Les ONG israéliennes exhortent l’ONU à enquêter sur le meurtre du journaliste Abu Akleh | Conflit israélo-palestinien

0
367

Un groupe d’organisations israéliennes de défense des droits de l’homme, d’universitaires et de membres de la société civile ont officiellement demandé à deux rapporteurs spéciaux des Nations Unies d’enquêter sur le meurtre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh.

Abu Akleh, un journaliste chevronné d’Al Jazeera, a été tué le 11 mai par les forces israéliennes lors d’un raid militaire dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie occupée. Abu Akleh, 51 ans, portait un gilet marqué « PRESS » et un casque lorsqu’une balle lui a transpercé la tête par l’arrière.

La lettre, signée par les groupes de défense des droits ‘Looking the Occupation in the Eye’, ‘Mothers Against Violence’ et ‘Machsom Watch’, entre autres, a été adressée au Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions sommaires extrajudiciaires ou arbitraires Morris Tidball-Binz et le rapporteur spécial des Nations unies sur les territoires palestiniens occupés, Francesca Albanese.

La missive cite une multitude de cas dans lesquels des journalistes palestiniens ont été blessés par balle ou blessés avec peu ou pas de comptes à rendre. Au moins 45 journalistes ont été tués par les forces israéliennes depuis 2000, selon le ministère palestinien de l’Information. Aucun soldat israélien n’a été tenu pour responsable du meurtre d’un membre des médias.

“Puisque l’État d’Israël bénéficie d’une immunité à 100 % et de zéro responsabilité de la part de la communauté internationale, l’expérience passée prouve que l’État d’Israël n’ouvrira même pas d’enquête de peur de nuire à ses relations publiques”, indique la lettre.

« Selon notre compréhension, Israël considère le contrecoup qu’il a reçu après la mort d’Abu Akleh comme un épisode passager de critiques qui sera bientôt englouti dans une variété d’incidents et de crises à travers le monde, comme la guerre en Ukraine », dit-il.

L’un des rapporteurs spéciaux de l’ONU auxquels s’adressait la lettre s’en est félicité.

« Nous réfléchissons actuellement au plan d’action le plus efficace. L’appel des universitaires et militants israéliens est important. C’est un rappel que la question israélo-palestinienne ne peut pas et ne doit pas être traitée comme “un conflit insoluble” entre deux personnes, fait d’une rivalité irréconciliable et d’un sentiment d’identité inattaquable”, a déclaré Albanese à Al Jazeera, interrogé sur la lettre.

« Les Israéliens de principe, et pas seulement les ONG qui sont déjà engagées aux côtés des Palestiniens dans la poursuite de la justice et de la responsabilité, s’opposent à l’occupation et à l’oppression connexe des Palestiniens et exigent qu’il y soit mis fin. C’est l’alliance la plus solide pour ouvrir la voie à la paix à laquelle je puisse penser », a-t-elle ajouté.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle n’ouvrirait pas d’enquête criminelle sur la mort par balle d’Abu Akleh.

Israël avait d’abord nié que ses forces aient tiré sur Abu Akleh, suggérant que son assassinat aurait pu être aux mains de combattants palestiniens. L’armée israélienne a ensuite fait marche arrière et a déclaré qu’elle ne pouvait pas enquêter sur l’affaire sans la balle fragmentée extraite de la tête d’Abu Akleh. La balle reste entre les mains des autorités palestiniennes.

L’Autorité palestinienne (AP), ainsi que de nombreux groupes de défense des droits internationaux et locaux, pensent qu’Israël ne mènera pas une enquête juste et équitable sur le meurtre d’Abu Akleh.

« Déviation » israélienne

Yonatan Gher, directeur exécutif de Combatants for Peace, qui a signé la lettre avec d’autres organisations et militants, a déclaré : « Il est clair qu’Israël continuera d’attaquer toute enquête indépendante, telle que l’enquête de CNN, comme biaisée et antisémite, pour détourner le fait que, quelle que soit l’identité du tireur, ce qui a tué Shireen Abu Akleh, et ce qui tue tant de journalistes, et de Palestiniens et d’Israéliens en général, c’est l’occupation.

L’avocat israélien des droits de l’homme Eitay Mack, qui représente les signataires, a déclaré qu’il était important que les citoyens et les organisations israéliens signent la lettre.

« C’est une lettre de soutien aux experts de l’ONU pour qu’ils fassent leur travail. Israël ne devrait pas bénéficier d’une impunité à 100 %. Il doit y avoir des comptes à rendre et les experts de l’ONU ne doivent pas avoir peur d’enquêter sur les violations des droits de l’homme, peu importe où et par quel pays elles sont commises », a déclaré Mack, qui est lui-même signataire de la lettre.

Un expert juridique palestinien a salué cette décision, affirmant qu’elle exercerait une certaine pression sur Israël et « exposerait » ses violations des droits de l’homme à la communauté internationale. Mais Diana Buttu, avocate et ancienne conseillère de l’équipe palestinienne des négociations de paix, a déclaré que des mesures plus substantielles devraient être prises pour garantir la responsabilité.

“Une enquête de l’ONU alimentera l’affaire plus importante devant la CPI [International Criminal Court]et c’est bien, mais la plus grande question est de savoir si quelque chose en sortira », a déclaré Buttu à Al Jazeera.

« La sonde ne suffit pas. Le plus gros problème est qu’il doit y avoir un niveau de responsabilité, ce qui signifie qu’Israël doit se voir imposer une sorte de punition, pas seulement le soldat, mais aussi le pays lui-même », a déclaré Buttu.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/1/israeli-right-groups-urge-un-to-probe-shireen-abu-aklehs-killing

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire