Les attaques de Beltway Media Hacks contre l’équipe deviennent pathétiques

0
129

Le mot grec axios est un adjectif impliquant la dignité (ou alternativement le désert). Pour les fondateurs de la société de médias éponyme, c’était donc le timbre parfait pour un style de reportage qu’ils espéraient populariser et dont ils espéraient tirer parti : concis, instantanément digeste et facile à regarder pour les accros politiques et les initiés essayant d’obtenir leurs informations quotidiennes. réparer. Aucune parure et rien d’étranger, du moins le terrain.

AxiosLe style maison de, en fait, est si paternel et maniable qu’il s’étend même aux repères visuels afin que votre cerveau puisse subir le nombre minimum de rotations nécessaires pour commencer et terminer un article. Les histoires se présentent sous la forme de petits morceaux complets avec des puces, du texte en gras et même des balises contextuelles Voice of God – “La vue d’ensemble” ou “Pourquoi c’est important” – destinées à évoquer l’impartialité.

Avant le lancement du site, le cofondateur Jim VandeHei a déclaré qu’il visait “un mélange entre le Économiste et Twitter », qui est une description accidentellement éloquente de son MO de base. (Idéologie du rang enveloppée dans une feuille objective? Rencontrez la durée d’attention moderne fragmentée…) Le partenaire de VandeHei dans l’entreprise, quant à lui (ancien politique l’auteur du livre de jeu Mike Allen) insiste sur le fait qu’il n’a aucune idéologie – une fausse prémisse absolument mûre pour le reconditionnement éhonté du dogme banal de Beltway en tant que sagesse politique désintéressée.

Ce tour de passe-passe épistémologique était pleinement visible la semaine dernière alors qu’Allen publiait un blog sous le titre chargé de manière transparente “Squad Politic Backfire”. Arrivant à un peu plus de cinq cents mots (c’est pratiquement Guerre et Paix dans Axios termes), l’article d’Allen est la énième itération de l’explication standard des initiés de Beltway pour la chute des fortunes démocrates. Même pour le genre, en fait, c’est incroyablement peint par des chiffres – en parcourant un scénario standard sur la façon dont les politiques «d’extrême gauche» de quelques élus marginaux nuisent aux perspectives du parti avant les mi-mandats.

Bien qu’il cite Matt Bennett du groupe de réflexion “de centre-gauche” Third Way (un descripteur quelque peu fallacieux compte tenu de la cavalcade de bailleurs de fonds de l’organisation), l’effort de premier plan d’Allen en matière d’approvisionnement est gracieuseté de la phrase caricaturale nébuleuse (et par inadvertance trumpienne) “Les meilleurs démocrates nous le disent.” C’est le ouï-dire égoïste, en d’autres termes, des brahmanes du parti et des apparatchiks des entreprises, blanchis comme des « informations » et portant l’empreinte d’un reportage politique désintéressé.

Si rien d’autre, c’est un indice peu subtil que les élites démocrates se sont résignées à la défaite en novembre et sont déjà en train de changer de vitesse pour tenter de blâmer leur propre petite gauche impuissante pour l’effacement à venir. Mais c’est aussi une étude de cas particulièrement instructive de Beltway Brain en fonctionnement : fidélité irréfléchie à une vision dogmatiquement centriste et néolibérale de la politique électorale, livrée avec toute la simplicité factuelle d’un manuel d’assemblage de meubles ou d’un dossier technique.

À vrai dire, il est difficile de croire que les adultes adultes qui ont choisi de passer leur vie à écrire sur la politique sont à l’aise avec une pensée réductrice – et peuvent rester si volontairement incurieux qu’ils y voient un jeu de société avec des règles strictes plutôt que le site compliqué de la délibération et de la lutte l’est si évidemment. Appeler l’article d’Allen « téléphoné » serait donc une insulte aux absents paresseux du monde entier. C’est moins dénué de substance que c’est un réel annuler rendu sous forme de prose.

Le journalisme politique d’initié a longtemps souffert des limites évidentes imposées par la nécessité d’accéder à des personnes au sommet d’institutions puissantes (il est assez difficile de maintenir une orientation sceptique envers le pouvoir si vous en êtes si totalement dépendant). Pourtant, avec l’avènement du cycle de nouvelles de vingt-quatre heures et de la durée d’attention de vingt-quatre secondes, les pires tendances des reportages de Beltway sont devenues encore plus exagérées et obtusément auto-parodiques.

La nôtre, semble-t-il, est une époque politique si sclérosée que même les hacks ont finalement renoncé.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire