Les États-Unis dans une nouvelle démonstration de force asiatique

0
315

Un groupe de frappe de porte-avions déployé près de la Corée au milieu des inquiétudes concernant un futur essai nucléaire, a déclaré un responsable

Un groupe de frappe de porte-avions américain a été déployé au large des côtes coréennes et devrait participer à des exercices navals. Cela survient alors que les responsables américains craignent que Pyongyang ne procède à un nouvel essai nucléaire.

Le groupe de frappe USS Abraham Lincoln opère désormais près de la mer du Japon – également connue sous le nom de mer de l’Est – a déclaré lundi à Reuters une personnalité anonyme du gouvernement américain, à la suite d’informations parues dans les médias sud-coréens selon lesquelles les navires avaient été déployés dans les eaux internationales de la région. dans un « apparente démonstration de force ». 

Les navires rencontreront la marine japonaise pour des exercices militaires dans les prochains jours « pour rassurer les alliés et partenaires de la région », a poursuivi le responsable américain, Reuters notant que cette décision intervient alors que Washington est “de plus en plus inquiet que la Corée du Nord puisse procéder à un essai nucléaire souterrain.”

Lire la suite

La Corée du Nord qualifie Biden de “sénile”

Le déploiement marque la première fois qu’un groupe aéronaval a été envoyé dans la région depuis 2017, lorsque l’USS Ronald Reagan, Theodore Roosevelt et Nimitz, ainsi qu’un certain nombre de destroyers et d’autres navires de soutien, étaient stationnés près de la mer de l’Est au milieu d’un précédent épisode de tensions avec Pyongyang.

Bien que le Pentagone n’ait pas encore confirmé publiquement les détails de la mission, des sources citées par Yonhap News ont déclaré que l’USS Abraham Lincoln devrait rester dans la région pendant “trois à cinq jours”.

Cette décision intervient après que des responsables sud-coréens se sont rendus à Washington la semaine dernière et ont demandé le redéploiement d’un certain nombre d’actifs stratégiques américains, notamment des porte-avions, des bombardiers nucléaires à longue portée et des sous-marins.

Pyongyang a condamné à plusieurs reprises les exercices américains dans la région comme provocateurs, en particulier ceux organisés avec la Corée du Sud, considérant les exercices comme des répétitions pour une invasion. Bien qu’il n’ait pas effectué d’essai nucléaire depuis 2017, le Nord a mené une série d’essais de missiles à longue portée ces derniers mois, y compris ce qu’il prétendait être un missile balistique intercontinental (ICBM) amélioré.

LIRE LA SUITE: La Corée du Nord révèle la ligne rouge nucléaire

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire