Pour un salaire décent et une planète habitable, nous avons besoin de programmes d’emplois pour le climat

0
64

Le blocage du programme « Reconstruire en mieux » du président Joe Biden suscite de sérieuses inquiétudes chez ceux qui attendent du gouvernement fédéral qu’il prenne des mesures énergiques contre le changement climatique. Une grande partie des aspects les plus ambitieux de la législation liés au climat ont déjà été supprimés – et le fait qu’elle ne puisse toujours pas passer un Congrès à majorité démocrate est un signe inquiétant pour l’avenir.

Mais malgré le dysfonctionnement au niveau fédéral, des développements encourageants se produisent au niveau des États. De plus en plus, les militants du climat et du travail se réunissent pour élaborer des plans ambitieux mais réalistes pour développer massivement le secteur de l’énergie propre d’une manière qui crée des emplois syndicaux qui soutiennent la famille.

Ces efforts étatiques sont souvent facilités par le Climate Jobs National Resource Center. Des États comme New York, le Connecticut et le Maine ont réussi à obtenir une réelle adhésion des métiers du bâtiment à une vision qui défie la dichotomie entre faux emplois et environnement. Récemment, la législature de l’Illinois a adopté une législation climatique historique qui met l’État sur la voie d’atteindre 100 % d’énergie propre d’ici 2050, le tout avec le plein soutien de l’Illinois AFL-CIO.

Rhode Island a maintenant rejoint la fête. Plus tôt cette année, Climate Jobs Rhode Island, une vaste coalition syndicale-environnementale, a publié un rapport intitulé “Construire une transition juste pour un avenir résilient : un programme d’emplois climatiques pour le Rhode Island”. Le rapport, compilé en partenariat avec le Worker Institute de Cornell, adopte une approche globale pour limiter les émissions de carbone – contenant des recommandations sur les rénovations, les transports publics, les énergies renouvelables et la résilience climatique.

L’initiative de Rhode Island est un bon modèle à considérer pour les militants d’autres États. En plus de lutter efficacement contre les changements climatiques, il ne fait aucun doute que ce programme entraînerait la création de dizaines de milliers d’emplois syndiqués. Il montre la voie à suivre pour les mouvements climatiques et syndicaux, qui doivent s’unir pour que la classe ouvrière ait l’espoir d’un avenir durable.

Le Rhode Island est un état de conducteurs de véhicules, avec seulement 3% des résidents utilisant les transports en commun pour leurs déplacements. Pour régler ce problème, qui a des répercussions évidentes sur l’environnement, le rapport comprend des mesures visant à faire du transport en commun une option plus efficace et attrayante.

Le rapport appelle à la modernisation et à l’électrification de la ligne Providence de la Massachusetts Bay Transit Authority et à la construction d’une nouvelle station à l’aéroport international TF Green. Il demande également à la Rhode Island Public Transit Authority d’électrifier ses 224 bus et de construire des bornes de recharge pour véhicules électriques dans les dépôts de bus.

Plus ambitieux, le rapport décrit un plan de construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse de la Virginie au Maine, avec plusieurs arrêts au Rhode Island. Ce corridor ferroviaire à grande vitesse proposé créerait 352 000 emplois sur une période de treize ans. En général, le train à grande vitesse est l’un des modes de transport les plus efficaces et les plus sobres en carbone pouvant servir d’alternative aux vols court-courriers.

Les bâtiments sont responsables de 27 % des émissions totales de gaz à effet de serre de l’État, et ce nombre augmente considérablement dans les zones urbaines. Puisqu’ils sont grands, détenus et gérés par l’État et omniprésents, les bâtiments des écoles publiques sont un excellent endroit pour commencer à résoudre ce problème.

Une étude de 2017 sur les bâtiments des écoles publiques de Rhode Island a révélé que l’âge moyen d’un bâtiment scolaire est de cinquante-six ans. Beaucoup ont désespérément besoin d’être rénovés. Pourquoi ne pas les verdir en même temps ? Le rapport estime que le déplacement de tous les bâtiments scolaires de la maternelle à la 12e année vers des émissions nettes nulles créerait 11 209 emplois sur une période de huit ans. Ces emplois couvriraient une grande variété de métiers, y compris les ouvriers, les électriciens, les peintres, les soudeurs, etc. Dans l’ensemble, la rénovation de ces bâtiments réduirait les émissions de 105 913 tonnes métriques de CO2e d’ici 2030.

De même, le besoin de l’État en matière de logements abordables peut être associé à un programme d’emplois climatiques. Le groupe HousingWorks RI estime que, d’ici 2025, l’État aura besoin de jusqu’à quarante mille logements supplémentaires pour répondre à une demande accrue. Climate Jobs Rhode Island propose de construire trente-cinq mille logements abordables net zéro d’ici 2035, avec un projet d’accord de travail qui créerait 65 691 emplois sur treize ans.

Le rapport appelle également à des rénovations énergétiques profondes des logements existants, en utilisant les exigences salariales et d’embauche locales en vigueur. On estime que ces travaux créeront 24 515 emplois sur huit ans.

Si nous pensons de manière créative, un programme d’emplois climatiques peut être une solution créative à de nombreux problèmes sociaux à la fois : arrêter le changement climatique, réduire le chômage et augmenter les salaires, créer des écoles publiques sûres pour les enfants, alléger le fardeau des loyers pour les locataires, etc.

Le fil conducteur de tous ces plans est un engagement concret et indéfectible envers les emplois syndiqués qui font vivre la famille. Cet accent est absolument essentiel si les militants pour le climat veulent avoir des relations productives avec le mouvement syndical.

Les accords de travail du projet (accords de négociation collective entre les syndicats des métiers du bâtiment et les entrepreneurs) et les exigences salariales en vigueur sont un élément central de chaque plan de réduction des émissions de carbone dans le rapport du Rhode Island. Cette double approche garantit que les travailleurs n’ont pas à choisir entre un niveau de vie et un environnement vivable.

Le rapport du Rhode Island appelle également à un bureau de transition juste au niveau de l’État qui nécessite une représentation solide du travail. Ce bureau étudierait les impacts économiques des fermetures d’usines passées afin de mieux comprendre comment les travailleurs peuvent être soutenus lors d’une transition.

Cette rhétorique sur l’emploi n’a pas été laissée pour compte dans un rapport. La coalition fait de réels progrès dans le domaine politique. Plus tôt cette semaine, le Sénat de l’État de Rhode Island a adopté le SB 2740, qui exige que les projets d’énergie renouvelable incluent des accords de paix du travail et les exigences salariales en vigueur.

Mais peut-être que la partie la plus inspirante de la campagne dans le Rhode Island est la coalition qui s’est construite autour d’elle. La liste des organisations qui ont approuvé le rapport comprend le Rhode Island AFL-CIO, le Rhode Island Building and Construction Trades Council, le Childhood Lead Action Project, la National Education Association et bien d’autres. Les travailleurs qui seront le plus directement touchés et impliqués dans une transition énergétique doivent être aux commandes de la politique climatique, et l’initiative de Rhode Island montre comment cela se fait.

Les États sont des champs de bataille clés pour la gauche et continueront d’être des arènes importantes pour faire progresser une législation climatique favorable aux travailleurs. Le Rhode Island a rejoint un certain nombre d’autres États pour ouvrir collectivement la voie. C’est à nous autres de les suivre.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire