Les enfants vont à l’école pour lire, pas mourir

0
48

Je suis une mère et je suis folle, Amérique. Je suis furieux. 19 enfants sont morts il y a quelques jours alors qu’ils étaient assis en classe. Dernière semaine d’école. Ils étaient âgés de neuf à onze ans. J’ai un enfant de cinq ans et un de trois ans. Au coucher, je les serre aussi près que possible, je les embrasse encore et encore et encore. Comme si ce n’était pas juste une autre bonne nuit mais un au revoir. Comme si je risquais de les perdre en un clin d’œil. Et les parents d’Uvalde, Parkland, Newtown ? Comment font-ils… Je ne peux même pas terminer la pensée.

Balle par balle, les enfants meurent, Amérique. Du sang partout, rouge foncé et rance. Les enfants appellent le 911. Les enfants plaident. Les enfants attendent soixante-dix-huit putains de minutes. Ils saignent et saignent alors que la police et les politiciens choisissent d’attendre sur la touche.

Plus tard, ces mêmes politiciens montent sur leurs podiums illuminés et se tiennent debout devant leurs micros, des prières aux lèvres, des réserves d’argent dans leurs poches. Et ils disent : Armez les professeurs. Les écoles à porte unique. Plus de gardes. Sacs à dos pare-balles. Ils disent que ce ne sont pas les armes à feu, c’est la santé mentale. Pourtant, ils condamnent l’apprentissage socio-émotionnel comme étant une idéologie de gauche radicale, un « cheval de Troie » pour la théorie critique de la race. Ils préfèrent interdire les livres dans les écoles plutôt que d’adopter des lois sur les armes à feu.

Les romans de Toni Morrison donneront des cauchemars aux élèves mais pas des exercices de tir actifs ? Pas de vérification des antécédents pour l’histoire américaine, pas de vérification des antécédents pour la possession d’armes à feu. Est-ce ainsi que nous protégeons l’innocence de nos enfants, l’Amérique ? Est-ce ainsi que nous définissons la liberté ?

Everytown Research & Policy rapporte qu’en 2022, avant même la fusillade de l’école élémentaire Robb à Uvalde, il y avait eu 77 incidents de coups de feu sur le terrain de l’école aux États-Unis, faisant 14 morts et 45 blessés. En 2021, il y a eu 202 incidents, faisant 49 morts et 126 blessés. En 2020, 96 incidents, 24 morts et 43 blessés. Entre la fusillade de 2012 à l’école élémentaire Sandy Hook qui a coûté la vie à 20 élèves âgés de six à sept ans et la fusillade de 2022 à l’école primaire Robb de la semaine dernière, il y a eu 950 fusillades dans des écoles.

Adorant des armes à feu, offrant des enfants en sacrifice à l’autel du dieu NRA. Ça doit être un mythe américain.

Les États-Unis ont les lois sur les armes à feu les plus faibles et le plus grand nombre d’armes – 393 millions entre les mains de civils – de tout autre pays comparable à revenu élevé. Un jour après avoir eu 18 ans, un garçon du Texas qui ne peut pas acheter un pack de six peut aller de l’avant et acheter deux fusils d’assaut et 375 cartouches de calibre 5,56. L’État n’exige même pas de permis pour porter ces armes en public. La poursuite de la violence n’est-elle qu’un autre droit inaliénable dans ce pays ?

Le poète Allen Ginsberg vous demande sans détour, Amérique : “Quand vous regarderez-vous à travers la tombe ?” Combien de massacres faudra-t-il ?

Je suis mère. Je suis un citoyen américain. Je suis à l’agonie et je suis fou. Pourtant, il n’est pas nécessaire d’être mère ou citoyenne pour savoir ceci : les enfants vont à l’école pour lire, pas pour mourir.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/kids-go-to-school-to-read-not-die/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire