Les leçons de la crise des missiles de Cuba

0
77

Image : Image des plans de l’invasion de la Baie des Cochons – Domaine public

Il y a soixante ans, nous avons survécu à une impasse nucléaire entre John F. Kennedy et Nikita Khrouchtchev qui a inspiré la littérature sur la gestion et l’évitement des crises concernant la crise des missiles cubains. De cette crise, nous aurions dû apprendre quelque chose sur l’essentiel de la diplomatie secrète et du compromis.

L’administration Biden, cependant, ignore la leçon la plus importante de la crise des missiles : toutes les voies de communication – politiques, militaires et diplomatiques – doivent être maintenues ouvertes à tout moment, en particulier à l’ère nucléaire. La crise des missiles s’est terminée sans accord formel, mais moins d’un an plus tard, les deux parties ont signé un accord formel pour assurer des communications sûres et rapides entre Washington et Moscou. La soi-disant « hot line » a été le résultat le plus tangible de la crise. Le Département d’État s’est opposé à la localisation de la ligne dans le Centre de commandement militaire national du Pentagone, mais cette décision a été dictée par l’inquiétude suscitée par les armes nucléaires.

Plusieurs décennies après la crise d’octobre 1962, nous avons appris à quel point nous étions proches du déclenchement effectif des armes nucléaires. Début octobre, les Soviétiques ont déployé quatre sous-marins diesel, chacun transportant une torpille nucléaire, dans le cadre de la logistique du déploiement de missiles soviétiques à Cuba. L’un de ces sous-marins a fait surface le 27 octobre pour affronter des navires et des avions de guerre anti-sous-marins américains. Le capitaine du sous-marin, croyant qu’il était attaqué, a ordonné une plongée d’urgence et le lancement de la torpille nucléaire du sous-marin. Heureusement, un officier de marine soviétique a convaincu le capitaine du sous-marin que les navires américains faisaient des signaux et n’attaquaient pas. En conséquence, la décision du capitaine de tirer la torpille nucléaire n’a jamais été transmise et le sous-marin soviétique a signalé aux Américains l’importance d’éviter les actions provocatrices.

Il y avait des options diplomatiques pour résoudre la crise des missiles cubains en 1962 parce que ni Kennedy ni Khrouchtchev ne voulaient entrer en guerre, et les deux dirigeants comprenaient vraisemblablement l’importance de garder le contrôle de la situation. Khrouchtchev ne pouvait pas agir seul et devait consulter un Politburo qui offrait vraisemblablement des points de vue différents sur la confrontation. Kennedy a créé un comité exécutif qui a finalement rejeté le cas d’une frappe aérienne et a reconnu l’importance des négociations. Aucun des deux dirigeants ne voulait perdre le contrôle de la situation. Un ancien ambassadeur des États-Unis en Union soviétique, Llewellyn Thompson, a joué un rôle clé pour convaincre Kennedy que, si les États-Unis accordaient à Moscou une marge de manœuvre diplomatique, le Kremlin trouverait un moyen de retirer ses missiles et ses bombardiers de Cuba et d’éviter une attaque militaire. affrontement.

La diplomatie était la clé du succès en 1962, mais des décisions fatidiques de l’administration Clinton dans les années 1990 ont déclenché la crise actuelle en Ukraine. En 1991, le président George HW Bush et le secrétaire d’État James Baker ont déclaré au président soviétique Mikhaïl Gorbatchev et au ministre des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze que les États-Unis ne “sauteraient” pas en Europe de l’Est si 360 000 soldats soviétiques étaient retirés de l’Allemagne de l’Est. Le président Bill Clinton a ignoré cette assurance et ses propres diplomates, dirigés par l’ambassadeur à la retraite George F. Kennan, qui ont fait valoir avec prévoyance que l’expansion de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord en Europe de l’Est conduirait à une confrontation avec la Russie. L’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a tenté de faire comprendre au président George W. Bush qu’un nouvel élargissement de l’OTAN impliquant l’Ukraine et la Géorgie serait inacceptable pour le Kremlin. Le président Barack Obama a contribué à l’escalade des tensions bilatérales en basant des avions de combat américains en Pologne et en poursuivant le déploiement d’une défense antimissile régionale sophistiquée en Pologne et en Roumanie.

La crise actuelle en Europe de l’Est est marquée par une escalade continue entre les forces militaires russes et ukrainiennes sur le terrain et l’absence de toute indication que Moscou et Kyiv sont prêts à négocier. En raison des avancées ukrainiennes et du déploiement d’armes occidentales sophistiquées, Poutine menace d’utiliser des armes nucléaires tactiques. Les récentes déclarations de Poutine ont été particulièrement effrayantes avec l’insistance qu’en cas de guerre nucléaire, “nous irions au paradis en martyrs, alors qu’eux périraient tout simplement”.

Si Poutine continue de faire face à des revers humiliants sur le champ de bataille, son recours aux armes nucléaires tactiques ne peut être exclu. Contrairement au scénario de Khrouchtchev il y a 60 ans, il n’y a pas de Politburo pour exercer une influence restrictive sur le dirigeant russe. Poutine semble ignorer la dévastation de l’environnement, les taux élevés de cancer et la maladie des radiations qui accompagneraient même l’utilisation limitée d’armes nucléaires tactiques. Il est raisonnable de se demander si Poutine a perdu le contact avec la réalité.

Pendant ce temps, la guerre entre la Russie et l’Ukraine ne montre aucun signe d’apaisement et la rhétorique entre les deux parties se durcit. Poutine continue de claironner les capacités destructrices de ses forces militaires, et le conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, met en garde contre les “conséquences catastrophiques” pour la Russie si des armes nucléaires étaient utilisées. À la suite de la crise des missiles cubains, Washington et Moscou ont compris les dangers de l’escalade et ont négocié un traité d’interdiction partielle des essais en plus d’établir le système de communication Hot Line.

Dans la crise actuelle, il n’y a pas eu de discussions sérieuses entre le secrétaire d’État Antony Blinken et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ou entre le secrétaire à la Défense Lloyd Austin et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou. L’administration Biden a eu recours à la réflexion de groupe, personne dans l’administration ne promouvant des discussions de fond comme moyen d’améliorer la crise actuelle. Kennedy avait un avocat du diable à Llewellyn Thompson, et Lyndon Johnson avait George Ball pendant la guerre du Vietnam. Biden semble n’avoir aucun avocat du diable; tous ses conseillers chantent à partir de la même page de musique.

En raison de l’escalade de la confrontation, les États-Unis et la Russie sont incapables de discuter d’importantes questions géopolitiques qui trouvent les deux parties en accord général. C’est vrai pour le contrôle des armements et le désarmement; non-prolifération; contre-terrorisme; et la climatisation. Moscou, par exemple, a soutenu les efforts américains pour engager la Corée du Nord dans des pourparlers sur le désarmement nucléaire ainsi que les efforts américains et iraniens pour revenir à l’accord nucléaire de 2015 que Donald Trump a abandonné. (Le fait que l’Iran ait abandonné à la fois son insistance pour que les États-Unis retirent les Gardiens de la révolution islamique d’Iran de sa liste officielle des organisations terroristes étrangères et que l’administration Biden garantisse qu’un futur président américain ne se retirerait pas du pacte nucléaire suggère qu’un renouvellement de l’accord est possible.)

Nous sommes loin du conseil de John F. Kennedy : « Ne négocions jamais par peur. Mais laissez-nous n’avoir jamais peur de négocier.” Il convient toutefois de répéter que, pour ce faire, toutes les voies de communication doivent être ouvertes. En plus de l’augmentation des essais de missiles de la Corée du Nord ainsi que de l’enrichissement accru de l’uranium par l’Iran, les menaces nucléaires de Poutine ajoutent à l’anxiété d’une ère nucléaire que la plupart d’entre nous croyaient révolue.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/lessons-from-the-cuban-missile-crisis/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire