Les étudiants grecs défendent la gratuité de l’éducation

0
67

Des manifestations massives ont eu lieu dans toute la Grèce ces dernières semaines, alors que les étudiants protestaient contre un projet de loi déposé au parlement en décembre par le Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis, qui viserait à introduire des universités privées dans le pays.

L’article seize de la Constitution grecque garantit un enseignement gratuit « exclusivement dispensé par des instituts constitués d’entités publiques dotées d’une pleine autonomie ».

Mitsotakis soutient que l’introduction d’universités privées favoriserait la concurrence et obligerait les institutions publiques et privées à innover et à s’améliorer. Le vice-Premier ministre, Pavlos Marinakis, estime également que la Grèce a « trop de retard » en matière de « modernisation » de l'éducation, selon des informations publiées dans Kathimériniun quotidien basé à Athènes.

L’article seize protège depuis des décennies les universités publiques de la privatisation et empêche également la croissance d’un système public-privé à deux vitesses, qui ne bénéficierait qu’aux enfants de familles riches.

Les étudiants ont donc répondu au projet de loi proposé par des manifestations et des occupations de campus. Les étudiants scandaient « Pas un pas en arrière ! » et « Ne touchez pas à nos diplômes ! » sont le signe que les arguments du gouvernement n'ont pas tenu leurs promesses.

Les assemblées étudiantes de masse dans la plupart des universités ont voté en faveur de la lutte pour aller de l'avant, avec un exemple notable étant celui de l'Université de Macédoine, où une assemblée de plus de 800 étudiants a voté la semaine dernière en faveur de la prolongation de l'occupation de l'université à une majorité qualifiée de 77 pour cent. .

Dans un article publié sur un site d'information de gauche ÉpoquesFoivos Zantes, Ioanna Mpoutza et Haris Halakatevakis, représentants élus des syndicats universitaires, écrivent : « Nos revendications doivent devenir un sujet de conversation quotidien dans chaque syndicat de travailleurs, dans chaque organisation, dans chaque café, car elles nous concernent tous ».

La tentative de privatiser l’éducation n’est pas nouvelle. En 2004, le gouvernement conservateur du Premier ministre Konstantinos Karamanlis, enhardi par une forte victoire électorale, s'apprêtait à mener une vague d'attaques contre les travailleurs et les étudiants. L'une de ces attaques concernait la réécriture de l'article seize.

En avril 2006, les étudiants grecs ont trouvé le courage de descendre dans la rue. Le mois suivant, quinze occupations universitaires ont eu lieu à la suite d'un rassemblement de masse. En juin, il y avait 420 professions couvrant pratiquement toutes les écoles et universités. En septembre, les professeurs d'université se sont joints à une grève illimitée contre les attaques.

Même si la grève a pris fin au bout de six semaines, elle a contribué à inverser la tendance contre le gouvernement. En décembre, il était clair que le projet de loi proposant un amendement constitutionnel n’obtiendrait pas le soutien nécessaire au Parlement, ce qui pourrait être attribué au mouvement de masse. Les étudiants ont rejeté le projet de loi grâce au pouvoir d’une lutte de masse organisée.

Les étudiants d'aujourd'hui se souviennent de la lutte de 2006 et s'en inspirent.

Nous sommes encore au début de l'année, mais les étudiants ont déjà empêché l'adoption du projet de loi en janvier, contrairement à la volonté du gouvernement. De nombreuses organisations étudiantes appellent les syndicats à agir et à se préparer à un « black-out » si le projet de loi est présenté au vote du Parlement. Le syndicat des travailleurs universitaires a réagi en se joignant aux marches étudiantes et en prononçant des discours lors des assemblées de masse.

Les étudiants ont appris que la seule façon de vaincre les attaques auxquelles ils sont confrontés est la lutte de masse. Ce sera une longue année, mais ils savent qu’ils peuvent gagner – ils l’ont déjà fait.

Source: https://redflag.org.au/article/greek-students-defend-free-education

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire