L’étudiant en droit déviant | rs21

0
166

Dans un article initialement publié dans Socialist Lawyer, Kate Bradley passe en revue Livre de poche juridique critique. Bradley trouve un correctif utile à l’éducation juridique capitaliste, parfait pour les socialistes qui étudient et travaillent en droit.

Wall, Illan rua, Frey Middleton, Sahar Shah et CLAW, éd. Le livre de poche juridique critique . (Oxford: Counterpress. 2021) 284pp, 15 £.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les socialistes peuvent être attirés par la profession juridique. Bien qu’il s’agisse d’un terrain assiégé dominé par les défenseurs des valeurs et des systèmes de la classe dirigeante, la loi offre également un ensemble d’outils pour riposter et des victoires tangibles qui peuvent détourner temporairement l’attention des difficultés d’une gauche à marée basse. Malgré le travail des gouvernements néolibéraux successifs pour le réduire en lambeaux, une partie importante du droit civil est toujours consacrée à la défense des droits légaux durement acquis des locataires, des travailleurs, des débiteurs, des demandeurs d’allocations, des migrants, des sans-abri, des enfants pris en charge et de nombreux d’autres groupes confrontés à l’impuissance aux mains d’autres puissants.

Je partage les inquiétudes de nombreux socialistes au sujet de la loi : qu’elle puisse individualiser et réancrer les problèmes des gens, les empêcher de se défendre eux-mêmes. Mais dans un système qui érige des barrières juridiques partout lorsque les gens essaient de résister, il semblait aussi bon que n’importe quel travail d’une vie d’aider à abattre ces barrières.

La première bataille de la guerre qu’un avocat socialiste finira inévitablement par combattre avec le système juridique est un diplôme en droit. Une fois qu’ils auront trouvé l’argent pour payer les frais ou les frais de subsistance pendant leurs études – certains étudiants ayant plus de difficultés que d’autres – ils arriveront pour voir une foule de sujets du programme qui n’ont que peu de rapport avec les matières qui les intéressent. C’est particulièrement vrai du diplôme d’études supérieures en droit (GDL), la version distillée et abrégée d’un diplôme de droit conventionnel. Le cours se concentre sur des sujets tels que le droit des contrats, le droit foncier, l’équité et les fiducies ; rien de concret sur le logement, l’immigration, l’emploi, l’aide sociale, la dette. Il y a des moments où le contenu du cours fait allusion aux luttes du monde réel dans lesquelles les étudiants pourraient un jour être engagés – la responsabilité des employeurs en cas d’accidents du travail, par exemple, ou les droits des squatters dans le droit foncier. Mais dans l’ensemble, il y a peu de justice à trouver dans la jurisprudence qu’un étudiant en droit doit lire, ou dans la façon dont on nous apprend à la lire. La réflexion critique sur le rôle du droit dans la société est à peine effleurée pendant le GDL, et les cas sont étudiés hors de leur contexte historique, particulièrement choquants pour qui veut comprendre les processus historiques qui créent et modifient les lois qui nous régissent.

Je me suis vite retrouvé desséché, désespéré d’un autre type d’éducation. C’est à ce moment-là qu’on m’a recommandé Le livre de poche juridique critique. Malgré son édition et sa sélection d’essais légèrement chaotiques et éclectiques, la collection était une bouffée d’air frais. En fait, sa légère ambiance de chaos était exactement ce dont j’avais besoin après des mois d’ordre terne de la logique juridique (ordre qui cache, dans son austère certitude, l’agitation intense du monde en dehors de la salle d’audience).

Même la table des matières était un délice à première vue. “Sur ce qui passe pour la théorie juridique” et “Comment gérer un empire (légalement)” étaient deux favoris initiaux, promettant une critique acerbe, de l’humour et le type d’analyse que le cours n’offrait pas. Il y avait ‘La biopolitique du droit de l’environnement’, ‘Trusts and Kleptocracy’, et le simple mais prometteur ‘Money’, ainsi que de courts chapitres introduisant la théorie de la reproduction sociale, l’état, l’idéologie et d’autres concepts fondamentaux qu’un étudiant devrait utiliser pour penser critique du droit. Avec 40 chapitres de longueurs variables par un large éventail d’auteurs, le livre décrit vaguement les sujets des cours de droit britannique, mais les enrichit en fournissant des perspectives critiques totalement absentes du contenu officiel des cours. Comme le souligne l’introduction, les éditeurs ont adopté une approche large de ce qui est “critique”, réunissant des féministes intersectionnelles, des marxistes, des écosocialistes et d’autres, dans le but de présenter l’éventail de la pensée critique possible en droit, plutôt que de choisir un fil ou un cadrage cohérent. récit. Cela dit, cette collection ne contient pas de scatness postmoderniste, de « théorie critique » comme excuse pour se soustraire à l’engagement ; chaque auteur de ce livre semble dédié à créer un monde meilleur.

Parmi les chapitres particulièrement forts pour moi figuraient “Contract Law and Empire” de Máiréad Enright, qui utilise des exemples frappants pour montrer comment les juges peuvent administrer les verdicts les plus inhumains au nom de l’État de droit et de la justice naturelle ; « Les attentes déraisonnables » de Sahar Shah, qui traite dans une prose belle et tranchante de la façon dont les manuels de droit racontent et reproduisent les histoires de l’homme bourgeois blanc détenteur de droits ; et “The Radical Fringes of Tort Law” de Colin Murray, qui explore comment le droit des “délits” – délits civils – peut être utilisé pour contester la violence sexuelle et les crimes d’État là où les tribunaux pénaux ou la politique officielle nous ont laissé tomber.

Je n’aurais pas pu trouver ce livre à un meilleur moment : juste au moment où j’envisageais d’abandonner le diplôme d’études supérieures en droit, lorsque les obstacles pour devenir avocat, financiers et psychologiques, me semblaient trop écrasants pour continuer. Je suis heureux de dire que la perspicacité de Stephen Connolly m’a donné le cri de ralliement dont j’avais besoin :

L’étudiant déviant est précisément celui qui s’interroge sur l’inadéquation de sa propre façon de penser le monde avec le « bon sens » prédéfini auquel tous les étudiants en droit sont censés adhérer.

S’il est permis de remettre en question mon propre “non-apte”, et que d’autres l’ont fait avant moi, alors je suis heureux de continuer en tant qu'”étudiant déviant”. Ce livre a été un verre d’eau dans une année universitaire très longue et sèche.

Si vous connaissez un gaucher qui fait un diplôme en droit, achetez-le Le livre de poche juridique critique pour leur prochain anniversaire. Ça va les remonter le moral.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire