L’UE se dit prête pour l’arme énergétique russe

0
335

L’Union européenne a déclaré le 16 février que le bloc était prêt au cas où les dirigeants russes décideraient de militariser la question énergétique.

Dans un discours au Parlement européen sur les relations UE-Russie, la sécurité européenne et la menace militaire russe contre l’Ukraine, le président de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré aux législateurs qu’à une époque de forte demande, le monopole gazier russe Gazprom restreignait ses approvisionnements en gaz vers l’Europe. « Un plus bas de dix ans en stockage, pas de vente sur le marché spot. Ce comportement a déjà porté atteinte à la crédibilité de la Russie en tant que fournisseur d’énergie fiable », a déclaré von der Leyen.

La Commission a déclaré qu’elle était actuellement en pourparlers avec plusieurs pays qui sont prêts à accroître leurs exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’UE. Cela s’est traduit en janvier par des livraisons record de gaz GNL – plus de 120 navires et 10 milliards de mètres cubes de GNL. « En plus, depuis l’annexion de la Crimée, nous avons augmenté le nombre de terminaux GNL. Nous avons renforcé notre réseau paneuropéen de gazoducs et d’interconnexions électriques. Et la bonne nouvelle est que ces investissements dans les infrastructures seront à l’avenir l’épine dorsale de l’approvisionnement en hydrogène vert. Au cours des dernières semaines, nous avons examiné tous les scénarios de perturbation possibles au cas où la Russie déciderait de perturber partiellement ou complètement l’approvisionnement en gaz de l’UE », a déclaré von der Leyen.

“Et je peux dire que nos modèles montrent que nous sommes désormais plutôt sur le coffre-fort en cet hiver. En plus de cela, nous avons également développé avec les États membres un nouvel ensemble de mesures d’urgence, que nous pourrions déclencher en cas de perturbations complètes. Mais l’une des leçons que nous pouvons déjà tirer de cette crise, c’est qu’il faut diversifier nos sources d’énergie, sortir de la dépendance au gaz russe, et investir massivement dans les énergies renouvelables. Ils sont propres et bons pour la planète, et ils sont locaux et bons pour notre indépendance », a-t-elle ajouté.

Gazprom a déclaré le 16 février que le géant gazier russe avait produit 70,1 milliards de mètres cubes de gaz entre le 1er janvier et le 15 février, ce qui est le meilleur résultat des trois dernières années.

Le niveau des approvisionnements intérieurs du réseau de transport de gaz est proportionnel à celui de l’année record de 2021, a déclaré Gazprom dans un communiqué de presse, citant des données préliminaires.

Cependant, les exportations de gaz de Gazprom vers les pays au-delà de l’ex-Union soviétique (FSU) se sont élevées à 17,9 milliards de mètres cubes, soit 35,5 % ou 9,8 milliards de mètres cubes de moins que le chiffre pour la même période de 2021, a indiqué le monopole gazier russe.

Dans le même temps, Gazprom a augmenté ses livraisons à des pays comme la Turquie de 2,7 %, la Bulgarie de 24,2 % et la Bosnie-Herzégovine de 13,9 %.

“La société continue de livrer le gaz demandé par les consommateurs en pleine conformité avec les obligations contractuelles”, a déclaré Gazprom.

Le géant gazier russe a été accusé de retenir une production supplémentaire qui pourrait être libérée pour faire baisser la flambée des prix.

En janvier, le vice-président exécutif de la Commission européenne pour la concurrence Margrethe Vestager a déclaré que l’UE examinait actuellement toutes les allégations d’éventuels comportements anticoncurrentiels de sociétés produisant et fournissant du gaz naturel à l’Europe, y compris Gazprom, en vue de vérifier si la situation actuelle sur les marchés de gros du gaz en Europe peut être attribuée à un comportement commercial par les acteurs du marché. «Nous examinons cela en priorité car il est stimulant qu’une entreprise, compte tenu de l’augmentation de la demande, limite l’offre. C’est un comportement assez rare sur le marché », a déclaré Vestager.

Pendant ce temps, Gazprom a déclaré le 16 février que les exportations vers la Chine via le gazoduc Power of Siberia continuent de croître dans le cadre du contrat bilatéral à long terme entre Gazprom et China National Petroleum Corporation (CNPC). “Le 14 février a marqué un nouveau record d’approvisionnement quotidien”, a déclaré Gazprom.

La société russe a déclaré, selon Gas Infrastructure Europe, que les stocks de gaz en service dans les installations de stockage souterrain de gaz en Europe étaient en retard de 22,3 % sur le niveau de l’an dernier ou de 9,2 milliards de mètres cubes au 14 février. Pas moins de 93,4 % du gaz injecté pendant la période estivale est déjà retirée, ce qui signifie qu’il en reste moins de 7 %. Le montant total des stocks de gaz de travail dans les installations européennes UGS n’était que de 32 milliards de mètres cubes le 14 février, tombant de 1,3 milliard de mètres cubes en dessous du minimum historique à cette date, a déclaré Gazprom.

La société russe a averti que le retrait de gaz des installations européennes UGS se poursuit généralement jusqu’à fin mars à mi-avril.

Gazprom a déclaré que les stocks dans les installations UGS ukrainiennes ont chuté à 10,7 milliards de mètres cubes et sont désormais 45,7% ou 8,9 milliards de mètres cubes en dessous du niveau de l’année dernière et 4,6 milliards de mètres cubes en dessous du niveau observé au début de la période d’injection en avril 2021. .

La Russie a construit le controversé gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne en contournant l’Ukraine. Moscou espère que la crise du gaz et les flambées de prix observées en Europe cette année, ainsi que l’inévitabilité des prix élevés cet hiver, garantiront que Nord Stream 2 sera approuvé par l’Allemagne et l’UE et deviendra opérationnel en 2022.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Olaf Scholz à Moscou le 15 février, le président russe Vladimir Poutine a fait valoir que Nord Stream 2 est un projet « purement commercial » qui renforcera la sécurité énergétique de l’Europe. “Il s’agit de l’un des plus grands projets d’infrastructure d’Europe, visant à renforcer de manière significative la sécurité énergétique sur le continent”, a déclaré Poutine, cité par Reuters. “J’ai dit plus d’une fois que ce projet est purement commercial, et qu’il n’y a pas de politique, ni de teinte politique, ici”, a ajouté le chef du Kremlin.

Poutine a une fois de plus déclaré que le gaz russe est beaucoup moins cher dans le cadre d’accords à long terme avec Gazprom que sur le marché au comptant.

suivre sur twitter @energyinsider



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire