Les milliardaires investissent dans l’anti-âge. Cool, mais qui investira dans les antibiotiques ?

0
122

En janvier 2022, la start-up biotechnologique Altos Labs sortait du mode furtif et affirmait publiquement son existence. Altos a levé 3 milliards de dollars en capital d’amorçage, ce qui est considéré comme le montant le plus élevé qu’une société de biotechnologie ait jamais levé en un seul tour. L’objectif de la société est la « thérapie de rajeunissement cellulaire », ou l’inversion du processus de vieillissement. Avec un conseil d’administration étoilé rempli de lauréats du prix Nobel et des investissements rapportés de Jeff Bezos et Yuri Milner, il est évident que les milliardaires misent gros sur la science pour traiter le vieillissement.

Il n’y a rien de mal en soi à étudier l’anti-âge – en fait, cela représente une trajectoire de recherche fascinante et potentiellement enrichissante. Mais Altos Labs est emblématique d’un désalignement plus troublant du financement de la recherche et du développement avec le bien public. Plutôt que le public décide comment et dans quel but le développement pharmaceutique doit être financé, nous nous retrouvons de plus en plus à la merci des milliardaires, qui ont les moyens d’acheter leurs propres programmes de recherche.

Les entreprises de biotechnologie soutenues par des milliardaires et dotées de fonds colossaux sont capables de mener des recherches innovantes sans être rentables. Grâce à la consolidation massive de la richesse sous le capitalisme, des entreprises comme Altos Labs sont protégées des forces du marché qui ont un impact si dur sur le développement pharmaceutique et l’innovation dans d’autres domaines de la recherche. Si nous voulons être en mesure de faire du développement pharmaceutique qui profite au public, nous devons de la même manière isoler les entreprises qui poursuivent des recherches qui intéressent les personnes qui ne sont pas ultra-riche.

L’innovation antibiotique est un domaine de recherche qui a considérablement souffert en raison des défaillances du marché – et que les milliardaires semblent trouver beaucoup moins convaincant que l’anti-âge.

Le développement de la résistance aux antibiotiques est une menace critique à laquelle nous ne sommes absolument pas préparés. Une étude récente dans le Lancette rapporte que plus de 1,2 million de personnes sont décédées en 2019 d’infections résistantes aux antibiotiques. Un autre rapport des Nations Unies prévoit que d’ici 2050, 10 millions de décès par an seront causés par des infections bactériennes résistantes aux médicaments, et que d’ici 2030, la résistance aux antibiotiques pourrait plonger jusqu’à 24 millions de personnes dans la pauvreté. Face à cette crise, nous avons désespérément besoin de développer de nouveaux antibiotiques, en plus de financer des campagnes de santé publique pour permettre une utilisation plus responsable des antibiotiques existants.

Cependant, la R&D pour de nouveaux antibiotiques a été largement abandonnée par les firmes pharmaceutiques. En raison de la réglementation stricte de l’utilisation des antibiotiques et du potentiel de développement d’une résistance (qui rendrait des médicaments spécifiques obsolètes pour un grand nombre d’infections), le développement d’antibiotiques n’est pas une industrie rentable. En fait, les sociétés d’antibiotiques ont subi une perte nette de 100 millions de dollars de 2014 à 2016, un chiffre qui effrayerait tout grand capital-risqueur cherchant à investir. En 2019, deux sociétés développant des candidats antibiotiques, Achaogen et Melinta Therapeutics, ont déposé le bilan. Ces sociétés avaient en fait mis sur le marché des candidats-médicaments et avaient reçu l’approbation de la FDA ; pour Achaogen, le développement de leur candidat-médicament a pris quinze ans et 1 milliard de dollars. En raison de ce niveau de risque élevé et de ce manque de rentabilité, 95 % des recherches sur les nouveaux antibiotiques sont menées par de petites sociétés de biotechnologie.

Nous ne pouvons pas compter sur des milliardaires bienveillants pour investir dans la R&D d’antibiotiques à notre place. Le sujet ne les intéresse tout simplement pas comme le fait l’anti-âge. Parce qu’une grande partie du fardeau de la résistance aux antibiotiques incombe aux pays du Sud, et même dans les pays riches, les riches peuvent trouver des moyens de se protéger de la menace, les milliardaires peuvent raisonnablement supposer qu’ils seront personnellement en sécurité, même à une époque de diffusion résistance aux antibiotiques.

Si nous voulons faire face à cette crise sanitaire émergente, nous devons nationaliser la R&D sur les antibiotiques et attirer les meilleurs talents scientifiques pour se concentrer sur le problème. Comme l’écrit Mariana Mazzucato, « la nationalisation ne consiste pas seulement à réparer une défaillance du marché privé ; il s’agit de libérer un État entrepreneurial qui s’est révélé doué pour développer des innovations transformatrices. Cet « État entrepreneurial » sera en mesure de démocratiser les décisions de financement de la recherche pour s’aligner sur le bien public.

Surtout, un appareil étatique de R&D antibiotique géré démocratiquement qui ne tient pas compte de la nécessité de profits à court terme peut également assurer une distribution équitable des produits. Les superbactéries ne se soucient pas des frontières, et le simple fait de fournir des incitations commerciales et des subventions au secteur privé sans mécanisme de contrôle collectif de la prise de décision se traduira par une incapacité à lutter de manière appropriée contre la résistance aux antibiotiques dans le monde.

Les appels à nationaliser la production et l’innovation d’antibiotiques doivent être entendus immédiatement. La loi bipartisane PASTEUR présentée au Sénat est un bon début, car elle permettrait au gouvernement fédéral de payer chaque année aux développeurs de médicaments des montants convenus contractuellement, le montant du paiement et la durée du contrat étant déterminés par la valeur du médicament. Nous devons faire pression sur les représentants pour qu’ils adoptent cette législation et veiller à ce que l’État joue un plus grand rôle dans l’élaboration de la prise de décision administrative en matière de R&D antibiotique et au-delà.

Des investissements de plusieurs milliards de dollars pour prolonger la durée de vie humaine sont bons, mais nous avons besoin de ces types d’investissements pour tout le monde, pas seulement pour les quelques riches. L’espérance de vie entre les pauvres et les riches en Amérique est déjà très différente, et la science peut aider à combler cet écart. Mais si elle est dictée par des sociétés avides de profit et des milliardaires autonomes, la science ne sera pas à la hauteur de ce potentiel.

En d’autres termes, si nous ne poursuivons pas une intervention robuste de l’État, nous nous retrouverons dans un monde dystopique infecté par des superbactéries très dangereuses et des capitalistes très riches.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire