Les manifestations néo-zélandaises se multiplient, défiant l’ultimatum de la police – RT World News

0
58

Les manifestants anti-vaccins ont ignoré un avertissement des autorités de partir volontairement

Mercredi, des centaines de manifestants ont défié un ultimatum de la police pour quitter la zone autour du parlement « Beehive » de Wellington, la foule continuant de grossir. Les autorités ont décrit la manifestation en cours comme «ordonné.”

Inspirés par le « Freedom Convoy » au Canada, des militants ont bloqué plusieurs routes de la capitale avec des camions, des camionnettes et des motos pendant neuf jours. Les manifestants ont également campé sur le terrain à l’extérieur du bâtiment distinctif du parlement.

Mardi, la police a demandé aux manifestants de se déplacer volontairement, avertissant que les autorités commenceraient sinon à remorquer des véhicules et à saisir du matériel.

S’adressant aux journalistes mercredi, le commissaire adjoint de la police, Richard Chambers, a déclaré qu’il y avait eu un “afflux» de manifestants, dont des enfants, autour du parlement, mais a ajouté que la foule était «ordonné.”

“Il s’agit d’une situation très complexe, et nous sommes conscients des tactiques que nous devons adopter pour que la situation ne s’aggrave pas”, a-t-il ajouté. Chambers a noté, ajoutant qu’il y avait environ 450 véhicules bloquant le site.

Le chef de la police a déclaré qu’il y avait eu des progrès dans l’engagement avec les dirigeants de la manifestation mercredi et qu’une douzaine de véhicules étaient partis volontairement.

Les protestations ont commencé en opposition aux mandats de vaccination, mais se sont étendues pour inclure une résistance plus large aux restrictions Covid-19 de la Nouvelle-Zélande, qui sont parmi les plus strictes et les plus durables au monde.




S’adressant à RT, Franko Heke, un musicien et professeur de méditation qui a été à l’avant-garde de l’activisme, a déclaré que le mandat de vaccination de la Nouvelle-Zélande fait beaucoup plus de mal que Covid lui-même.

C’est “déchirer des familles, supprimer des emplois aux Néo-Zélandais nécessiteux et travailleurs, envoyer la santé mentale de notre pays à travers le sol et augmenter nos taux de suicide, le tout pour le volet désormais le plus faible du virus”, il a déclaré.

“Nous avons tellement peur de mourir que nous ne vivons plus et il est temps pour chacun de choisir par lui-même ce qu’il met dans son corps”, il ajouta.

La Première ministre Jacinda Ardern a qualifié les manifestations de «importé” phénomène et a refusé d’envisager d’assouplir les restrictions, y compris les contrôles aux frontières, qui ont coupé des milliers d’expatriés néo-zélandais coupés de leurs familles.

Le pays connaît actuellement son taux d’infection le plus élevé depuis le début de la pandémie, au milieu de la propagation de la variante Omicron. Plus de 1 100 cas ont été signalés mercredi. La Nouvelle-Zélande a signalé un total d’environ 22 300 infections, dont 53 décès.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire