Les contradictions de l’idéologie capitaliste

0
69

Quand un vieil homme furieux réprimandé l’ancien premier ministre Scott Morrison lors de la campagne électorale fédérale sur le traitement réservé par le gouvernement aux pensionnés handicapés, il a non seulement fait éclater la bulle de civilité forcée et de bonne humeur mise en scène qui caractérisent les interactions de la plupart des politiciens avec le public; il a également exposé quelque chose d’intéressant sur les limites de l’idéologie capitaliste.

« C’est ce que vous avez dit lorsque vous avez été élu la dernière fois : ‘Nous allons aider ceux qui ont travaillé toute leur vie, payé leurs impôts, et ceux qui s’y mettent, s’y mettent’. Eh bien, j’ai essayé, mon pote, j’ai travaillé toute ma vie et j’ai payé mes impôts », a-t-il déclaré. Pour cet homme, la réalité brutale de grappiller pour survivre sur la pension d’invalidité avait usurpé son attente d’un traitement équitable en compensation pour avoir sacrifié son corps et son esprit à l’économie.

Alors que l’équipe de relations publiques de Morrison s’est empressée de dépeindre l’homme comme déséquilibré et que les médias grand public ont exagéré le mécontentement politique révélé par l’interaction, peu de commentateurs ont remarqué l’aspect le plus curieux de l’échange : le fait que cet homme était poussé à châtier Morrison publiquement, non pas parce que le plaignant avait rompu avec l’idéologie capitaliste, mais parce qu’il y croyait.

L’échec du système à tenir ses propres promesses et attentes – dans ce cas, pour l’équité – a conduit à une explosion qui résume une contradiction centrale de l’idéologie capitaliste : dans les bonnes circonstances, les idées utilisées pour justifier le système et instiller un sentiment d’impuissance chez les gens ordinaires peut, paradoxalement, les pousser à s’y opposer.

Un autre exemple de cela est venu au cours de la crise des feux de brousse de 2019-

20. Alors que les incendies ravageaient la Nouvelle-Galles du Sud, dévastant les maisons et la faune et recouvrant les villes de fumée toxique, Morrison s’est tristement envolé pour Hawaï en vacances. Son absence a enflammé l’amadou accumulé des années de négligence délibérée des deux principaux partis sur le changement climatique, dont les effets étaient devenus trop immédiats pour être niés.

Dans les immenses manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays en réponse aux incendies, l’humeur d’indignation a trouvé sa cible dans l’abdication flagrante de ses responsabilités par le Premier ministre. ABC Nouvelles signalé sur les manifestants qui portaient des pancartes indiquant «Un Australien silencieux en colère», une référence aigrie au trope préféré des libéraux du citoyen travailleur, autosuffisant et apolitique qui accompagne passivement le gouvernement en place. Les pompiers en première ligne étaient encore plus encordable avec sa direction ratée.

Cette fureur découle de l’idée que les gouvernements et les politiciens capitalistes peuvent et doivent servir les gens ordinaires et la planète, au lieu de servir les intérêts des entreprises, quel que soit le bilan environnemental et humain. Ce assumé que c’est ce qu’ils font habituellement – une idée qui fait partie des fondements idéologiques du capitalisme – et que le développement d’une alternative aux gouvernements capitalistes qui sont constitutionnellement incapables de représenter nos intérêts n’est pas immédiatement nécessaire. Cette hypothèse relativement conservatrice a incité les gens à s’engager dans une résistance de masse perturbatrice.

Cette contradiction soulève une question : comment les luttes peuvent-elles avoir une quelconque valeur d’opposition – et encore moins anticapitaliste – alors qu’elles sont fréquemment informées par l’idéologie de la classe dirigeante ?

De nombreuses écoles de pensée et individus de la grande gauche diraient qu’ils ne peuvent pas, ce qui est logique si vous prenez les idées qui prévalent dans les luttes sociales et industrielles, à tout moment, comme critère principal pour juger de leur valeur. En pratique, cela signifie souvent condamner les rébellions à l’échec dès le départ, car les idées de ceux qui entrent en lutte ne rompent jamais immédiatement et uniformément avec le capitalisme.

Prenez, par exemple, les réponses d’intellectuels gauchistes vénérés comme Stuart Hall au 2011 émeutes en Angleterre, déclenché par le meurtre de l’homme noir Mark Duggan par la police. Face à cette explosion sociale, Hall a concentré son analyse non pas sur la dynamique politique en jeu, mais sur l’ironie amère des gens exprimant leur colère à travers l’une des activités les plus pro-capitalistes imaginables : le shopping.

Comme Hall le dira plus tard Gardien, ces émeutes sont censées incarner l’omniprésence de l’idéologie consumériste et la façon dont elle corrompt même les expressions de dissidence. “C’est le point où le consumérisme, qui est à la pointe du néolibéralisme, doit [the rioters] aussi », a-t-il noté. « Le consumérisme met tout le monde dans un seul canal. Tu ne vas pas bien, mais tu es libre de consommer.

Au lieu de commentateurs traditionnels calomniant les émeutiers comme des criminels déviants déterminés à perturber l’ordre de la société capitaliste, nous trouvons des théoriciens culturels de gauche pleurant l’impossibilité de rompre avec elle, en particulier dans les moments mêmes où l’opposition émerge réellement. Bien que les accents idéologiques diffèrent sensiblement, l’effet est ici similaire : naturaliser la société existante et invalider toute contestation sociale qui en émerge.

Une note similaire est frappée par Slavoj Zizek, la rock star intellectuelle de gauche, dans sa critique de la Mouvement des gilets jaunes en France.

Pour Zizek, les manifestants Yellow Vest sont à la fois trop conservateurs et trop radicaux. Trop conservateurs dans la mesure où leurs demandes d’essence moins chère, de baisse des impôts et de plus d’argent pour les services publics « expriment leurs intérêts enracinés dans le système existant » au lieu de reconnaître la nécessité d’un changement de paradigme complet, et trop radicaux dans la mesure où ils adressent ces demandes au l’establishment politique français actuel dirigé par le président Emmanuel Macron.

« Dans toute cette explosion de revendications et d’expressions d’insatisfaction », déclare-t-il, « il est clair que les manifestants ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent, ils n’ont pas la vision d’une société qu’ils veulent, juste un mélange de revendications qui sont impossibles à rencontrer au sein du système bien qu’ils les adressent au système ».

Malgré ses apparences de profondeur intellectuelle, l’analyse de Zizek se résume ici essentiellement à un simple hic : les luttes véritablement révolutionnaires doivent articuler des revendications qui dépassent l’ordre capitaliste, mais seulement au niveau des idées, jamais en construisant les forces nécessaires pour réaliser ces revendications. . Car cela signifierait, au moins dans un premier temps, essayer d’imposer des concessions à la classe capitaliste et donc révoquer le caractère révolutionnaire de la lutte.

Mais le “mélange des revendications”, ou l’hétérogénéité des idées, que Zizek cite comme la principale lacune du mouvement des gilets jaunes n’est pas seulement inévitable dans les luttes de masse ; c’est en fait une partie importante de leur développement. Cela vaut même lorsque les luttes de masse, du moins au début, adoptent des notions tirées du manuel de l’idéologie capitaliste.

Pour comprendre pourquoi, les commentaires du marxiste hongrois George Lukacs sont perspicaces. Distillant, dans l’un de ses derniers entretiensles idées fondamentales qu’il a prises de Lénine, Lukacs a affirmé: «La révolution socialiste doit être faite avec les gens que le capitalisme a produits et qui ont été endommagés de diverses manières par le capitalisme».

Ces gens produits par le capitalisme sont la classe ouvrière – les gens dont l’exploitation est si nécessaire pour maintenir les profits des patrons et alimenter les manœuvres impérialistes de l’État. Ce sont ces personnes qui, pour cette raison même, ont le potentiel d’arrêter le système capitaliste et de refaire la société, même si le capitalisme les conditionne à se sentir impuissants face aux patrons et aux gouvernements.

Lorsque ces personnes entrent dans la lutte de masse, elles ne le font pas en tant que collectif cohérent d’agitateurs auto-identifiés, lucides et anticapitalistes, rejetant immédiatement toute une vie de conditionnement social capitaliste. Ce ne sont que des personnes qui ont le potentiel de le faire. S’attendre à autre chose est utopique et tend à mépriser la politique de masse.

Cela ne veut pas dire que tous aspect de l’idéologie capitaliste peut ou deviendra une arme dans la lutte contre l’exploitation et l’oppression. Il ne s’agit pas non plus d’impliquer que les individus et les organisations de gauche doivent rester indifférents aux idées particulières qui s’imposent au fur et à mesure que les luttes se déroulent. Il s’agit simplement de reconnaître la réalité de la lutte des classes et des troubles idéologiques, et leur dynamique particulière, afin de mieux influencer la direction dans laquelle ils vont et le résultat final.

Les marxistes veulent en fin de compte résoudre le désordre idéologique et organisationnel de la lutte de masse en faveur des objectifs et de la conscience révolutionnaires. Marx lui-même exprimé cela en termes sans équivoque et expressifs, déplorant le fait que “la tradition de toutes les générations mortes pèse comme un cauchemar sur le cerveau des vivants” précisément dans les moments de lutte de masse.

Tout comme il est absurde de s’attendre à une clarté idéologique anticapitaliste au début d’une lutte donnée, il est tout aussi utopique de suggérer qu’une telle clarté émerge spontanément et inévitablement au fur et à mesure que la lutte se développe. La passivité de la première position, qui rend la révolution impossible, n’est que l’image en miroir de la seconde, qui la rend inévitable.

Le triomphe de la politique anticapitaliste dans une lutte sociale ou industrielle donnée n’est pas une fatalité, mais un objectif rendu possible par le processus dynamique de la lutte elle-même, dans lequel le cours des événements, la nature des forces subjectives influençant les deux camps et leur la force relative est décisive.

L’un des facteurs les plus importants pour déterminer l’issue d’une lutte donnée est l’intervention des organisations politiques – à la fois celles qui veulent pousser les luttes dans une direction encore plus radicale et celles qui veulent un retour à la normalité capitaliste et sont prêtes à accepter le les concessions les plus minimes des patrons et de leurs serviteurs politiques.

Considérez simplement le mélange d’institutions sociales – pas seulement les forces pro-capitalistes telles que les grandes entreprises et le Parti libéral, mais peut-être plus important encore, le Parti travailliste et les bureaucrates syndicaux – qui nous disent aujourd’hui que les travailleurs doivent accepter la baisse du niveau de vie afin de restaurer la rentabilité du capitalisme. Ces forces ne disparaîtront pas simplement lorsque les gens ordinaires commenceront à se mobiliser collectivement et à exiger davantage pour nous-mêmes. Ils vont plutôt s’organiser, faisant souvent appel aux doléances collectives pour les contenir et restaurer la stabilité sociale.

Cela souligne l’importance cruciale d’une organisation révolutionnaire capable d’intervenir dans les luttes de masse afin d’articuler une alternative idéologique et stratégique à la politique de collaboration de classe des réformistes et des libéraux : une organisation dans le but d’enhardir les travailleurs et les gens ordinaires à dépasser ce qui est jugé raisonnable par les institutions capitalistes dominantes, et finalement de lutter pour une nouvelle forme de société basée sur une démocratie ouvrière directe.

La lutte de masse met en évidence le fait que la lutte des idées dans la société est inséparable de la lutte pour savoir qui dirige la société et dans quel but. C’est pourquoi critiquer l’idéologie capitaliste et exposer sa domination ne peut pas être simplement une question de jeu intellectuel, mais fait partie du projet politique de construire les forces capables de mettre cette critique en pratique. « Idées », comme Marx l’a dit dans La Sainte Famille, « ne peut jamais mener au-delà d’un ancien ordre mondial, mais seulement au-delà des idées de l’ancien ordre mondial. Les idées ne peuvent rien réaliser du tout. Pour réaliser des idées, les hommes [and women] sont nécessaires qui peuvent exercer une force pratique ».

Source: https://redflag.org.au/article/contradictions-capitalist-ideology

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire