Les attaques contre la protection de l’enfance indienne et l’action positive sont les répercussions de la suprématie blanche

0
86

Source photo : Ernest Mettendorf – Domaine public

Attaques contre la loi indienne sur la protection de l’enfance

Le mercredi 9 novembree2022, la Cour suprême a commencé à entendre les plaidoiries en Haland c. Fougère.Cette affaire est centrée sur l’Indian Child Welfare Act de 1978, qui a été adopté pour empêcher la séparation des familles, en particulier le retrait des enfants amérindiens des terres tribales. Dans ce cas, “Baby O” qui a été laissé dans un hôpital après sa naissance en vertu des lois Safe Haven du Nevada, a été adopté par les parents adoptifs blancs, Heather et Nick Libretti. L’enquête sur la famille de Baby O a identifié son père biologique et d’autres parents par le sang, concluant qu’elle est éligible à la citoyenneté de l’Ysleta del Sur Pueblo, une tribu amérindienne reconnue par le gouvernement fédéral. [1] En vertu de l’ICWA, le placement préféré des enfants autochtones revient d’abord aux parents, puis aux grands-parents et aux autres parents de sang non nucléaires. Les parents ont été informés qu’ils ne pourraient pas adopter Baby O, et ils ont décidé de contacter tous les parents de sang potentiels chez qui Baby O pourrait être placé, pour essayer de les convaincre de renoncer à leur droit de garde. Les Libretti ont approché la grand-mère de Baby O, lui demandant de renoncer à la citoyenneté tribale pour retirer Baby O de la couverture de l’ICWA. Les Libretti ont embauché des avocats et travaillé avec des travailleurs sociaux partiaux qui n’ont pas contacté de nombreux parents de sang de Baby O jusqu’à ce qu’un tribunal leur ordonne de le faire, et quand ils l’ont fait, ils ont essayé de les convaincre d’accepter la garde de l’enfant.[1]

Les Libretti ont finalement obtenu la garde complète de Baby O, bien que cela ne suffise pas. L’accusation des Libretti selon laquelle leurs difficultés à adopter Baby O étaient le résultat d’une loi discriminatoire sur le plan racial – l’ICWA – qui dévalorise les parents blancs au profit des parents autochtones. L’affirmation des Libretti selon laquelle ils ont été victimes de discrimination raciale et, par conséquent, en vertu de la clause de protection égale, l’ICWA est inconstitutionnelle. Leur cas n’est que l’un des quatre qui a été porté sous le seul nom de Haland c. Fougère. [1]

Les États-Unis et le Canada ont des histoires terrifiantes de « séparation familiale ». Ce qui a été observé à travers la séparation familiale des migrants par l’administration Trump et Biden, venant en grande partie d’Amérique centrale et latine (et constituant presque exclusivement des familles noires et brunes dans leurs rangs) n’est que la forme la plus visible et contemporaine de déshumanisation d’autres groupes ethniques via l’exploitation et l’abus des mineurs de ce groupe. Aux États-Unis, l’effort d’assimilation forcée par le génocide culturel ou humain des populations autochtones a été exposé à maintes reprises. Que ce soit par l’empiètement continu sur les terres territoriales malgré les traités avec les nations, l’Indian Removal Act de 1830 ou le massacre de Wounded Knee en 1973, le gouvernement des États-Unis a démontré à plusieurs reprises son engagement à éliminer la culture, le territoire et les familles autochtones. .

A la fin du 19e siècle, les États-Unis ont ouvert des internats pour les enfants autochtones, les retirant des terres tribales, punissant l’utilisation des langues autochtones, imposant l’anglais ou le français, éduquant les élèves sur leurs insuffisances culturelles et mentant souvent aux enfants, affirmant que leurs parents ne voulaient pas d’eux .[2] Lorsque les mineurs sont arrivés dans ces internats, ils ont été physiquement et symboliquement dépouillés de leur identité par la coupe des cheveux et des lavages et récurages agressifs : leur vie autochtone a nettoyé leur corps, ils devaient désormais agir comme des Caucasiens dans une société blanche. . De nombreux enfants autochtones qui fréquentaient ces pensionnats ont été abusés physiquement et sexuellement, ont été négligés ou carrément assassinés, et leurs parents se sont vu refuser les visites ou même l’avis du décès de leur enfant. [3]Même au cours des dernières années, des fosses communes récemment découvertes dans d’anciens pensionnats au Canada démontrent le traumatisme continu que ces pensionnats ont causé à des générations d’Autochtones, tout en montrant au public tout ce que nous ne savons pas encore tous mais qui a été fait dans le nom de « sauver » les peuples autochtones. [4] Comme le disait le fondateur d’un pensionnat en 1892 : « tous les Indiens qu’il y a dans la course doivent être morts. Tuez l’Indien en lui et sauvez l’homme. [5] Lorsque les enfants n’étaient pas emmenés dans des internats, ou après une période dans un internat, ils étaient adoptés par des familles blanches. Nous trouvons ici les histoires poignantes de ces enfants autochtones qui ont été adoptés pour être esclaves et serviteurs de familles blanches, et qui ont continué à vivre un génocide culturel et un statut de seconde classe à l’intérieur de leurs foyers adoptifs. [1]

Au moment où l’ICWA a été adoptée en 1978, 25 à 35 % des enfants autochtones avaient été expulsés de force des terres tribales, certaines communautés n’ayant plus d’enfants. [1] [4] De nombreuses victimes des internats vivent encore aujourd’hui et ont signalé les abus physiques, émotionnels et sexuels qu’elles ont subis dans les internats et dans les maisons de leurs familles adoptives blanches. [5]

C’est à travers le prisme de ces vérités historiques que l’ICWA a été adoptée par le Congrès en 1978 ; il s’agissait d’une modeste tentative de placer des gardes contre le génocide culturel et la maltraitance des enfants autochtones, et il repose sur un cadre juridique identifiant l’indépendance des gouvernements tribaux par rapport au gouvernement des États-Unis.

Attaques contre la discrimination positive

De manière connexe, Étudiants pour Fair Admissions, Inc. c.Université de Caroline du Nord et Étudiants pour Fair Admissions Inc. contre le président et les boursiers de Harvard contestent actuellement les fondements constitutionnels de l’action positive devant la Cour suprême. [6] Bien qu’en 2003, Grutter v. Bollinger a déclaré que la race pourrait être utilisée comme facteur dans la prise en compte des admissions dans les collèges et les universités pour altérer les préjugés inconscients et améliorer la diversité des étudiants. [6]Dans ces deux affaires, l’avocat conservateur Edward Blum a utilisé son propre groupe d’étudiants pour des admissions équitables (SFFA) pour faire valoir qu’il existe une discrimination raciale anti-blanche dans les admissions universitaires, mais ces affaires ont échoué. Les affaires actuelles portées devant la Cour suprême soutiennent qu’aujourd’hui, plutôt que la discrimination raciale anti-blanche dans les processus d’admission à l’université, les admissions conscientes de la race des décennies précédentes discriminaient les étudiants juifs et discriminent actuellement les Américains d’origine asiatique. [7]

Les spécialistes des sciences sociales et politiques documentent depuis longtemps le rôle de «minorité modèle» ou de «tampon» dans lequel les Asiatiques et les Américains d’origine asiatique ont été poussés, utilisant essentiellement le colorisme et la promesse d’un traitement «meilleur que» pour opposer les communautés asiatiques aux communautés noires aux États-Unis. . [8] Le mythe de minorité modèle le plus clair perpétué dans la société américaine est peut-être que les Asiatiques et les Américains d’origine asiatique sont studieux et doués sur le plan académique, en particulier en mathématiques. Souvent dépeinte comme la minorité qui sait comment «se relever par ses bottes», Kim détaille une histoire torturée aux États-Unis de Caucasiens gonflant puis pointant vers les succès américains d’origine asiatique pour justifier le manque de prestations sociales pour les communautés noires et brunes, essentiellement argumentant “s’ils peuvent le faire, pourquoi pas vous?” [8]

Ainsi, les nouvelles affirmations selon lesquelles les pratiques d’admission conscientes de la race discriminent les Asiatiques et les Américains d’origine asiatique consistent à affirmer que la minorité qui, de manière stéréotypée dans l’esprit des Américains, mériter leurs positions académiques, sont discriminés en faveur de minorités non méritantes. Malheureusement, ces affirmations ne tiennent pas, car divers groupes de réflexion et institutions représentatives américains d’origine asiatique constatent que les Américains d’origine asiatique ont tiré de grands avantages des pratiques d’admission soucieuses de la race, annulant une telle logique. [9] Étant donné que les allégations de discrimination anti-blanche n’ont pas fonctionné pour Blum, les Américains d’origine asiatique sont dépeints à travers un stéréotype de minorité modèle raciste pour présenter l’action positive comme discriminatoire, même envers les minorités elles-mêmes.

Élever la suprématie blanche et démanteler les protections des minorités

Les deux séries d’affaires portées devant la Cour suprême au cours de cette session partagent un thème central : la Cour suprême va décider de légitimer l’allégation de « racisme à l’envers » ou de discrimination anti-blanche. Les parents de Baby O ont affirmé que leur processus d’adoption avait été rendu difficile en raison de la discrimination à l’égard de leur race blanche, et Blum utilise les Américains d’origine asiatique comme une minorité de deuxième choix et presque blanche pour affirmer que les processus d’admission à l’université négligent injustement la valeur de l’Asie. (lire « aussi blancs ») étudiants en faveur des autres non méritants.

Ce n’est que la présentation la plus récente et peut-être accablante de la fragilité blanche, du déni de l’inégalité systémique et de la suprématie blanche que les conservateurs tentent d’utiliser pour démêler les protections des droits civils des groupes minoritaires. Nous devrions par la suite aborder ces questions qui manquent de preuves substantielles tout aussi irrationnelles et potentiellement induisant de la violence que les allégations non fondées de fraude électorale de 2020.

Le racisme inversé n’existe pas. Ce qui fait la suprématie blanche, en fait, la suprématie, c’est la manière dont la police, les tribunaux, la structure juridique, En fait les préférences en matière de logement et les valeurs du marché du logement, l’interaction des enseignants avec les étudiants, l’interaction bureaucratique avec les citoyens et tous les autres aspects de la société donnent la préférence aux peaux plus claires ou aux personnes ayant un héritage européen. La suprématie blanche n’est pas simplement la capacité d’un individu à dire ou à penser des choses terribles ; c’est aussi l’existence d’une structure politique socio-légale qui soutiendra cet individu, même jusqu’à l’oppression des droits de l’homme de beaucoup d’autres. Les minorités ethniques et raciales aux États-Unis ne reçoivent pas ce soutien systémique. Les minorités ethniques et raciales sont ciblées par un système de police systématiquement raciste [10]exclus par un système éducatif fragilisé, notamment à cause de la pandémie de coronavirus [11]et privés de leurs droits par une attaque croissante contre le droit de vote. [12]

Ce que ces deux cas nous montrent alors, ce n’est pas qu’il y ait un quelconque crédit aux revendications de racisme inversé. Nous ne devrions pas supposer que le raisonnement fondé sur des preuves est l’objectif de l’extrême droite aux États-Unis ; leur négationnisme électoral et leur refus de répondre aux nécessités médicales et aux droits de l’homme en témoignent. Au lieu de cela, ce que ces cas montrent au public, c’est la montée continue en intensité et en portée des récits de la suprématie blanche. C’est, après tout, la théorie du grand remplacement qui prétend que les minorités noires et brunes sont de connivence avec des conspirateurs juifs internationaux pour commettre un génocide blanc aux États-Unis. Quel meilleur moyen de prévenir ce « génocide blanc » que de « protéger » les droits des parents blancs et des étudiants blancs par la révocation des droits des minorités ? La Cour suprême en exercice qui a accepté d’entendre les deux séries d’affaires a prouvé qu’elle ne se souciait pas non plus du raisonnement fondé sur des preuves, démontrant à quel point les droits civils des Amérindiens sont profondément enracinés dans les protections accordées par l’ICWA, et elle n’est pas concernée d’offrir des opportunités aux étudiants de couleur : la Cour suprême et les groupes conservateurs soutenant ces appels ne se préoccupent que du maintien de la suprématie blanche via le démantèlement d’un réseau de droits civiques minoritaires.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/18/attacks-on-indian-child-welfare-and-affirmative-action-are-the-reverberations-of-white-supremacy/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire