Les juifs ultra-nationalistes prennent d’assaut Al-Aqsa avant la marche du drapeau israélien | Conflit israélo-palestinien

0
46

Des centaines de nationalistes juifs d’extrême droite sont entrés dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, avant une marche provocatrice sur le drapeau qui pourrait raviver les affrontements entre Israéliens et Palestiniens.

Itamar Ben-Gvir, le chef d’un petit parti d’opposition ultranationaliste à la Knesset, est entré dans l’enceinte tôt dimanche, avec des dizaines de partisans.

Le correspondant d’Al Jazeera, Najwan Simri, a déclaré que les forces israéliennes ont occupé le toit de la salle de prière d’al-Qibli dans l’enceinte dimanche matin et ont assiégé les fidèles à l’intérieur pour permettre le passage des colons sans entrave.

Elle a ajouté que les Israéliens ont empêché les journalistes et photographes palestiniens d’entrer dans la mosquée Al-Aqsa et les ont menacés d’arrestation.

Les forces israéliennes ont tiré des balles en caoutchouc sur les manifestants palestiniens dans l’enceinte, dans le but de les disperser.

Au moins 18 Palestiniens ont été arrêtés dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, a annoncé la police israélienne.

La Société du Croissant-Rouge palestinien a déclaré que les colons avaient attaqué une équipe d’ambulances qui lui était affiliée dans la vieille ville alors qu’ils tentaient d’atteindre une personne blessée dans le quartier d’al-Wad.

Certains Juifs entrant dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa ont tenté de prier, provoquant l’ire des Palestiniens.

Le culte juif n’est pas autorisé dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa par la loi israélienne, et il est également interdit par le grand rabbinat d’Israël. Cependant, certains Israéliens d’extrême droite pensent qu’ils devraient être autorisés à prier dans le but de renverser le délicat statu quo.

Les Palestiniens craignent que leur souveraineté sur le complexe ne soit érodée au milieu des appels des Israéliens d’extrême droite pour que la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher soient remplacés par un temple juif.

Dans un tweet montrant une vidéo des forces israéliennes scellant les portes de la salle de prière d’al-Qibli, le groupe de médias palestinien “Al Qastal” a déclaré que les Israéliens essayaient de garder les Palestiniens à l’intérieur.

Un porte-parole de la police israélienne a déclaré qu’un petit groupe de personnes s’est barricadé à l’intérieur de la mosquée et a lancé de grosses pierres vers les policiers postés à l’extérieur. Aucun blessé n’a été signalé.

Al Jazeera n’a pas été en mesure de vérifier cette information.

Les forces israéliennes ont érigé des barrières métalliques et ont empêché les Palestiniens d’accéder à la porte de Damas, l’entrée principale de la vieille ville.

Le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, a déclaré qu’Israël se considère au-dessus des lois.

Dans une interview accordée à la radio Voice of Palestine dimanche, Abu Rudeinah a déclaré : « Israël joue avec le feu en permettant de manière irresponsable et imprudente aux colons de profaner les lieux sacrés de Jérusalem occupée.

Il a appelé la communauté internationale, en particulier l’administration américaine, à « assumer ses responsabilités et à ne pas s’engager dans des doubles standards ».

Quelque 3 000 policiers israéliens ont été déployés dans toute la ville avant la marche, qui a commencé à 16h00 heure locale (13h00 GMT) et devrait se terminer à 22h00 (19h00 GMT).

Traduction : Regardez : L’armée d’occupation attaque brutalement des femmes palestiniennes dans la rue al-Wad à Jérusalem occupée.

Chaque année, des milliers de groupes d’extrême droite israéliens participent au défilé, agitant des drapeaux israéliens et chantant des chansons alors qu’ils traversent les rues étroites du quartier musulman de la vieille ville.

La marche est destinée à célébrer la prise par Israël de Jérusalem-Est occupée lors de la guerre de 1967. Israël a ensuite annexé la zone dans un mouvement qui n’est pas reconnu internationalement.

Les Palestiniens, qui ont été contraints de fermer leurs commerces et de rester chez eux, considèrent la marche comme une provocation flagrante alors que les colons juifs affichent leur souveraineté sur le territoire occupé.

La police des frontières israélienne disperse des Palestiniens depuis les escaliers près de la porte de Damas vers la vieille ville de Jérusalem, le 29 mai 2022 [Ammar Awad/Reuters]

“Mort aux Arabes”

Il est également considéré par les Palestiniens comme une violation de l’un des rares endroits de la ville, de plus en plus enclavé par le développement et la colonisation juive, qui conserve une forte saveur arabe.

Les marches précédentes ont inclus des chants israéliens de “Mort aux Arabes” et l’attaque de maisons et de magasins palestiniens dans la vieille ville.

D’autres chants utilisés par les colons à l’encontre des Palestiniens incluent “Que votre village brûle” et “Une deuxième Nakba arrive” – ​​faisant référence au nettoyage ethnique d’au moins 750 000 Palestiniens en 1948 par les paramilitaires sionistes.

Sami Abu Shehadeh, membre palestinien de la Knesset, a déclaré à Al Jazeera que la marche représente une détérioration très rapide de la majorité de la population juive d’Israël vers le fascisme.

“Nous parlons d’une société qui célèbre l’occupation d’un autre peuple”, a-t-il déclaré depuis la ville de Jaffa.

« Nous ne parlons pas de petits groupes marginaux, mais de groupes extrêmes qui sont soutenus par le gouvernement israélien et défendus par la police et les forces de sécurité israéliennes, ce qui signifie que le gouvernement israélien considère cela comme un acte légitime.

Tensions accrues

La marche de dimanche intervient à un moment de tensions accrues. La police israélienne a pris d’assaut l’enceinte à plusieurs reprises, tirant souvent des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur les manifestants palestiniens, blessant des centaines de personnes.

Dans le même temps, quelque 19 personnes ont été tuées par des assaillants palestiniens en Israël et en Cisjordanie ces dernières semaines, tandis que plus de 35 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, dont un garçon de 15 ans qui a été tué vendredi à Bethléem.

La journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh a également été tuée par les forces israéliennes le 11 mai à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien.

Mais malgré les appels à repenser la marche de certains de ses propres alliés de la coalition, le Premier ministre Naftali Bennett a refusé d’approuver tout changement.

“Le défilé du drapeau se déroulera comme d’habitude selon l’itinéraire prévu, comme il l’a été depuis des décennies”, a déclaré vendredi son bureau, ajoutant qu’il examinerait la situation régulièrement au cours des prochaines heures.

Le Hamas a publié samedi une déclaration appelant les Palestiniens de Gaza, de la Cisjordanie occupée et de Jérusalem, ainsi que les citoyens palestiniens d’Israël « à se lever dimanche pour défendre Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa ».

Le groupe de gauche du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a dénoncé « l’agression brutale » de l’occupation israélienne contre le peuple palestinien.

“Nous affirmons notre volonté de défendre les lieux saints et le peuple palestinien par tous les moyens et méthodes”, a déclaré le groupe dans un communiqué, et a averti que “profaner le complexe d’Al-Aqsa est une transgression dangereuse pour laquelle l’ennemi paiera”.

La marche du drapeau de mai dernier a provoqué des tirs de roquettes depuis Gaza, auxquels Israël a répondu en bombardant le territoire assiégé, entraînant une guerre de 11 jours au cours de laquelle plus de 260 Palestiniens et 13 Israéliens ont été tués.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/29/settlers-storm-al-aqsa-compound-ahead-of-israeli-flag-march

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire