Les manuels universitaires sont beaucoup trop chers – et les entreprises de manuels scolaires veulent empirer les choses

0
75

Le premier cycle américain moyen dépense 1 240 dollars par an en manuels et autres supports de cours. Les étudiants des universités publiques de deux ans dépensent plus en moyenne que les étudiants des universités privées de quatre ans, ce qui signifie que ceux qui ont le moins de ressources au départ sont les plus durement touchés par les dépenses. En 2020, 25 % des étudiants interrogés ont déclaré qu’ils travaillaient des heures supplémentaires et 11 % ont déclaré qu’ils sautaient des repas pour s’offrir des manuels.

Il n’y a pas si longtemps, les étudiants pouvaient alléger le fardeau des coûts des manuels scolaires en les achetant d’occasion ou, plus récemment, en trouvant des versions PDF gratuites en ligne. Lorsqu’un seul manuel peut coûter des centaines de dollars, trouver des moyens créatifs de réduire les coûts des manuels a été une nécessité financière pour les étudiants vivant dans un pays où la dette totale des prêts étudiants est de 1,75 billion de dollars et continue.

Avec la pandémie de COVID-19 qui accélère notre évolution vers une éducation de plus en plus en ligne, les textes à couverture rigide deviennent des reliques du passé. Vous pourriez vous attendre à ce que cette tendance aide réellement à résoudre le problème, mais au lieu de cela, elle a l’effet inverse. À mesure que l’éducation devient de plus en plus numérisée, les salles de classe ne sont pas seulement déplacées vers Zoom ou Blackboard, mais plutôt des programmes entiers sont externalisés vers des entreprises privées.

Des entreprises comme McGraw Hill, Macmillan Higher Education, Pearson et Cengage livrent tous les plus grands mots à la mode dans un langage administratif élégant – offrant, par exemple, des produits vagues et inquiétants comme “des solutions de cours entièrement intégrées, adaptatives et numériques”. Ils ne proposent pas seulement des livres électroniques, mais des programmes de cours, des devoirs, des quiz, des vidéos, des tests, des examens, une notation automatique, et plus encore (et plus encore !).

Et ils trouvent des moyens encore plus créatifs de sécuriser leur propriété intellectuelle numérique et d’obtenir le plein prix des étudiants. Les jours déjà pas si paisibles où l’on cherchait des manuels d’occasion excessivement surlignés et des PDF gratuits lorsque cela était possible sont presque révolus.

Alors que les gouvernements fédéral et des États continuent de réduire le financement de l’éducation et que des pourcentages toujours croissants des budgets des collèges et des universités sont consacrés aux coûts « administratifs », l’idée de rationaliser et d’externaliser les programmes de cours à des entreprises privées devient une option intéressante.

D’une part, c’est encore une autre façon d’éliminer l’agence humaine – et avec elle, la main-d’œuvre qualifiée – de l’équation financière de l’école. Pourquoi payer des professeurs, des auxiliaires ou des étudiants diplômés pour élaborer des programmes et du matériel de cours ou passer du temps à noter alors que vous pourriez plutôt sous-traiter ce travail à une entreprise privée, qui peut facilement générer tout ce matériel et remplacer toutes ces heures de travail et leur accompagnateur coûts avec un algorithme simple ?

D’autre part, il rationalise le travail et le matériel dans l’ensemble du système collégial et universitaire, leur permettant ainsi d’être plus facilement gérés comme des entreprises, avec des moyens simples et prévisibles de calculer les risques, les avantages et les résultats de certaines classes. Ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas devient une question de prédiction générée de manière algorithmique – et tous les risques associés ne relèvent plus de la responsabilité de l’université mais plutôt d’opportunités d’innovation dans la sphère privée.

Il va sans dire que ces sociétés spécialisées dans les matériels pédagogiques complémentaires engrangent des profits colossaux. Alors que l’impact de COVID-19 a initialement entraîné une légère baisse des ventes pour les divisions d’enseignement supérieur des éditeurs, l’évolution rapide de ces sociétés vers des supports en ligne intégrés leur a permis de rebondir facilement – Pearson, par exemple, a enregistré une croissance de 32% au troisième trimestre de 2020, et Cengage a enregistré une croissance de 40% d’une année sur l’autre des «revenus des compétences en ligne».

Alors que les écoles s’appuient de plus en plus sur les services de ces entreprises, acheter des manuels d’occasion ou utiliser des PDF gratuits n’est plus une option, car vous n’achetez plus seulement un manuel, vous achetez tout un “système d’apprentissage”. Et lorsque vos devoirs, quiz et tests (c’est-à-dire vos notes) sont tous liés à ce système, vous ont pour l’acheter, quel que soit le prix indiqué par l’entreprise.

Ce nouveau système a des conséquences financières massives pour les étudiants.

Prenons, par exemple, Manuel de soins infirmiers médico-chirurgicaux de Brunner & Suddarth (14e édition). Une toute nouvelle version du livre coûte 172 $ chez Wolters Kluwer. Une version d’occasion de la même édition coûte environ 40 $, et tout étudiant entreprenant peut trouver un PDF en ligne gratuitement.

Mais la “solution de cours numérique” du texte, proposée par l’éditeur Wolters Kluwer Lippincott Williams & Wilkins, coûte 238 $ (je devrais le savoir, je devais l’acheter). Si un étudiant suit cinq cours, cela représente plus de 1 000 $ pour un seul semestre. Et avec une évolution obligatoire vers des matériaux en ligne externalisés, ces 1 000 $ ne sont pas négociables. Et le botteur ? Le lien pour accéder à ces documents, y compris le manuel que vous payez apparemment, “expire” dans quelques mois, vous ne pouvez donc même pas garder le livre – ou le vendre afin qu’il puisse être utile à un autre étudiant .

Cette escroquerie amène des étudiants de tout le pays à se demander, Pourquoi payons-nous les frais de scolarité, exactement ? Nous payons apparemment de l’argent pour aller à l’école et recevoir une éducation, mais cette éducation est maintenant sous-traitée à une société qui n’a rien à voir avec l’école elle-même. Et l’argent des frais de scolarité qui devrait être dépensé pour notre éducation ne va évidemment pas aux dépenses de ces matériels d’apprentissage en ligne, puisque nous devons également payer ceux de notre poche.

Payer de l’argent pour aller à l’université publique est déjà un scandale, mais payer Additionnel des milliers de dollars à une entreprise privée pour des « solutions de cours numériques » est une atrocité. L’école devrait être gratuite, et le matériel dont vous avez besoin pour y assister devrait l’être aussi.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire