Les forces israéliennes tuent une Palestinienne en Cisjordanie occupée | Conflit israélo-palestinien

0
152

Ghufran Hamed Warasneh, 31 ans, a reçu une balle dans la poitrine au camp de réfugiés d’Arroub ; Israël dit qu’elle a tenté d’attaquer un soldat.

Les forces israéliennes ont abattu une Palestinienne dans le camp de réfugiés d’Arroub, dans le sud de la Cisjordanie occupée par Israël.

Le ministère palestinien de la Santé a identifié la femme comme étant Ghufran Hamed Warasneh, 31 ans, et a déclaré qu’elle avait reçu une balle dans la poitrine.

Dans un communiqué, l’armée israélienne a déclaré qu'”un assaillant armé d’un couteau s’est avancé vers un soldat de Tsahal [Israeli army] soldat qui menait une activité de sécurité de routine ».

Cependant, des témoins ont déclaré à Givara Budeiri d’Al Jazeera que, selon eux, Warasneh avait représenté peu de menace pour les soldats et que le couteau était petit.

Budeiri a également ajouté que Warasneh avait commencé un nouvel emploi dans une station de radio trois jours avant d’être tué.

“Elle quittait son domicile pour se rendre au travail, selon des témoins oculaires”, a déclaré Budeiri.

Warasneh a été abattu peu avant 8h00 (05h00 GMT) à l’entrée du camp, situé entre Bethléem et Hébron, et où sont stationnés en permanence des soldats israéliens.

Elle a été transférée par le Croissant-Rouge palestinien à l’hôpital al-Ahli à Hébron, mais est décédée peu de temps après, malgré les efforts déployés pour la réanimer.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que les forces israéliennes avaient entravé leur accès à Warasneh et avaient mis 20 minutes pour permettre aux médecins de la soigner.

Les médecins de l’hôpital ont déclaré que la balle avec laquelle elle avait été abattue lui avait transpercé le cœur.

Warasneh, originaire du village voisin d’al-Shuyukh, était un ancien prisonnier.

La Société des prisonniers palestiniens (PPS) a déclaré dans un communiqué pleurant son assassinat qu’elle avait récemment passé trois mois dans les prisons israéliennes et avait été libérée début avril 2022.

Des groupes de défense des droits locaux et internationaux ont condamné ce qu’ils appellent l’usage excessif de la force par Israël et la « politique de tirer pour tuer » contre les Palestiniens, y compris les agresseurs présumés, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza.

De hauts responsables politiques israéliens – dont le Premier ministre israélien Naftali Bennett – ont encouragé le recours à la force létale et donné l’ordre de tirer sur les Palestiniens qui ne présentaient pas de menace imminente.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a noté dans des rapports que les forces israéliennes “utilisent souvent des armes à feu contre des Palestiniens par simple suspicion ou par mesure de précaution, en violation des normes internationales”.

Il y a eu une augmentation de la violence en Israël et dans les territoires palestiniens occupés depuis le début de l’année.

Selon le ministère palestinien de la Santé, les forces israéliennes ont tué 59 Palestiniens depuis le 1er janvier. Une série d’attaques palestiniennes depuis mars a fait 19 morts en Israël.

Le 11 mai, les forces israéliennes ont abattu la correspondante d’Al Jazeera TV, Shireen Abu Akleh, 51 ans, alors qu’elle couvrait un raid militaire sur la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Des raids par les forces israéliennes et les colons à l’enceinte de la mosquée Al Aqsa à Jérusalem-Est occupée pendant le mois sacré musulman du Ramadan, et le récent défilé d’extrême droite israélienne “Journée de Jérusalem” dans et autour de la vieille ville inclus l’agression et la blessure de nombreux Palestiniens habitants et a encore aggravé les tensions.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/1/israeli-forces-kill-palestinian-woman-in-occupied-west-bank

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire