Les capitalistes veulent que votre retraite soit misérable

0
42

En 1994, la Banque mondiale a publié un rapport intitulé Éviter la crise de la vieillesse : politiques de protection des personnes âgées et de promotion de la croissance, qui décrivait une série de politiques de privatisation conçues pour réduire les obligations de l’État en matière d’aide aux personnes âgées. Dans le cadre de l’effort d’allégement des appareils d’État en lésinant sur l’investissement public, les États ont tenté de réorienter l’épargne-retraite vers les marchés de capitaux.

La combinaison des crises des retraites et des attaques contre l’État-providence a fourni une opportunité en or aux néolibéraux qui ont cherché à démanteler les systèmes publics de retraite et à ouvrir de nouvelles possibilités pour le capital financier. S’appuyant sur la politique de retraite du Chili d’Augusto Pinochet et la mondialisant, qui a privatisé le système de retraite public en comptes de retraite individuels, la Banque mondiale et ses acolytes ont inscrit la privatisation des retraites à l’agenda politique mondial. Cela a conduit au démantèlement des systèmes de retraite publics dans de nombreux pays.

Près de trente ans après la publication du rapport de la Banque mondiale, les soins aux personnes âgées en Amérique du Nord sont en effet en crise, mais c’est une crise qui a été créée par le type de pensée caractérisé par le rapport lui-même. C’est la conséquence d’années de délestage du coût de la retraite sur l’individu, au détriment des systèmes socialisés du vieillissement.

Dans le monde industriel, la privatisation des retraites publiques s’est accompagnée d’attaques contre les retraites professionnelles. La baisse de la densité syndicale dans le Nord global a créé des opportunités pour les capitalistes de piller les économies de retraite et de refiler les coûts de retraite à leurs travailleurs.

Cela a été rendu possible par le passage des régimes à prestations définies à des régimes à cotisations définies. La différence entre un régime à prestations définies (PD) et un régime à cotisations définies (CD) réside dans la répartition des risques. L’employeur d’un régime PD, dans le cas où le régime fonctionne mal sur le marché, est responsable de combler les manques à gagner – le montant qui sera versé au travailleur à titre de prestation est gravé dans le marbre. Dans un régime DC, cependant, tout ce qui est garanti est la contribution initiale de l’employeur — si les marchés s’effondrent la veille de votre retraite, vous n’avez pas de chance.

Les régimes DC sont évidemment très attrayants pour les employeurs, c’est pourquoi il y a eu une telle pression concentrée du lobby des entreprises pour remplacer les régimes DB par des régimes DC. Les plans DB, selon la rhétorique, sont désuets – une relique de l’époque de Big Steel et Big Auto. L’avenir exige de la flexibilité, et la flexibilité signifie risque. Le résultat est que l’entreprise est protégée — le travailleur ne l’est pas.

Le remplacement des régimes à prestations déterminées par des régimes à cotisations déterminées a joué un rôle important dans la guerre en cours contre la retraite menée par les gouvernements et les entreprises néolibéraux. Mais ce n’est certainement pas la seule façon dont la responsabilité de la retraite a été érigée en responsabilité individuelle.

La couverture insuffisante des retraites publiques et la faible couverture des retraites professionnelles signifient que la propriété d’actifs joue un rôle central dans la prise en charge de la retraite des personnes. La vision thatchérienne de la « société des propriétaires » présupposait que l’État-providence pouvait être entièrement remplacé par la propriété individuelle.

Mais avec le logement intégré aux marchés financiers mondiaux, l’accès à la propriété est hors de portée de la plupart des gens. Alors que beaucoup comptent sur l’accession à la propriété pour remplacer une pension solide, les fonds de pension sont devenus des acteurs majeurs de l’immobilier de luxe et résidentiel. Les investissements dans les fiducies de placement immobilier et dans la propriété directe ont vu les pensions jouer un rôle crucial dans la financiarisation mondiale du logement. Cela a servi à amplifier un processus dans lequel les maisons sont traitées comme des éléments de bilan plutôt que comme des lieux de vie et de vieillissement.

Les prêts hypothécaires inversés s’attaquent aux personnes âgées en grande difficulté financière en prêtant de l’argent contre leur maison. Ces hypothèques sont un principe clé du système de retraite individualisé et exploiteur, où l’absence d’une pension appropriée ouvre des voies lucratives aux financiers pour accumuler d’énormes quantités de capital sous forme de logement. En septembre 2021, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a acquis la Banque HomeEquity, le plus grand fournisseur de prêts hypothécaires inversés au Canada. L’épargne-retraite de centaines de milliers d’enseignants de l’Ontario — des travailleurs qui méritent sans aucun doute une retraite stable — dépend de la manque d’épargne pour les autres.

Les fonds de pension, en raison de leur transformation en capital d’investissement, ont joué un rôle essentiel dans la financiarisation de la vie quotidienne. Cela a rendu toutes les commodités nécessaires pour vieillir de plus en plus chères. La retraite des uns tient à son impossibilité pour les autres, la crise du quotidien lui servant, paradoxalement, de socle.

Le spectre du vieillissement de la population continue de hanter les décideurs politiques. En mai 2021, le New York Times a mis en garde contre une «longue glissement» de la population mondiale, sonnant l’alarme sur notre incapacité croissante à soutenir les personnes âgées dans le monde.

Cependant, ces alarmes servent à détourner notre attention du problème fondamental. Nous sommes confrontés à un problème politique déguisé en problème démographique. Il n’y a pas de raison innée pour qu’une cohorte de population vieillissante soit considérée comme une crise – c’en est une seulement parce que vieillir est devenu une machine à but lucratif exploitée par la finance alors que tout le risque a été repoussé sur les retraités. Il n’y aurait pas de problème si le système de retraite était conçu pour servir les personnes âgées plutôt que pour servir les marchés des capitaux. Si l’on accordait plus d’importance à la « protection de l’ancien » qu’à la « promotion de la croissance », la catastrophe à venir pourrait être traitée beaucoup plus facilement.

En partie car des meilleurs efforts de la Banque mondiale, la « crise de la vieillesse » est là. Les régimes 401(k) fragiles, l’effondrement des régimes à cotisations déterminées et la flambée des coûts du logement se conjuguent pour faire de la retraite une perspective effrayante pour beaucoup. La possibilité de vieillir dans les loisirs ne doit pas être l’apanage de quelques privilégiés. Nous méritons tous de passer une partie importante de notre vie à nous détendre et à poursuivre nos passions, plutôt que de nous soucier de notre sécurité financière.

Les fonds de pension contrôlent des billions d’actifs, ce qui signifie qu’ils ont la main sur les principaux leviers de l’économie mondiale. Ce contrôle ne doit pas être cédé sans combat – il doit être un terrain de lutte. Le mouvement syndical doit chercher à façonner la politique de la retraite. L’historien de l’économie Sanford Jacoby a récemment souligné les limites politiques des engagements des travailleurs organisés avec le capital de retraite, mais cela ne doit pas nécessairement être le cas.

Si les syndicats avaient un contrôle démocratique total sur les fonds de pension, une refonte complète de l’infrastructure sociale de la retraite pourrait être sur la table. Le capital-retraite devrait être investi dans des choses comme le logement non marchand et entièrement retiré du système financier mondial.

Un monde dans lequel une pension n’est nécessaire qu’en tant que revenu supplémentaire parce que le logement, les soins de santé, l’alimentation et les produits pharmaceutiques ne sont pas liés au marché est un monde pour lequel il vaut la peine de se battre. Les fonds de pension reproduisent leur propre nécessité en participant à la financiarisation de la vie quotidienne, mais ils pourraient aussi être au cœur d’une restructuration radicale de la retraite.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire