Les « convois de la liberté » vont-ils encore s’intensifier en Europe ? — Nouvelles du monde RT

0
284

La situation des manifestations de camionneurs d’inspiration canadienne est particulièrement délicate en France en raison des prochaines élections

Le « Freedom Convoy » est bel et bien arrivé en Europe. Inspirés par les manifestations au Canada, les opposants aux mandats de masques et aux passeports Covid sont descendus sur Paris et ont provoqué une journée de perturbations samedi, entraînant des tirs de gaz lacrymogène et plus de 50 arrestations. Les manifestants prévoient maintenant de se rendre à Bruxelles pour une manifestation encore plus importante à l’échelle européenne.

Contrairement au Canada, les autorités françaises, qui rencontrent régulièrement des protestations, étaient mieux préparées. La police française a clairement indiqué que ceux qui bloqueraient les routes seraient condamnés à une amende de 4 500 euros, et plus de 7 000 agents ont été déployés aux postes de péage stratégiques pour empêcher les camionneurs d’entrer dans la ville. Mais cela n’a pas dissuadé ceux qui étaient déterminés à protester contre les règles Covid du président Emmanuel Macron, entrées en vigueur en janvier. En effet, des convois partaient d’aussi loin que Toulouse, Le Mans, Nice et d’autres villes, pour converger vers Paris.

Bien que la police française ait affirmé avoir empêché au moins 500 véhicules d’entrer dans la ville et infligé 300 amendes, environ 3 000 véhicules du ” Convoi de la Liberté ” ont réussi à pénétrer dans le centre de Paris et à bloquer les Champs Elysées.




Mais dans le grand schéma des choses, qu’est-ce que tout cela signifie? Il ne fait aucun doute qu’une partie importante des Européens sont frustrés par les politiques restrictives de Covid de leurs gouvernements, et certains sont prêts à agir. La situation est cependant politiquement plus délicate en France qu’ailleurs, puisque l’élection présidentielle doit avoir lieu en avril.

Cela seul aide à expliquer pourquoi le président Macron a été relativement retenu dans sa dénonciation des manifestations, admettant simplement qu’il y avait une “fatigue” liée à l’épidémie de Covid et appelant “au plus grand calme”. Cela représente un changement radical de cap de la part de Macron, qui le mois dernier seulement a déclaré qu’il voulait « p ** s off » ceux qui refusaient la vaccination et s’opposaient à son programme de passeport Covid. Il semble maintenant qu’il réalise son souhait, il regrette probablement sa bravade précédente.

LIRE LA SUITE:
Macron jure de “faire chier” les non-vaxxés pour qu’ils se soumettent

La réponse quelque peu modérée de Macron est parce qu’il sait qu’il ne peut pas se permettre que la situation dégénère si près de l’élection présidentielle. La langue compte en politique et Macron comprend qu’il a besoin de chaque vote pour obtenir un second mandat à l’Élysée. De plus, la dernière chose que souhaite le président français est une résurgence de quelque chose de similaire à la campagne Yellow Vest, qui a paralysé Paris et gâché sa présidence en 2018 et 2019.

Pourtant, d’un autre côté, c’est précisément ce dont ses adversaires, qui le suivent dans les sondages, ont besoin. Marine Le Pen, par exemple, a déclaré avoir « compris » les objectifs des manifestants et s’est demandé si c’était le début d’une « autre forme » de manifestations des Gilets jaunes. Par conséquent, pour Macron du moins, les enjeux sont trop importants pour des dénonciations grandiloquentes et vigoureuses des manifestations actuelles.




Alors que Macron a été quelque peu retenu, cela n’a pas été le cas des médias, qui s’empressent d’accuser les “convois de la liberté” de faire partie d’un complot mondial d’extrême droite. En effet, au Canada, les camionneurs ont été dépeints comme des «suprématistes blancs» par les politiciens et les médias, et le Premier ministre canadien Justin Trudeau a accusé les camionneurs de «haine, d’abus et de racisme». Sans surprise, les médias américains se livrent également à ces théories du complot d’extrême droite, qui ont été renforcées par le fait que leur croquemitaine, l’ancien président Donald Trump, a exprimé son soutien aux camionneurs canadiens.

Bref, revenons en Europe. De Paris, les manifestants se déplaceront vers le nord jusqu’au cœur de l’Union européenne, Bruxelles. Lundi, ils prévoient de rencontrer des camionneurs à travers l’Europe qui ont l’intention d’immobiliser la capitale belge et de perturber le quartier européen, qui abrite le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil européen.

Le gouvernement belge prend clairement la menace au sérieux et a renforcé les contrôles aux frontières. De plus, le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close a annoncé que lui et des ministres belges avaient interdit le “convoi de la liberté” parce qu’aucune demande n’avait été faite aux autorités de la ville pour autoriser la manifestation.

J’ai eu une expérience personnelle de la façon dont les autorités bruxelloises réagissent aux manifestations de rue non autorisées, et ce n’est pas joli. En 2007, l’UKIP a organisé une manifestation à Bruxelles contre le projet de Constitution européenne avec un bulldozer gonflable. Les autorités ont affirmé que nous n’avions pas fait la bonne demande et notre structure gonflable a été lacérée, ce qui a mis un terme brutal à notre protestation.


La capitale de l'UE interdit la manifestation

Les camionneurs ne semblent cependant pas découragés et sont déterminés à poursuivre leur manifestation dans la capitale belge. Par exemple, un supporter flamand a écrit sur un groupe Telegram appelé Belgian Convoy, «ils ne peuvent pas nous arrêter… continuez et combattez pour votre liberté. Au diable ce gouvernement merdique, interdit ou non.” De plus, les autorités constateront qu’il sera plus difficile d’enlever un camion de trente tonnes qu’un bulldozer gonflable.

Alors maintenant, tous les regards se tournent vers Bruxelles pour la manifestation de la Saint-Valentin. Je suis à peu près sûr, d’après l’expérience passée des autorités belges, que l’amour ne sera pas dans l’air. Personne ne sait vraiment comment et où ces manifestations se termineront, ni comment elles affecteront la course présidentielle française. Mais la réponse modérée de Macron, dépourvue de son fanfaron habituel, montre qu’il a besoin que les manifestations se terminent le plus rapidement possible et qu’il ne peut pas se permettre une escalade. Ce qui est sûr, cependant, c’est que ces manifestations ont le potentiel de perturber la vie quotidienne dans les capitales et d’irriter à outrance les autorités et les politiciens. Si quelqu’un écoute vraiment, seul le temps nous le dira, et nous le saurons sans doute quand les Français se rendront aux urnes en avril.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire