Les conflits en Ukraine et au Kosovo sont liés

0
290

Vladimir Poutine affirme que la protection des Russes ethniques justifie une action militaire contre l’Ukraine. L’inquiétude de Poutine pour la minorité russe d’Ukraine est grandiloquente. Son objectif mondial plus important est de confronter l’OTAN et de saper le leadership américain pour racheter la gloire passée de l’Empire russe.

Les États-Unis doivent être prêts pour l’incitation russe sur plusieurs fronts. Alors que le président Joe Biden se concentre sur l’Ukraine, une autre menace se profile dans les Balkans occidentaux. La Serbie, agissant en tant que mandataire de la Russie, intensifie ses efforts pour déstabiliser le Kosovo, un pays résolument pro-américain qui aspire à devenir membre de l’OTAN et de l’Union européenne. Poutine calcule qu’une escalade de la violence meurtrière en Europe du Sud-Est détournerait l’administration Biden d’une réponse résolue aux actions de la Russie en Ukraine.

L’Ukraine est une poudrière. Plus de 120 000 soldats russes se sont massés à la frontière orientale de l’Ukraine, y compris des tireurs d’élite, des chars et de l’artillerie. Il y a seulement sept ans, la Russie a envahi et occupé la Crimée, qui fait partie d’une Ukraine souveraine et indépendante, prétendant protéger les Russes ethniques.

La frontière russo-ukrainienne est un point d’éclair dangereux pour l’escalade du conflit. Lorsque Poutine et le président américain Joe Biden se sont rencontrés par téléconférence le 7 décembre, Poutine a exigé des garanties que l’Ukraine ne rejoindrait jamais l’OTAN ou n’autoriserait jamais les infrastructures de l’OTAN sur son sol. Biden n’a fait aucune telle garantie. L’Ukraine est un État souverain et indépendant, qui prend ses propres décisions.

Poutine poursuit une approche belliqueuse envers l’Ukraine, sachant que le conflit nuit à la Russie avec la communauté internationale. Il s’adresse à un public russe national, qui pense que l’Ukraine fait partie de la Russie et devrait être sanctionnée pour avoir rompu avec la mère patrie.

Alors que l’administration Biden se concentre sur l’Ukraine, un scénario similaire se déroule à la frontière entre la Serbie et le Kosovo. Au cours de la dernière décennie, la Russie et la Serbie ont considérablement élargi leur coopération militaire. La Serbie a doublé son budget de la défense au cours des trois dernières années à 1,5 milliard de dollars. C’est beaucoup d’argent à dépenser quand il n’y a pas de menace extérieure.

La Serbie se prépare apparemment à la guerre, dépensant sans compter dans des armes offensives sophistiquées. Elle a acheté des avions de combat MIG, des chars T-72 et d’autres blindés à la Russie. La Serbie et la Russie ont établi un « Centre humanitaire » à Niš à environ 100 km de la frontière du Kosovo. La base est une plaque tournante pour les opérations de renseignement et une plate-forme pour les opérations spéciales, y compris les mercenaires russes.

En Ukraine, la Russie a déployé des « petits hommes verts », opérant sous couverture sans insignes militaires. De même, des agents russes sont présents dans le nord du Kosovo. Les opérations de renseignement de la Russie impliquent de vastes cyberopérations et des opérations d’influence malveillante visant à radicaliser les Serbes du Kosovo.

La crise la plus récente dans les relations Kosovo-Serbie a été déclenchée par la Serbie en septembre 2021. Le gouvernement du Kosovo a imposé des mesures de réciprocité sur les plaques d’immatriculation des véhicules avec la Serbie. En réponse, le président serbe Aleksander Vucic a déployé des militaires près de la frontière avec le Kosovo. Les tensions ont été exacerbées par les MIG-29 contournant l’espace aérien du Kosovo.

Le chapitre 35 des négociations d’adhésion de la Serbie à l’UE exige la reconnaissance mutuelle et la normalisation des relations avec le Kosovo. Vucic ne veut pas reconnaître l’indépendance du Kosovo, de sorte que les aspirations européennes de la Serbie sont bloquées. Il veut réorienter les pourparlers Kosovo-Serbie, ce qui pourrait se faire par une flambée.

Poutine a invoqué le « précédent du Kosovo » pour justifier l’occupation par la Russie de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud en Géorgie. Faisant écho aux propos de Poutine sur l’Ukraine, Vucic a menacé d’intervenir militairement au Kosovo afin de « protéger la population serbe non défendue ». L’ambassadeur de Russie en Serbie, Alexander Botsan-Kharchenko, a choisi cette période toxique pour inspecter le corps militaire serbe, qui était dans un état de préparation au combat élevé. Son action était une déclaration de solidarité russo-serbe contre le Kosovo.

L’OTAN doit être prête à la possibilité que la Serbie, en coopération avec la Russie, déclenche une crise dans la partie nord du Kosovo, déclenchant un conflit armé par procuration. Ce scénario reflète l’approche de la Russie vis-à-vis de la région ukrainienne orientale du Donbass.

La Russie et la Serbie testent l’engagement de l’OTAN et des États-Unis envers leurs alliés et partenaires. Poutine pense que des « théâtres de guerre » simultanés en Ukraine et au Kosovo étendraient trop l’OTAN et mettraient à l’épreuve l’engagement de Washington. Ne pas défendre le Kosovo ouvrirait la porte à une guerre européenne plus large, affectant l’ordre mondial actuel.

Le légendaire diplomate américain Richard Holbrooke a déclaré à propos de l’ex-président serbe Slobodan Milosevic : «[He] essaie de résoudre un problème en en faisant un plus gros. La même chose peut être dite de la politique de Poutine à l’étranger proche de la Russie et dans les Balkans.

Poutine ne veut pas d’une confrontation à feu réel avec les États-Unis dans la mer Noire. Il ne veut pas non plus que les États-Unis mettent en œuvre des sanctions sévères. Biden a averti Poutine que les États-Unis étaient prêts à mettre en œuvre un ensemble de représailles diplomatiques et économiques lors de leur récente téléconférence.

Biden mettrait fin au Nord Stream-II, une source essentielle de revenus pour la Russie qui vend du gaz naturel en Europe en cas d’attaque contre l’Ukraine.

Poutine pense qu’il peut éviter une confrontation majeure avec les États-Unis au sujet de l’Ukraine en créant une crise entre la Serbie et le Kosovo. La violence au Kosovo entraînerait les États-Unis et les troupes des pays de l’OTAN basés au Kosovo. Une attaque pourrait provoquer l’intervention de l’Albanie. Le Conseil de l’Atlantique Nord pourrait activer l’article 5 de la charte de l’Alliance de l’Atlantique Nord. « Une attaque contre tout allié de l’OTAN serait considérée comme une attaque contre tous les membres de l’Alliance », qui prendrait les mesures nécessaires pour apporter son aide.

Poutine pense que « L’éclatement de l’Union soviétique a été la plus grande tragédie géopolitique du XXe siècle. » Le révisionnisme et l’anti-américanisme soviétiques sont des caractéristiques déterminantes de la domination impériale de Poutine.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire