Les dangers de Diablo Canyon : pourquoi la centrale nucléaire construite sur une ligne de faille devrait fermer comme prévu

0
51

Centrale nucléaire de Diablo Canyon. Photo : Commission de réglementation nucléaire des États-Unis.

La Central Growing Valley de Californie est la région agricole la plus productive d’Amérique, fournissant plus de la moitié des fruits, noix et légumes cultivés aux États-Unis. Malheureusement, les deux réacteurs nucléaires de Diablo Canyon sont situés sur la côte centrale de notre État et, comme les vents côtiers ont tendance à souffler vers l’intérieur des terres, il y a la perspective effrayante qu’un tremblement de terre de mégathrust, “The Big One”, puisse déclencher une fusion nucléaire en envoyant des nuages ​​radioactifs dans le centre. vallée qui irradierait et empoisonnerait une grande partie des produits de la vallée centrale.

De plus, les panaches radioactifs de Diablo pourraient contaminer l’eau potable qui coule des montagnes de la Sierra à travers la vallée centrale et dans des villes comme San Francisco et Los Angeles, ce qui entraînerait une migration massive hors de Californie.

La centrale nucléaire de Pacific Gas & Electric Company, située près de la plage d’Avila dans le comté de San Luis Obispo, est entourée d’une confluence de 13 lignes de faille connues sur la zone sismiquement active du tremblement de terre et du tsunami de la « ceinture de feu du Pacifique ».

Conçu à l’origine pour résister à un tremblement de terre de magnitude 6,75 et reconstruit plus tard pour supporter un tremblement de terre de magnitude 7,5, les tolérances de Diablo sous-estiment le véritable potentiel sismique des agitateurs à méga-poussée d’aujourd’hui.

De plus, il existe deux lignes de faille, la « faille de Diablo Cove » et la « chaîne de San Luis/« IOF » Thrust », qui passent directement sous la centrale nucléaire de Diablo Canyon. La faille de Diablo Cove s’étend à travers la fondation, sous le turbogénérateur de l’unité 1 des centrales électriques et la cuve de confinement du réacteur.

La faille Diablo Cove orientée est-ouest s’étend au large et croise la faille Shoreline à proximité, qui à son tour est reliée à la ligne de faille Hosgari, une composante du système de failles de San Andreas. L’énergie stockée dans ce réseau de failles liées sismiquement pourrait créer un tremblement de terre suffisant pour dépasser les garanties de Diablo Canyon.

Le 28 juin 2016, le moment de vérité quant à la vulnérabilité de Diablo est apparu. PG&E a annoncé qu’elle ne chercherait pas à renouveler les deux licences d’exploitation de la centrale auprès de la Nuclear Regulatory Commission, ce qui aurait permis à l’installation nucléaire de fonctionner jusqu’en 2045.

Au lieu de cela, la société a accepté de fermer l’usine le 26 août 2025 si Diablo était autorisé à “éviter” une proposition d’évaluation de l’impact environnemental connue sous le nom de CEQA. L’accord a été accepté.

Le CEQA, ou California Environmental Quality Act, est une loi qui oblige les agences étatiques et locales à identifier les «impacts environnementaux significatifs» et à éviter ou atténuer ces impacts si possible. PG&E savait que Diablo n’obtiendrait pas un certificat de bonne santé si l’examen du CEQA était autorisé, en particulier après les effondrements catastrophiques de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima Daiichi le 11 mars 2011.

Les emballages contenant les déchets radioactifs stockés, ainsi que les réacteurs eux-mêmes, risquent d’être endommagés en raison d’un tremblement de terre à la centrale nucléaire de Diablo Canyon. (Photo : NRC des États-Unis)

Malheureusement, le réacteur Unit One de PG&E a une histoire documentée de fragilisation dangereuse depuis 2003. Sachant à quel point la centrale nucléaire est «sismiquement vulnérable», il y a eu de nombreux appels pour inspecter et tester le récipient de confinement radioactif de Diablo pour la fragilisation et les fissures ainsi que pour enquêter sur le reste de l’installation pour la mauvaise gestion des déchets nucléaires, la “maintenance différée”, la vulnérabilité sismique et la compétence managériale.

Une fois de plus, le 28 février 2019, PG&E a demandé à la Commission de réglementation nucléaire d’être dispensée d’un «examen visuel interne de la cuve du réacteur» de ses cuves de confinement des réacteurs des unités 1 et 2, qu’ils ont reçu. La question profondément troublante est la suivante : pourquoi PG&E avait-il si peur de faire inspecter son installation nucléaire pour en vérifier la sécurité et la fiabilité ?

La centrale nucléaire de Diablo Canyon de PG&E présente trop de risques pour la population et l’économie de la Californie. Ce n’est pas un atout, c’est un énorme handicap !

La bonne nouvelle est qu’une fois fabriqués et installés, les panneaux solaires n’émettent aucun gaz à effet de serre, n’utilisent pas d’eau sauf pour un nettoyage occasionnel, n’ont aucune pièce mobile, ne font aucun bruit, ne nécessitent pratiquement aucun entretien et sont facilement recyclés. De plus, les panneaux photovoltaïques ne subiront pas le potentiel d’une fusion nucléaire catastrophique de type Fukushima au cours de leur durée de vie garantie estimée de 20 à 25 ans.

Il est temps d’embrasser notre mouvement vers un avenir d’énergie « vraiment » renouvelable à la fois pour nous, nos enfants et les générations futures.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/08/the-dangers-of-diablo-canyon-why-the-nuclear-plant-built-on-a-faultline-should-close-as-planned/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire