Les échecs médiatiques lors de la réponse paralysée à la pandémie de Covid-19

0
79

Les médias ont fait l’objet d’un examen minutieux pour la façon dont ils ont couvert Covid-19, pour de bonnes et parfois pour des raisons injustes. Il est absolument vrai que couvrir une pandémie en évolution rapide à une époque où la science se fait à une cadence record et sous un projecteur implacable est un travail vraiment difficile. Mais les erreurs sous la contrainte sont néanmoins des erreurs, et la seule façon de nous améliorer dans ce travail est d’en tirer des leçons.

Un thème récurrent dans les faux pas des médias face à la pandémie est l’incapacité à réfléchir et à transmettre l’incertitude aux lecteurs. Et un exemple flagrant du nombre de journalistes et de médias qui ont laissé tomber le public est dans sa couverture de la soi-disant théorie des fuites de laboratoire sur les origines de Covid-19.

Cela est redevenu d’actualité récemment lorsque Vanity Fair a publié un reportage assez étonnant de Katherine Eban sur la longue et laide lutte entre scientifiques et responsables sur les origines du virus SARS-CoV-2.

Il convient de rappeler comment les premiers rapports sur la théorie des fuites de laboratoire ont été accueillis par la presse lorsqu’elle a commencé à se répandre dans les premiers mois de la pandémie. À l’époque, il était largement admis que la Chine dissimulait probablement des informations sur les origines de la pandémie, tout comme elle avait initialement minimisé l’importance du virus lui-même.

Dans le même temps, il y avait beaucoup d’absurdités qui circulaient, comme des affirmations selon lesquelles Covid-19 était étroitement lié au VIH (ce n’est pas le cas) ou qu’il a été conçu par Bill Gates (également un non). Lorsque le sénateur républicain Tom Cotton a émis l’hypothèse que Covid aurait pu s’échapper du laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), de nombreux scientifiques ont condamné cela comme le même non-sens complotiste, et de nombreux journalistes leur ont fait écho.

Cela m’inclut – j’ai publié un article le 6 février 2020, avertissant que le coronavirus pourrait s’avérer être un gros problème. J’en suis fier dans l’ensemble, mais moins pour la partie où j’ai fait référence à la “théorie du complot” selon laquelle le virus provenait d’un laboratoire de Wuhan.

Mais les origines du laboratoire n’étaient pas une théorie du complot – c’était une hypothèse scientifique crédible, à un moment où nous en savions très peu, sur l’origine de Covid-19. Le WIV menait des recherches sur les coronavirus de type SRAS, et nous avons appris plus tard que peu de temps avant le début de la pandémie, ils avaient mis hors ligne une base de données massive de virus qu’ils avaient étudiés.

Comme on le savait bien à l’époque, le gouvernement chinois avait l’habitude de mentir et de dissimuler les épidémies, y compris l’épidémie initiale de SRAS en 2002 et 2003, ce qui rendait toujours très difficile d’aller au fond d’une situation comme celle-ci. une.

En privé, a découvert Eban, quelques scientifiques s’écrivaient qu’il pouvait y avoir une origine de laboratoire pour Covid-19. Mais publiquement, ils ont dit quelque chose de différent, fermant la porte à la théorie des origines du laboratoire.

Ce n’est pas qu’ils dissimulaient des preuves claires d’une origine de laboratoire. Au lieu de cela, il semblait y avoir une poussée pour résoudre prématurément la conversation – peut-être parce qu’on ne pouvait pas faire confiance au public pour gérer l’incertitude.

Pourquoi nous devons mieux vivre avec l’incertitude

Ce n’est pas seulement une question de critique médiatique ou scientifique – c’est un gros problème pour nos efforts hésitants pour se préparer à la prochaine pandémie.

Le fait est que nous n’avons pas suffisamment de preuves, d’une manière ou d’une autre, pour prouver définitivement si le Covid-19 est né dans un laboratoire ou dans la nature. Et ce n’est pas grave. Nous devrions être à l’aise avec la communication de cette incertitude.

Les origines de Covid sont loin d’être la seule histoire pendant la pandémie où il y a eu des efforts pour mettre en avant un “” front uni “” ou une apparence de scientifiques tous d’accord, alors qu’en fait la science était incertaine et les scientifiques n’étaient pas d’accord.

Les attitudes qui manquent ici – tolérance à l’incertitude, volonté de retenir des réponses rassurantes mais incomplètes et courage d’admettre les erreurs du passé – sont des attitudes que nous devrons adopter pour faire mieux lors de la prochaine pandémie.

Mais le défi de l’incertitude va aussi dans l’autre sens. Trop souvent, les communicants semblaient un peu trop timides pour avancer des conclusions provisoires basées sur les preuves disponibles, attendant parfois le mot définitif d’un CDC très conservateur et sclérosé avant de cliquer sur “publier”.

En février 2021, les gens voulaient savoir si les vaccins réduisaient les risques de transmission de Covid à une autre personne. Il y avait des preuves préliminaires qu’ils l’ont fait. Mais comme les preuves n’étaient pas certaines et qu’ils ne voulaient pas que les personnes vaccinées abandonnent toute prudence, de nombreux communicateurs en santé publique hésitaient à dire quoi que ce soit sur le sujet.

J’ai écrit un article sur les preuves croissantes que les vaccins réduisaient la transmission, une théorie qui s’est avérée exacte, même s’il a fallu des mois avant que le CDC n’arrive à la même conclusion.

Les efforts pour créer un “front uni” visent à réduire la désinformation et la confusion, mais parfois ils finissent par en être la cause, car tout le monde attend de voir ce que tout le monde dit. J’en suis venu à croire qu’il est préférable d’expliquer directement et publiquement ce que vous croyez et pourquoi, tout en reconnaissant le désaccord le cas échéant.

Rétablir la confiance dans les médias

Dès le début de la pandémie, les responsables de la santé ont parfois fait des déclarations douteuses, souvent amplifiées par les médias. Premièrement, certains responsables nous ont dit de nous inquiéter davantage de la grippe. Ensuite, on nous a dit de ne pas acheter de masques. Les inversions sur ces questions et d’autres ont peut-être contribué à la baisse de confiance dans notre établissement de santé publique et les médias.

Au lieu d’essayer de présenter un front uni, les scientifiques devraient dire qu’il y a un désaccord et expliquer sur quoi porte précisément le désaccord. Et au lieu d’essayer de présenter aux lecteurs “la réponse” sur de grandes questions comme les origines de Covid, les journalistes devraient se sentir à l’aise en disant que nous ne savons pas avec certitude, en partageant les preuves dont nous disposons et en acceptant de ne pas savoir.

Les experts devraient également être plus à l’aise de ne pas être d’accord avec d’autres experts en public lorsqu’ils ne sont pas d’accord en privé. Une leçon douloureuse a été que nos responsables de la santé publique ne sont que des humains, et un thème récurrent dans l’article d’Eban est qu’ils avaient souvent de grandes disparités entre ce qu’ils croyaient en privé et ce qu’ils disaient publiquement.

Sur la base du discours sur la théorie des fuites de laboratoire, il n’est pas clair que nous ayons tiré les leçons ci-dessus. Nous devons nous adapter — rapidement — si nous voulons faire mieux lors de la prochaine pandémie.

Une version de cette histoire a été initialement publiée dans le Futur parfait bulletin. Inscrivez-vous ici pour vous abonner!

La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire