Les homosexuels kenyans risquent leur santé au milieu de l’homophobie dans les hôpitaux publics | LGBTQ

0
157

Nairobi, Kenya – En février 2020, Hosea Ndiretu a été violée par un groupe d’hommes alors qu’elle sortait d’un bar à Nairobi. En quelques semaines, il s’est rendu compte qu’il avait une infection sexuellement transmissible (IST) et s’est rendu dans un hôpital public pour se faire soigner.

Mais le diplômé en gestion des affaires de 26 ans a déclaré que son expérience là-bas avait été si horrible qu’elle lui avait fait développer une phobie des hôpitaux publics.

“J’ai développé des verrues anales [after the rape] qui avait besoin d’un traitement urgent et s’est rendu dans un établissement de santé gouvernemental en raison de son prix abordable », a déclaré Ndiretu à Al Jazeera. «Après avoir expliqué ma situation, le médecin m’a demandé si j’étais gay. J’ai répondu par l’affirmative et il m’a dit qu’ils ne traitaient pas les ‘méchants’.

Le médecin lui a demandé de s’adresser plutôt à des groupes de la société civile favorables aux droits des homosexuels, a déclaré Ndiretu.

À l’hôpital public où il s’était fait soigner pour une gonorrhée, Francis Onyango, 35 ans, raconte que le médecin qui s’occupait de lui a appelé ses collègues dans la chambre pour se moquer de lui. Il a donc plutôt cherché du réconfort à l’église.

« Mon pasteur a qualifié mon problème de démoniaque et m’a demandé de planter une « graine » de 200 $ (2 000 Ksh) avant de pouvoir prier pour moi. Pour que ses prières fonctionnent, il m’a ordonné de ne prendre aucune forme de médicament », a déclaré l’entraîneur de gym basé à Nairobi.

Bien qu’il n’existe pas de données complètes sur le nombre exact d’homosexuels au Kenya, la Gay and Lesbian Coalition of Kenya (GALCK) l’estime à 1,3 million, soit environ 2 % de la population. Les lois gouvernementales strictes contre l’homosexualité signifient que l’organisation ne peut pas effectuer un recensement complet, selon Kelly Kigera, administrateur de GALCK.

Les chercheurs et militants des droits de l’homme ont documenté une montée constante de l’hostilité contre les homosexuels, y compris le harcèlement par les forces gouvernementales au Kenya, qui est toujours une société conservatrice.

La constitution kenyane garantit à chaque citoyen le droit d’accéder aux soins de santé sans discrimination, mais les travailleurs de la santé continuent de violer cette disposition, d’autant plus que les hommes homosexuels gardent le silence par peur du harcèlement ou de la stigmatisation.

Et cela est principalement dû à une autre disposition constitutionnelle.

Le Code pénal kenyan criminalise les relations homosexuelles consensuelles et le mariage, avec des peines de prison allant de 5 à 14 ans. Les policiers l’utilisent fréquemment pour harceler et extorquer des homosexuels qui sont ensuite forcés de soudoyer leur sortie de garde.

Avec l’homophobie qui les entoure, les homosexuels comme Ndiretu et Onyango au Kenya évitent les hôpitaux publics et ont recours à des méthodes non conventionnelles de traitement des infections sexuellement transmissibles.

Un rapport de 2019 de chercheurs de l’unité de recherche sur la santé et la justice des genres de l’Université du Cap a montré que 43% des membres LGBTQ cacheraient un problème de santé lié à leur orientation sexuelle ou à leur identité de genre à un prestataire de soins de santé par crainte de discrimination, tandis que 35% avaient déclaré être insulté par les fournisseurs.

Un groupe d’homosexuels lors d’un séminaire sur la santé sexuelle au centre Ishtar MSM à Nairobi, Kenya [Courtesy: Ishar Centre]

« À la recherche d’un remède »

Alors qu’Onyango a eu la chance d’obtenir l’aide d’un groupe de pression pour les droits des homosexuels qui a facilité son traitement dans un établissement privé, Ndiretu n’a pas eu cette chance.

Sans argent pour un traitement dans un hôpital privé, il s’est tourné vers un ami qui l’a emmené chez un herboriste. Là, il a payé 5 $ (500 Ksh) pour cinq litres d’une concoction à base de plantes. La posologie recommandée était une tasse pleine deux fois par jour et on lui avait promis que cela guérirait son infection en une semaine.

“C’était amer et l’odeur était affreuse mais j’ai dû le prendre parce que je cherchais un remède”, a déclaré Ndiretu. Quelques heures après avoir pris la première tasse, il se sentait faible. “Je me suis senti étourdi, j’ai développé un mal de tête fulgurant et un estomac qui coule”, a-t-il déclaré. “Je savais que quelque chose n’allait pas.”

L’intervention rapide de ses voisins l’a sauvé. Ils l’ont emmené d’urgence dans un hôpital privé voisin où il a passé une semaine à être soigné pour une perte partielle de la vue – et une IST.

Inquiète du nombre d’homosexuels qui ont recours aux herbes pour traiter les IST à Nairobi, Ishtar MSM, une organisation communautaire de défense des droits des homosexuels, propose désormais des services médicaux gratuits aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH).

Son directeur, Peter Njane, a déclaré à Al Jazeera que des organisations comme la sienne sont un soulagement pour les homosexuels qui apprécient la vie privée et craignent la discrimination dans les établissements de santé publics, mais ne peuvent pas se permettre un traitement dans des établissements privés.

“En raison de la confidentialité de nos services, nous avons un grand nombre d’homosexuels qui recherchent nos services”, a déclaré Njane. « Nous accueillons en moyenne 10 personnes par jour. La majorité sont des hommes homosexuels qui ne sont pas encore sortis du placard et ne viennent chercher de l’aide qu’après l’échec d’autres méthodes de traitement comme les plantes médicinales.

Joshua Kimani est co-fondateur de SWOP Kenya, une organisation à but non lucratif qui gère un centre communautaire qui offre des services de conseil et de soutien aux travailleurs du sexe et aux hommes homosexuels sur les rapports sexuels protégés et les affections sexuelles. Le centre relie également les hommes gais qui ont besoin d’un traitement spécialisé à des cliniques gay-friendly

Il dit que SWOP a assisté plus de 3 000 hommes homosexuels depuis 2008.

“Beaucoup d’entre eux ont confirmé qu’ils utilisaient des herbes comme remède pour traiter les IST”, a-t-il déclaré. “Les herbes ne traitent pas les IST et dès qu’une personne ne parvient pas à obtenir un traitement approprié contre les infections, elle et son partenaire sont en danger”, a-t-il déclaré.

Le ministère de la Santé du Kenya, par le biais de son programme national de lutte contre le sida et les IST (NASCOP), a déclaré qu’il s’était associé à des organisations comme Ishtar et SWOP pour mettre en place des cliniques adaptées aux LGBTQ où les homosexuels peuvent accéder librement aux services de santé.

Salim Hussein, responsable des soins de santé primaires au ministère de la Santé du Kenya, affirme que même si la loi est contre l’homosexualité, le ministère ne soutient pas la discrimination dans ses hôpitaux.

“Les cas d’homophobie sont là et c’est un fait”, a-t-il déclaré à Al Jazeera. «Le ministère s’est efforcé de mettre en place des cliniques adaptées aux jeunes où les personnes qui apprécient la vie privée peuvent accéder à des services liés à la sexualité. Nous avons également formé nos agents de santé à traiter tous les patients avec dignité et ouvert des bureaux d’assistance à la clientèle dans tous nos établissements de santé pour traiter toutes les plaintes.

Les responsables de la NASCOP affirment que la plupart des victimes de discrimination dans les hôpitaux publics ne se présentent pas aux autorités ou pensent que cela est contre-productif.

Ishtar et SWOP veulent que le ministère de la Santé forme des infirmières et des médecins capables de prendre en charge les patients LGBTQ et de les placer dans des unités spéciales dans tous les hôpitaux publics afin de garantir aux homosexuels leur droit constitutionnel d’accéder aux services de santé.

“Même si la loi n’autorise pas les relations homosexuelles, la constitution donne à chaque citoyen le droit d’accéder à des soins de santé de qualité et c’est ce que nous préconisons”, a déclaré Njane.

Ndiretu dit que le traitement et l’attention qu’il a reçus à la clinique privée ont restauré son estime de soi après être sorti vivant. “Ils m’ont traité comme un être humain et cela m’a donné la force de continuer”, a-t-il déclaré. “Je prends cependant des précautions pour ne pas me retrouver dans une situation similaire.”

Mais il hésite toujours à signaler sa situation aux autorités car il craint que la police ne le harcèle parce qu’il est gay.

“Dénoncer n’est pas une option car la police est pire que les travailleurs de la santé dans les hôpitaux publics”, a-t-il déclaré.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2022/6/2/homophobia-in-kenyan-public-hospitals-pushes-queer-men-to-dangero

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire