Les avocats ajouteront Abu Akleh à l’affaire des journalistes palestiniens devant la CPI | Conflit israélo-palestinien

0
183

L’affaire de la CPI met en lumière les attaques israéliennes contre des journalistes et le bombardement des bureaux d’Al Jazeera à Gaza en mai dernier.

Les avocats travaillant sur l’affaire déposée auprès de la Cour pénale internationale (CPI) concernant le ciblage de journalistes palestiniens par Israël ont déclaré qu’ils ajouteraient le meurtre de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh à la plainte.

L’annonce faite lors d’une conférence de presse à Londres vendredi fait suite à la décision de l’Autorité palestinienne et d’Al Jazeera Media Network de soumettre des affaires distinctes à la CPI concernant le meurtre d’Abu Akleh le 11 mai par les forces israéliennes.

L’inclusion d’Abu Akleh dans l’affaire est intervenue après une demande de sa famille.

Des avocats de Doughty Street Chambers, des représentants de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), du Syndicat des journalistes palestiniens (PJS) et du Centre international de justice pour les Palestiniens (ICJP) étaient tous présents à l’événement.

S’exprimant également lors de la conférence de presse, Walid al-Omari, chef du bureau d’Al Jazeera à Jérusalem, a déclaré que le réseau médiatique « explorait toutes les possibilités légales » pour rendre justice à Abu Akleh.

Abu Akleh, 51 ans, a été abattue par les forces israéliennes alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien dans la ville de Jénine. Pendant ce temps, Ali al-Samoudi, également journaliste d’Al Jazeera, a été blessé par balle dans le dos sur les lieux.

« Nous attendons la confirmation du Bureau du Procureur de la CPI sur les mesures qu’ils ont l’intention de prendre, mais le meurtre de Shireen et l’assassinat d’Ali al-Samoudi mettent en évidence la nécessité d’une action urgente de la CPI. Nous chercherons à ajouter ces affaires à la plainte qui est déjà devant la CPI », a déclaré Bindmans LLP, la société organisatrice de l’événement, avant la conférence de presse.

“Une presse libre est la pierre angulaire d’une démocratie”, a déclaré Tayeb Ali, l’avocat chargé de l’affaire. « Le ciblage de journalistes dans des zones de conflit partout dans le monde est inacceptable et doit entraîner de graves conséquences pour ceux qui tentent de cacher leurs crimes et leurs violations en tuant ou en mutilant des journalistes.

Al Jazeera Media Network a annoncé jeudi avoir chargé une équipe juridique de déférer à la CPI le meurtre de sa journaliste Shireen Abu Akleh.

Le réseau a déclaré avoir formé une coalition internationale composée de son équipe juridique, ainsi que d’experts internationaux, et prépare un dossier sur le meurtre d’Abu Akleh à soumettre au procureur de la CPI.

“Le Réseau s’engage à suivre toutes les voies pour obtenir justice pour Shireen et à veiller à ce que les responsables de son meurtre soient traduits en justice et tenus responsables devant toutes les plateformes et tribunaux judiciaires et juridiques internationaux”, indique le communiqué.

Par ailleurs, jeudi, l’Autorité palestinienne a annoncé les résultats d’une enquête sur le meurtre du Palestinien américain Abu Akleh qui, selon elle, a montré que les forces israéliennes avaient délibérément abattu et tué le journaliste chevronné.

Le procureur général palestinien Akram al-Khatib a déclaré qu’Abou Akleh avait été touché par une balle perforante.

La mort d’Abu Akleh a provoqué l’indignation mondiale, plusieurs pays exigeant une enquête transparente et rapide sur son assassinat.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/27/lawyers-hold-press-conference-palestinian-media-icc-case

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire