer à arriver à partir de 21h00 (00h00 GMT).

La primaire est obligatoire pour la plupart des adultes et chaque personne obtient une voix, ce qui en fait en fait une répétition générale géante des élections générales d’octobre et donne une indication claire de qui est le favori pour prendre la présidence.

Tous les candidats ont besoin d’un minimum de 1,5 % des voix pour être éligibles aux élections générales.

Le président sortant Alberto Fernandez a décidé de ne pas se présenter aux élections car il souffre d’une cote de popularité au plus bas dans un contexte d’inflation annuelle de plus de 100 %, de pauvreté croissante et d’une monnaie qui se déprécie rapidement.

Le président argentin Alberto Fernandez a annoncé qu’il ne se représenterait pas [File: Ivan Alvarado/Reuters]

Quels sont les principaux candidats ?

Les deux principaux blocs politiques sont confrontés à des batailles de leadership internes et le vote déterminera qui sera le candidat à la présidence dans la principale coalition d’opposition de centre-droit dans laquelle le maire de Buenos Aires Horacio Rodriguez Larreta affronte l’ancienne ministre de la Sécurité Patricia Bullrich.

Celui qui arrivera en tête se présentera contre un candidat de la coalition au pouvoir, où le ministre de l’Economie Sergio Massa fait face à un challenger de gauche.

La primaire révélera également à quel point le candidat populiste de droite Javier Milei a gagné du terrain auprès des électeurs. Admiratrice de l’ancien président américain Donald Trump, Milei a séduit les électeurs avec un message anti-establishment qui a particulièrement touché les jeunes.

Sergio Massa : L’actuel ministre de l’Économie, Massa, est le principal candidat “d’unité” de la coalition péroniste au pouvoir, désormais appelée “Union por la Patria” ou “Union pour la patrie” et le favori de loin pour remporter sa nomination malgré une inflation atteignant 116 % et des réserves. diminue sous sa surveillance.

Pragmatique et négociateur, Massa, 51 ans, représente l’aile centriste du péronisme, la principale force politique argentine pendant des décennies, mais entretient des relations mitigées avec la puissante aile gauche de la coalition, malgré son éventuel soutien.

Massa est le candidat le plus populaire dans la plupart des sondages d’opinion, bien que sa coalition péroniste soit globalement considérée juste derrière le principal bloc d’opposition conservateur, appelé “Juntos por el Cambio” ou “Ensemble pour le changement”.

Sergio Massa
Sergio Massa, ministre argentin de l’Économie et candidat du parti au pouvoir aux primaires, s’adresse aux personnes qui assistent à l’exposition annuelle de la société rurale alors qu’il fait campagne à Buenos Aires [Natacha Pisarenko/AP]

Patricia Bullrich : Bullrich, 67 ans, ancien ministre de la Sécurité, représente l’aile la plus conservatrice de la coalition de centre-droit Ensemble pour le changement. Elle promet des mesures d’austérité sévères pour stabiliser l’économie et une approche sévère de la loi et de l’ordre.

Bullrich, qui fait face à un combat lors des primaires contre son rival modéré, le maire de Buenos Aires, Horacio Larreta, veut supprimer rapidement les contrôles de capitaux, réduire les dépenses pour lutter contre l’inflation et réduire les taxes sur les exportations agricoles, le principal moteur économique de l’Argentine.

patricia bullrich
Patricia Bullrich est une ancienne ministre de la sécurité [File: Natacha Pisarenko/AP]

Horace Larreta : Larreta, 57 ans, maire de la ville de Buenos Aires pour deux mandats, est une voix modérée au sein de la coalition Ensemble pour le changement et bénéficie du soutien de plusieurs groupes clés au sein du bloc. Il est en compétition avec Bullrich pour la nomination.

Économiste formé à Harvard, Larreta s’engage à déréglementer les marchés et à équilibrer le budget public, tout en préférant une approche axée sur le dialogue et plus progressive pour éviter de déclencher de nouvelles crises économiques.

Horace Rodríguez Larreta
Le maire de Buenos Aires, Horacio Rodriguez Larreta, bénéficie du soutien de plusieurs groupes clés du bloc Ensemble pour le changement [File: Natacha Pisarenko/AP]

Javier Milei : Avec des cheveux ébouriffés, des histrions et des diatribes régulières contre l’élite politique “voleuse”, Milei est la plus grande surprise politique de ces dernières années en Argentine, propulsée par des électeurs désenchantés par le statu quo politique.

L’économiste de 52 ans, qui porte souvent des vestes en cuir et chante des chansons rock lors de ses rassemblements politiques bruyants, a proposé de dollariser l’économie, de fermer la banque centrale et d’éradiquer divers ministères pour réduire l’État.

Javier Milei
Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, prend la parole lors d’un rassemblement à Buenos Aires [Natacha Pisarenko/AP]

Juan Grabios et Juan Schiaretti : Grabois, 40 ans, avocat et militant syndical, sera en concurrence avec Massa pour la principale nomination péroniste mais est loin derrière dans les sondages. Schiaretti, 74 ans, gouverneur régional, est un modéré lié au péronisme qui se présente pour une coalition de petits partis.

L’économie en spirale et la hausse de la criminalité éclipsent les sondages

La campagne électorale primaire a été largement dominée par l’économie, mais la criminalité a soudainement occupé le devant de la scène dans les derniers jours de la campagne après le meurtre d’une fillette de 11 ans lors d’un vol à la tire dans une banlieue de Buenos Aires mercredi.

La mort de Morena Dominguez lors d’une attaque par deux voleurs à moto dans le district de Lanus, dans la province de Buenos Aires, a laissé le pays sous le choc.

Il y a également eu une indignation à Buenos Aires suite au décès d’un militant politique de gauche, qui a subi une crise cardiaque alors qu’il était détenu par la police lors d’une manifestation jeudi.

Impact sur les élections générales

Indépendamment de qui sortira vainqueur, les analystes surveilleront de près si une forte performance de l’opposition pourrait suggérer une victoire pure et simple en octobre sans second tour.

Milei a obtenu près d’un cinquième des votes probables dans les sondages d’opinion et a conquis les électeurs avec un style impétueux et sans vergogne.

“Une bonne performance du candidat libertaire constituerait également une surprise et pourrait pointer vers une course à trois candidats disputée en octobre”, a déclaré la banque Goldman Sachs dans une note.

Les sondeurs s’attendent à un faible taux de participation, malgré une amende pour ne pas avoir voté.

«Il faut s’attendre à une abstention plus élevée, peut-être aussi à plus de votes blancs. Nous en avons vu des signes avant-coureurs lors des élections provinciales tenues jusqu’à présent », a déclaré le politologue Carlos Fara.

“L’élément le plus difficile à prédire est la performance de Milei car c’est un phénomène en dehors de la norme politique.”

Les sondeurs voient les candidats combinés de l’opposition Ensemble pour le changement juste devant le bloc péroniste au pouvoir, Milei tirant près de 20 %. Beaucoup, cependant, admettent que c’est une course difficile à prévoir. Lors de la primaire de 2019, les sondages se sont avérés très faux.

Celui qui gagnera en octobre – ou plus probablement lors d’un second tour en novembre – aura des décisions importantes à prendre sur la reconstitution des réserves de change épuisées, la stimulation des exportations de céréales, la maîtrise de l’inflation et la manière de dénouer un épais contrôle des changes.

La primaire peut aussi avoir un impact économique. Il y a quatre ans, une performance étonnamment forte de l’actuel président Alberto Fernandez a entraîné une forte dépréciation de la monnaie alors que les marchés voyaient les principaux résultats indiquant que le président Mauricio Macri, favorable aux entreprises, était sur le point de partir.

La monnaie locale, le peso argentin, a vu sa valeur chuter sur les marchés parallèles avant le vote de dimanche. Les contrôles stricts des capitaux signifient que l’accès au marché officiel des changes est extrêmement limité, de sorte que les taux parallèles ont prospéré.

Les économistes surveilleront les signes indiquant que la principale opposition de centre-droit pourrait remporter l’élection présidentielle et éviter un second tour en novembre.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/8/13/argentinians-set-to-vote-in-presidential-primary-what-to-know

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire