Mécontentement à dessein – CounterPunch.org

0
166

Tout le monde, partout veut être heureux; comment trouver ce joyau n’est cependant pas facile et beaucoup de gens, la plupart peut-être, passent leur vie à lutter contre la misère, tout en recherchant dans des cercles de plus en plus étroits le bonheur ou le soulagement du malheur, jusqu’à ce que las et découragés ils abandonnent et attendent l’inévitable.

Conditionnés dès la naissance à s’attendre à ce que le bonheur soit trouvé à l’extérieur, dans le monde sensoriel et le royaume turbulent de la romance, c’est là, naturellement, que la plupart mènent leur recherche. Les stéréotypes réducteurs de ce qui constitue une « vie heureuse » sont ancrés dans l’esprit de chacun pratiquement dès la naissance. Des stéréotypes construits par des entreprises, soutenus par des gouvernements fourbes qui s’engagent activement dans la conception et la perpétuation de systèmes (socio-économiques et politiques) qui, loin de créer le bonheur, alimentent le mécontentement, agitent les conflits internes et créent une dépendance à la stimulation sensorielle matérielle. Des stéréotypes qui ont évolué à partir d’un ensemble de fausses conclusions sur la nature de la vie, dans lesquelles « le corps », avec ses désirs sans fin, et le plaisir ont occupé le devant de la scène. Le « succès », généralement déterminé par la richesse financière et le pouvoir, a été présenté comme le but le plus élevé de la vie ; l’ambition est promue, admirée même, la propriété des choses et la domination sur les autres sont considérées comme louables.

Ces fausses valeurs, qui sont enracinées dans une vision matérialiste étroite de la vie, proviennent en grande partie des nations occidentales développées dirigées par les États-Unis, ainsi que de puissantes sociétés multinationales. Mais grâce à la mondialisation et à la conviction dogmatique qu’il n’y a pas d’alternative au modèle économique néo-libéral, les nations et les peuples du monde entier ont maintenant, plus ou moins, adopté ce qui est une approche corrosive et toxique de la vie ; celui qui vandalise la planète, alimente la maladie mentale et attise les inégalités sociales / de revenus / de richesse.

Ce n’est pas un hasard si les pays les plus inégalitaires souffrent de certains des niveaux les plus élevés de maladies mentales ; à l’inverse, les pays les plus égaux sont régulièrement classés comme les plus heureux du monde – la Finlande (en tête pour la cinquième année consécutive), suivie du Danemark, de l’Islande, des Pays-Bas, de la Norvège et de la Suède.

Une mesure de bonheur ?

Dans cette construction omniprésente et cynique, une équivalence entre le bonheur et le succès/statut économique/matériel est établie, promue et dans une certaine mesure crue. C’est une mesure appliquée non seulement aux individus, mais c’est la principale référence pour mesurer le développement national. Remettre en question ce récit et parler du bonheur lui-même (ou bien de l’amour, et les deux découlent de la même source) comme objectif premier de la vie et critère le plus important pour évaluer la croissance – qu’il s’agisse d’un individu ou d’un pays, par opposition à , par exemple, la richesse, la réussite professionnelle, l’influence politique, une grande maison, une voiture rapide, etc. doivent être rejetées comme naïves ; en décalage avec le monde concurrentiel en évolution rapide dans lequel nous vivons.

Mais il y a des signes timides que cette vision plutôt grossière et déséquilibrée commence à être remise en question, quoique discrètement. Avec un sentiment croissant de désillusion vis-à-vis des systèmes et des valeurs existants chez de nombreuses personnes, et grâce en grande partie à la nation du Bhoutan. Ce petit pays, coincé entre le Bangladesh et la Chine, a depuis longtemps adopté une autre façon d’évaluer le statut du pays en se basant sur le bien-être collectif plutôt que sur les niveaux de PIB, et en juillet 2011, il a parrainé une résolution des Nations Unies (65/309), dans laquelle les nations étaient invités à “accorder plus d’importance au bonheur et au bien-être pour déterminer comment atteindre et mesurer le développement social et économique”.

En réponse, l’année suivante, le World Happiness Report a été créé; un regard annuel sur les niveaux de bonheur à travers le monde, une répartition des différents pays et un aperçu de l’endroit où nous, en tant que société mondiale, sommes et pouvons aller. « La véritable mesure du progrès est le bonheur du peuple », indique le rapport. « Que le bonheur peut être mesuré ; et que nous en savons beaucoup sur ce qui le cause. Compte tenu de ces connaissances, il est désormais possible pour les décideurs politiques de faire du bonheur des gens l’objectif de leurs politiques. Et, ajoutons-le, pas simplement l’enrichissement continu de quelques personnes/sociétés fortunées.

Le rapport 2022, publié en mars, indique qu’au cours des dix années écoulées depuis sa première publication, “il y a eu, en moyenne, une tendance à la hausse modérée à long terme du stress, de l’inquiétude et de la tristesse dans la plupart des pays et une légère baisse à long terme dans la joie de vivre. »

Il s’agit d’une évaluation sans surprise et accablante des valeurs mondiales dominantes. Mais, étant donné le mode de vie actuel obsédé par le matérialisme, les divisions sociales, les pressions pour devenir quelque chose, pour se conformer à une image qui correspond au stéréotype culturel et pour accepter la doctrine dominante, ainsi que le sentiment croissant d’anxiété environnementale (reconnue comme une état de santé mentale par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des niveaux croissants et persistants d’insatisfaction, d’anxiété et de tristesse sont inévitables.

Et du point de vue des architectes – les politiciens, les entreprises et les dévots de la doctrine – c’est bien. La dernière chose qu’ils veulent, ce sont des communautés heureuses et satisfaites en harmonie avec eux-mêmes et leur environnement ; il est difficile de se sentir satisfait dans un monde violent en guerre contre lui-même ; où l’environnement est mutilé, la méfiance envers « l’autre » est encouragée et où l’insécurité économique est la norme pour la plupart des gens.

L’insécurité, l’intolérance et le désir perpétuel sont les pierres angulaires de l’idéologie de l’avidité et de la division, qui repose sur une base de consommation et de séparation continuelles et irresponsables ; un désir entretenu par la publicité/marketing, déclenchant un mécontentement qui, disent-ils, sera assouvi en achetant leurs produits. Mais comme l’a expliqué le grand sage indien Ramana Maharshi, « Il n’y a de bonheur dans aucun objet du monde. Nous imaginons par notre ignorance que nous tirons le bonheur des objets. Quand l’esprit s’éteint, il fait l’expérience de la misère. Et l’esprit est constamment encouragé à « sortir » : faire du shopping, chercher du divertissement, suivre et s’engager dans des désirs de toutes sortes à la chasse au bonheur.

Alors que l’accomplissement temporaire du désir ne crée pas un bonheur durable, il apporte un soulagement momentané du désir et de la misère. Ce n’est cependant pas l’objet du désir qui crée un tel bonheur ; le désir brièvement satisfait est apaisé, laissant briller le bonheur qui est toujours présent, avant le prochain désir, et le suivant et ainsi de suite. Le désir est insatiable : comme l’a enseigné le Bouddha, c’est la racine de toute souffrance (psychologique) ; avec le désir vient l’anxiété, la déception et la division – et là où il y a division, à l’intérieur ou à l’extérieur, il y aura conflit.

Évadez-vous à l’intérieur

Parmi la liste des crises mondiales auxquelles l’humanité est confrontée, il y a une épidémie de maladies mentales (la dépression et l’anxiété sont les affections les plus courantes), conduisant dans certains cas à la dépendance (car on cherche à échapper au malheur) et au suicide – considéré comme l’ultime échappatoire. Le nombre réel de personnes souffrant est inconnu, il est estimé à environ un milliard (15% de la population mondiale), mais c’est sans aucun doute beaucoup plus. Et tandis que les causes peuvent varier, et les circonstances de nos vies diffèrent, la condition humaine ne change pas. Au-delà des différences culturelles/ethniques qui existent (et celles-ci sont rapidement détruites par la mondialisation et le projet d’uniformité), nous sommes tous pareils et nous voulons tous être heureux, peu importe où nous sommes dans le monde, que ce soit, noir, brun ou blanc, riche pauvre ou quelque part entre les deux.

Ni les choses, ni les autres, la position ou le succès ne peuvent satisfaire ce désir inné de bonheur. Comme l’a expliqué Ramana Maharshi, si les objets (y compris les croyances) apportaient le bonheur, “il serait raisonnable de conclure que” le bonheur augmenterait avec l’augmentation des possessions et diminuerait proportionnellement à leur diminution. Donc s’il [someone] est dépourvu de biens, son bonheur devrait être nul. Quelle est la véritable expérience de l’homme [woman]? Est-ce conforme à ce point de vue ? En sommeil profond [e.g.] l’homme est dépourvu de biens, y compris [conscious awareness of] son propre corps. Au lieu d’être malheureux [though] il est tout content.

Comme la paix et l’amour, un tel bonheur repose à l’intérieur, c’est le droit de naissance de chacun, et pourtant, perdus dans le monde creux de la consommation, de la concurrence et de l’incertitude, beaucoup, sinon la plupart des gens, expérimentent cet état inhérent au mieux de manière éphémère. Cela peut changer, en effet si nous voulons créer des sociétés saines et harmonieuses dans lesquelles la responsabilité sociale et environnementale est centrale, cela doit être le cas. Un changement systémique est nécessaire de toute urgence, tout comme des changements de valeurs et de comportements, et une levée de la pression colossale qui caractérise la vie des gens à travers le monde. Des changements qui inculquent la justice sociale, la confiance et des modes de vie plus simples et plus calmes ; des changements qui cultivent la bonté humaine, la compassion et l’unité. Des changements auxquels les gens aspirent partout : Rejeter les cris du marché, affaiblir Le Monstre et créer un espace dans lequel le contentement et le bonheur naturel peuvent s’épanouir.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/27/discontent-by-design/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire