Les grands imbéciles disent de pousser

0
49

Quand il s’agit de guerre, j’essaie de ne pas parler des pires scénarios. Au lieu de cela, je pense au contraire. En d’autres termes, que faudrait-il pour mettre fin à une guerre avec le moins de victimes et d’une manière qui satisferait la plupart des personnes impliquées. Comme tout conflit qui éclate – entre peuples ou entre nations – la guerre seule semble rarement résoudre les problèmes sous-jacents. Au mieux, on pourrait obtenir une pause temporaire de la bataille ; au pire, le conflit est exacerbé et rien d’autre qu’un conflit plus large et plus profond ne s’ensuit.

La guerre en Ukraine, la guerre au Yémen, la guerre contre les Palestiniens, les guerres dont on n’entend pas parler ont toutes un point commun. Ils sont lourdement financés par la machine de guerre américaine. Ce fait est crucial pour les appréhender différemment. Ce ne sont pas des guerres séparées. C’est une guerre. Il est composé de différents champs de bataille dans la guerre en cours de Washington pour gouverner le monde. C’est une guerre qui dure depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Bien que certains des conflits aient impliqué un grand nombre de soldats américains, bon nombre de ces champs de bataille dépendent plutôt de l’argent, des armes, des renseignements et des conseillers américains. Au lieu que des résidents américains meurent pour l’Empire américain, Washington a convaincu divers politiciens, généraux et bureaucrates dans différentes parties du monde que le plan de Washington est le même que le leur et qu’ils devraient envoyer leurs soldats tuer et mourir pour cela.

L’hypocrisie de l’Occident, en particulier des médias concernant le référendum en cours dans les territoires de l’Est revendiqués par l’Ukraine est quelque chose à surveiller. Le NY Times qualifie le vote de mis en scène, ignorant des scénarios similaires parrainés par les États-Unis en Corée, au Vietnam, au Salvador, en Irak, en Afghanistan, à l’infini. Washington est l’architecte original des élections organisées. En fait, le référendum actuel dans les provinces concernées a probablement plus de validité que chacune des élections organisées par Washington dans ces pays et dans d’autres, y compris de nombreux pays où les agences de renseignement américaines ont coparrainé et organisé des soi-disant révolutions de couleur. L’un de ces derniers pays était l’Ukraine. En 2014, Washington s’est clairement ingéré récemment dans le processus électoral là-bas. Le résultat final a été un gouvernement pro-Washington aligné sur des formations de droite qui ont défendu l’histoire de l’Ukraine telle qu’écrite par les fascistes. L’élection de Zelensky était la dernière étape des plans de Washington visant à rendre Kyiv dépendante de Washington et à l’assumer dans l’axe de Washington. En d’autres termes, Washington a annexé l’Ukraine en tout sauf en nom. J’écris ceci non pas pour justifier l’annexion par Moscou des provinces orientales de l’Ukraine, mais pour montrer que la seule vraie différence entre les annexions de Moscou et l’incorporation de Kyiv par Washington réside dans la sophistication de leurs approches. Compte tenu de la géographie et de l’histoire, la Russie a certainement plus de droits sur les provinces orientales de l’Ukraine que Washington n’en a sur n’importe quelle partie de cette nation.

L’ukrainien est dirigé par des fonctionnaires qui agissent comme des adolescents. Leur fanfaronnade soutenue par des milliards de dollars conduit leur peuple vers un avenir incertain déterminé par le rejet des pourparlers de paix et l’étreinte ouverte de la guerre. Les responsables russes qui croient en la guerre en tant qu’extension de la diplomatie semblent avoir commis une grave erreur de calcul. Les médias occidentaux, en particulier aux États-Unis, présentent les fanfaronnades des politiciens qui ne savent pratiquement rien de la guerre en termes réels, comme des déclarations de bon sens. Toutes les nouvelles de la guerre sont filtrées à travers un état d’esprit russophobe renforcé par un effort conjoint pour induire le grand public en erreur quant à la politique impériale de Washington derrière la guerre. Le résultat est un effort de propagande si vaste qu’une grande partie de la population n’a aucune idée de la profondeur du faux récit présenté. Le fait que cette guerre n’ait jamais eu lieu est perdu depuis longtemps.

Même si la mobilisation que la presse occidentale qualifie de conscription n’est pas une conscription mais une mobilisation de réserves à la manière de la mobilisation par Bush et Obama des réserves prêtes individuelles pendant les guerres d’Irak et d’Afghanistan, il faut acclamer la résistance à cela. Si quelque chose comme cela s’était produit six mois après l’escalade américaine de sa guerre contre le Vietnam, cette guerre aurait certainement pris une tournure différente. Si ce conflit idiot devient incontrôlable et que les États-Unis s’y retrouvent impliqués, on peut parier que les médias américains ne se réjouiront pas si des milliers de résidents américains commencent à rejeter l’appel à la mobilisation. La plupart des résidents américains, ainsi que ceux qui vivent en Europe et dans le reste du monde, espèrent que ce conflit pourra être résolu bien avant qu’il ne franchisse d’autres frontières. Déjà dans certains pays européens, il y a eu des protestations contre les hausses de prix liées à la guerre économique entre la Russie et la plupart des pays de l’OTAN. La probabilité d’une plus grande protestation motivée par une conjoncture économique considérablement plus difficile suggère des changements politiques dont les goûts n’ont pas encore été révélés. Le fait que ce soit la droite du Congrès américain et de certaines législatures européennes qui remette officiellement en cause l’aide sans fin à l’armée ukrainienne n’est pas bon signe. Malheureusement, la plupart des autres politiciens traditionnels, du parti démocrate américain aux sociaux-démocrates européens, de l’aile non-Trumpiste du parti républicain américain aux divers partis démocrates-chrétiens en Europe ; leurs majorités continuent d’approuver la poursuite de l’armement de l’armée de Kyiv. La malchance de cette approche, lorsqu’elle est combinée à un ensemble de sanctions économiques qui se retournent contre lui, est révélée par le fait même de leur poursuite et de leur escalade. C’est comme la chanson rendue célèbre par Pete Seeger concernant la guerre américaine contre le Vietnam :

Mais chaque fois que je lis les journaux

Ce vieux sentiment revient;

Nous sommes jusqu’à la taille dans le Big Muddy

Et le grand fou dit de continuer.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/the-big-fools-say-to-push-on/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire