Solidarité avec la Palestine dans le Grand Manchester

0
66

John Nicholson des Amis de la Palestine du Grand Manchester rend compte de l'ampleur et de la diversité des activités de solidarité avec la Palestine dans la région depuis octobre.

Manifestation de solidarité avec la Palestine à Manchester le 13 octobre 2023 – photo de Manchester rs21

Les trois derniers mois de 2023 ont vu plus de 80 manifestations d’une sorte ou d’une autre dans le grand Manchester en soutien à la Palestine. Celles-ci comprenaient des manifestations hebdomadaires dans le centre-ville et dans les districts locaux, des grèves dans les écoles et des actions étudiantes spécifiquement ciblées, les Juifs contre le génocide de Gaza, Amnesty, des veillées d'agents de santé et des manifestations sur les routes principales, des marches et des occupations (au moins partielles) d'organisations clés, par exemple Barclays. , la BBC, les propriétaires d'Elbit Fisher German et le magasin de vêtements de sport Puma. Ces deux derniers ont depuis rompu leurs liens respectivement avec Elbit et l’équipe de football israélienne à la suite de notre campagne.

Dans le même temps, les Amis de la Palestine du Grand Manchester (GMFP) ont collecté plus de 10 000 £ provenant de collectes publiques et de dons syndicaux, qui ont été directement envoyés à ceux qui travaillent sur le terrain à Gaza et en Cisjordanie (bien qu'il soit désormais très difficile de faire entrer de l'argent à Gaza). C'est notamment le cas de l'Association palestinienne de football pour amputés de Gaza, par exemple, qui a donné des opportunités sportives aux garçons et aux filles qui ont perdu leurs membres à cause de l'agression militaire israélienne. Tous les dons sont clairement fondés sur la solidarité et non sur la charité et nous les envoyons uniquement à des organisations qui opèrent réellement là-bas, par opposition aux ONG internationales ou caritatives.

La plupart de ces manifestations ont reçu peu ou pas de couverture dans les grands médias, à l'exception de quelques commentaires sarcastiques dans les journaux. Nouvelles du soir de Manchester sur la « tension » ressentie par les acheteurs dans les rues du centre-ville. La seule couverture nationale cohérente est venue du L'étoile du matin.

Je pense que le caractère déconnecté de tout cela montre le désir généralisé et constant des gens d'exprimer leur colère et de s'impliquer dans des manifestations publiques, où qu'ils soient et où qu'ils se trouvent. Après la légère accalmie autour de la « trêve » de courte durée fin novembre, les chiffres et l'énergie ont de nouveau augmenté en décembre. Parallèlement, le harcèlement policier s'est quelque peu accru, notamment l'arrestation d'un jeune pour avoir apposé un autocollant sur la vitrine d'un magasin Marks and Spencer. En réponse, nous avons arrêté la marche et bloqué les lignes de tramway pendant environ une heure jusqu'à ce qu'ils reculent et le « désarrêtent ».

Le week-end suivant, nous avons traversé les lignes de police alors qu'ils voulaient que nous prenions un itinéraire « sûr » en évitant les principales zones commerçantes. En effet, nous sommes allés jusqu'à fermer une succursale Barclays et à occuper un magasin de sport – à l'intérieur du centre Arndale – vendant des produits Puma. Probablement parce que nous les avions humiliés à deux reprises, ils ont décidé de poursuivre certains d'entre nous tout au long de la route, alors que la manifestation se dispersait, criant des menaces de « charges en vertu de l'article 11 » si nous ne leur donnions pas un préavis de six jours avant toute manifestation future.

Il n’est pas question pour nous de céder à cela. Entre autres choses, si nous les prévenions, ils pourraient tout simplement dire que nous ne pouvons pas suivre l'itinéraire que nous proposons. Mais nous devons être conscients – plus encore pour tous ceux d'entre nous qui sont plus jeunes/non blancs/palestiniens en particulier – qu'il peut y avoir un risque pour toute personne au sujet de laquelle la police dit avoir « des preuves d'être un organisateur ». rassemblés dans un parc au sud du centre-ville, mais avec l'intention de se rendre en ville mais en évitant les principales zones commerçantes.

Pour moi, cette gamme d’activités est une bonne chose, car aucune organisation ne cherche à autoriser ou à contrôler ce qui se passe dans les rues. Il existe de nombreuses approches différentes pour mettre fin à la guerre d'Israël, depuis le lobbying auprès des conseils et des députés jusqu'à l'action directe visant à fermer les usines d'armement.

Penser à plus long terme

Cependant, la question se pose de savoir comment développer et pérenniser une organisation à plus long terme. Jusqu’à présent, malgré des difficultés pratiques, la collecte des noms et des coordonnées s’est plutôt bien déroulée. Bien que tout le monde lors d’une manifestation n’entende pas ou ne réponde pas aux demandes répétées d’inscription, beaucoup l’ont fait, à la fois sur les stands (quand ils y étaient) et en personne en discutant avec les gens à la fin. Il est utile qu'il existe un certain nombre d'organisations de campagne palestiniennes auxquelles adhérer : le Front de la jeunesse pour la Palestine (YFFP) et Manchester Palestine Action (MPA), par exemple, ainsi que le GMFP.

Ceux qui s’inscrivent peuvent ou non continuer à s’impliquer, lorsque les manifestations hebdomadaires, voire quotidiennes, n’auront plus lieu. Ils voudront peut-être s'impliquer dans d'autres types d'activités, qu'il s'agisse d'actions ciblées, de stands ou de réunions de discussion. La décision que nous avons prise de mettre l’accent sur les actions plutôt que sur les simples protestations était importante : le développement de huit actions différentes de Barclays le même jour a très bien fonctionné, tout comme l’entourage répété du propriétaire d’Elbit, Fisher German.

Une suggestion a été une coalition plus large (comme cela s’est produit à Londres, avec des manifestations nationales sous les auspices de Stop the War, du CND, des Amis d’al-Aqsa, de l’Association musulmane de Grande-Bretagne et du Forum palestinien de Grande-Bretagne ainsi que du CPS). Cependant, tous ne sont pas présents dans le Grand Manchester et ceux qui le sont sont déjà impliqués dans les différentes actions.

Il existe cependant un argument en faveur du développement d’une approche stratégique, pour un mouvement dirigé par la Palestine dans l’ensemble du Grand Manchester, qui puisse s’appuyer sur l’activisme des deux derniers mois, jusqu’en 2024 et au-delà. En interne, cela signifie beaucoup plus de production et d'acquisition de ressources (dépliants, drapeaux, banderoles, feuilles d'inscription, seaux, bavoirs – ainsi que dépliants d'information et autres matériels pour nos stands). En externe, cela signifie avoir une liste claire des organisations cibles et des méthodes pour les attaquer, qui pourraient commencer à impliquer des personnes de manière régulière et fréquente. Des personnes (y compris d'autres organisations) peuvent être invitées à s'y joindre. Et même si le leadership de cette approche relèverait des forces combinées actuelles du GMFP/MPA/YFFP, il serait également bon que d’autres groupes locaux ou spécialisés dans des problématiques spécifiques puissent mener leurs propres actions à leurs côtés.

Le GMFP a toujours soutenu que c'est en travaillant ensemble avec les différentes personnes impliquées, en particulier les jeunes du YFFP de Manchester (récemment élargi avec un nouveau groupe à Birmingham) et les militants du MPA, que nous pouvons progresser vers mettre l’accent sur les actions plutôt que sur les simples manifestations – comme la fermeture de huit succursales différentes de Barclays dans le Grand Manchester le même jour.

Mais même si cela est une bonne chose en termes d’activité, il est également nécessaire de développer le mouvement sur le plan politique et organisationnel. Le désir des militants plus traditionnels orientés vers le mouvement syndical et travaillant dans le cadre de la solidarité avec la Palestine est d’avoir un cadre plus clairement construit et plus large, qui engloberait davantage de personnes et de débats et déciderait démocratiquement au sein de structures clairement évidentes.

Renforcer le mouvement

Cependant, le monde n’en est pas là actuellement. Notre récente campagne montre que l’on peut faire davantage grâce à de multiples manifestations et à de nombreux groupes différents faisant des choses très diverses. Et peut-être que c’est tout simplement mieux – à condition qu’il y ait une certaine communication et coordination entre eux tous. Il est certain que le GMFP (comme le Manchester PSC avant lui) a contribué à une confiance et un respect mutuels entre une douzaine de groupes, de sorte que toute action appelée par l'un d'entre eux puisse être automatiquement soutenue par tous les autres.

L'inconvénient réside dans les politiques différentes de certains des nouveaux groupements, dont certains ne semblent pas reconnaître l'existence d'autres groupes (utilisant même parfois des noms qui appartiennent à des groupes existants). Cela s’accompagne malheureusement d’une grande diversité de compétences organisationnelles et de certaines des limites nécessaires du recrutement uniquement en ligne. Il existe également de grandes divisions entre protestation « pacifique » et « action directe » (ce qui ignore plutôt que toutes les actions peuvent bien être considérées comme « violentes » par les flics, suite au jugement de la Cour d'appel après l'acquittement des Colston Four). Mais même si toute future approche « globale » vers un mouvement de solidarité avec la Palestine ne devrait pas exclure les personnes qui font quelque chose, se pose également la question de savoir comment influencer et mettre l’accent sur les voix les plus progressistes et radicales (et palestiniennes) au sein de ce mouvement.

La principale question pour moi est de savoir comment développer l’argument selon lequel, même si les manifestations de masse sont bonnes et que le lobbying parlementaire plus traditionnel constitue un contexte utile, la réalité est que nous devons trouver des cibles qui affectent Israël aussi directement que possible, et des méthodes qui permettent de les fermer. faire tomber ceux qui sont complices, notamment sur les plans économique et militaire. Construire un mouvement autour de tout cela peut être une bonne direction, mais ce n’est peut-être pas dans le sens de celles qui ont été essayées auparavant. Localement, la confiance acquise entre certaines des différentes ailes impliquées pourrait permettre d'aller plus loin et plus efficacement dans ce domaine, ce que nous pouvons espérer voir se développer en 2024. Une quarantaine d'actions ont déjà été menées en janvier – nous sommes ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils le fassent !


La deuxième édition du pamphlet de RS21 « Israël – la création d'un État raciste » est maintenant disponible et peut être achetée ici. La brochure sera lancée lors d'une réunion publique à Manchester le samedi 10 février – détails ci-dessous.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire