Les membres du NTEU Fightback font pression pour une augmentation des salaires réels

0
49

Les universités du pays entament des négociations de négociation d’entreprise et il y a un débat sur ce que devrait être la revendication salariale du Syndicat national de l’enseignement supérieur.

NTEU Fightback, un groupe d’activistes de base dans lequel je suis actif, a publié une lettre ouverte en mars demandant d’augmenter la demande salariale du syndicat par rapport au chiffre alors forfaitaire de 12 % sur 3,5 ans (ce qui équivaut à une réduction du salaire réel ). Suite à des pressions, ce chiffre a été révisé par l’exécutif national du syndicat à 15 %. Il s’agirait tout de même d’une véritable baisse de salaire.

Le 10 juin, une réunion du comité de section à l’Université de Sydney a adopté la motion suivante, proposée par moi et appuyée par une autre membre du syndicat, Jennifer Huch-Hoogvliet :

«Cette réunion des membres du comité de branche de l’Université de Sydney recommande aux membres que notre revendication salariale pour l’accord de négociation d’entreprise 2021-2024 soit changée en IPC plus 2,5% par an, pour la durée de l’accord et que cela soit approuvé à la prochaine réunion des membres.

Cette motion est importante pour plusieurs raisons. Premièrement, aucun syndicat dans le pays n’a adopté une revendication salariale aussi ambitieuse. Lier la demande salariale à l’inflation garantirait que notre niveau de vie ne soit pas réduit. Si l’inflation grimpe à 7 % d’ici la fin de l’année, comme l’a prédit le chef de la Banque de réserve Philip Lowe, nous ferons campagne pour des hausses de salaires d’au moins 9,5 %, ce qui est bien en avance sur les autres chiffres suggérés ailleurs.

Deuxièmement, l’Université de Sydney est un “site leader”. Notre histoire de protestations et de grèves signifie que nous avons tendance à fixer la barre des salaires et des conditions dans l’enseignement supérieur. Troisièmement, nous avons déjà eu trois jours de grève. Viser une bonne augmentation de salaire signifie que les gens ont quelque chose à quoi aspirer et pour quoi faire grève. Cela change la dynamique de la campagne en ne se contentant pas de défendre les conditions existantes, mais en se battant pour au-delà. Ça élève le niveau.

Le coût de la vie monte en flèche. Les prix de l’essence sont à des niveaux record depuis février. Les produits de base sont en hausse de 6,6 %. La coût des légumes a augmenté de 12,7 % au cours de la dernière année. Quelques les bases du garde-manger comme les pâtes sèches ont augmenté de 30 %.

Nous sommes prévenus de la montée en flèche des factures de gaz et d’électricité. La combinaison de la guerre, des inondations et de la pandémie continuera de faire grimper les prix cette année.

Le fardeau de la hausse des coûts n’est pas réparti uniformément, mais est surtout ressenti par les travailleurs, qui dépensent un pourcentage plus élevé de nos revenus pour des biens essentiels comme le loyer et la nourriture.

Pendant ce temps, les universités ont largement profité de la pandémie en imposant des suppressions d’emplois et en augmentant la charge de travail. Le rapport annuel de l’Université de Sydney vient de révéler un surplus de 1,05 milliard de dollars.

Notre camp doit riposter.

Depuis l’adoption de la motion, deux autres branches ont adopté des motions similaires, l’Université nationale australienne et le RMIT.

Le syndicalisme devrait viser à obtenir des augmentations de salaire pour les travailleurs, et non à proposer des réductions de salaire. Nous devrions faire la grève pour obtenir des améliorations de notre niveau de vie, et non vendre des conditions durement acquises en échange d’augmentations salariales dérisoires.

Alma Torlakovic est membre du comité de la branche du syndicat national de l’enseignement supérieur de l’Université de Sydney.

Source: https://redflag.org.au/article/nteu-fightback-members-push-real-wage-rise

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire