Les bonus de Wall Street sont hors de contrôle

0
270

Au zénith de la révolution Reagan et depuis, le marché a toujours été défendu en raison de sa supposée efficacité. Les résultats du marché, du moins selon l’argument, peuvent ne pas toujours produire des résultats égalitaires, mais ils allouent au moins les ressources de manière efficace et récompensent l’activité productive. Mais les preuves abondent que l’hyper-financiarisation de l’économie américaine a en fait eu quelque chose comme l’effet inverse.

Selon les conclusions de l’Economic Policy Institute, la croissance de la productivité des travailleurs au cours des soixante-dix dernières années ne s’est pas accompagnée d’une augmentation proportionnelle des salaires. Au cours des dernières décennies, cependant, la rémunération de ceux qui se trouvent actuellement au sommet de l’activité financière a explosé – les bonus moyens de Wall Street augmentant de 1 743 % depuis 1985, une fois ajustés à l’inflation (si le salaire minimum avait augmenté au même rythme, il serait actuellement être de 61,75 $ au lieu d’un maigre 7,25 $).

L’ampleur époustouflante de cette croissance est illustrée de manière spectaculaire dans un nouveau rapport de Sarah Anderson de l’Institute for Policy Studies, qui constate que le bonus moyen de Wall Street en 2021 était de 257 500 $, en hausse de 20% par rapport à 2020 et nettement plus élevé que n’importe quelle année depuis le Krach financier de 2008.

Le saut est particulièrement notable à la lumière des débats en cours concernant l’inflation et le coût de la vie. Comme l’observe Anderson, la hausse des bonus de Wall Street a considérablement dépassé le taux d’inflation annuel de 7 % – un taux qui lui-même a dépassé l’augmentation relativement faible de 2 % des gains hebdomadaires moyens des travailleurs du secteur privé. Et c’est sans parler des salaires de base à Wall Street, qui eux-mêmes s’élevaient en moyenne à plus d’un quart de million de dollars l’an dernier.

Dans l’ensemble, trouve Anderson, le pool de bonus à lui seul pour les 180 000 employés privilégiés de Wall Street était de 45 milliards de dollars – assez pour maintenir un million d’emplois rémunérés 15 dollars de l’heure pendant une année entière.

Près de quinze ans après l’effondrement de 2008 et dans le sillage de l’important ralentissement économique provoqué par la pandémie de coronavirus, l’explosion continue des bonus de Wall Street est un rappel supplémentaire de l’inefficacité fondamentale de l’économie américaine. Alors que les travailleurs deviennent beaucoup plus productifs et génèrent des gains limités pour la grande majorité, même une implosion financière massive comme celle de 2008 n’a rien fait pour arrêter la cupidité galopante de l’élite économique du pays.

Comme le souligne Anderson, même la disposition relativement modeste de la législation Dodd-Frank de 2010 conçue pour limiter les salaires incontrôlables de Wall Street n’a pas encore été mise en œuvre – en grande partie grâce à la capture réussie du Congrès par l’industrie et à ses efforts de lobbying. Dans le même temps, l’année dernière, les démocrates n’ont pas réussi à faire passer une augmentation promise du salaire minimum, qui n’a pas été augmenté une seule fois depuis juillet 2009.

Après la conquête réussie de la politique américaine par le reaganisme dans les années 1980 et la financiarisation correspondante de l’économie, c’est un axiome dans les deux grands partis que régner sur le marché fait inévitablement plus de mal que de bien, même pour ceux qui se trouvent au bas de la pyramide économique. Particulièrement dans le sillage de 2008 et depuis que les travailleurs essentiels ont supporté le poids de la pandémie, cette prémisse déjà intenable a été impossible à maintenir.

Le simple fait de laisser les marchés se déchirer a produit une instabilité régulière. Plus précisément, cela permet aux gains de revenir à une classe de plus en plus étroite au sommet dont les récompenses n’ont souvent aucun rapport avec la productivité ou la valeur réelle créée. Réglementer et régner dans l’économie hyper-financiarisée de l’Amérique est donc urgent, en retard et le minimum absolu requis pour créer un règlement économique dans lequel les travailleurs qui effectuent le travail essentiel qui soutient la vie quotidienne collectent la part de richesse qu’ils méritent réellement.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire