Les opérations d’entraînement militaire à l’étranger du Canada sont des jeux de pouvoir sans scrupules

0
41

La formation militaire américaine a longtemps été controversée. La pièce A de cette controverse est l’École des Amériques de l’armée américaine, le tristement célèbre site d’entraînement à la “contre-insurrection”, chargé d’enseigner au personnel militaire latino-américain les arts de la torture et les techniques de guerre sale dans les années 1980. Après des années de protestation contre sa formation d’escadrons de la mort et de tyrans, l’école a changé son nom en Institut de l’hémisphère occidental pour la coopération en matière de sécurité dans le but d’échapper à l’hostilité publique. Il est largement compris parmi les militants pacifistes et anti-impérialistes que l’entraînement militaire est une partie importante de la projection de la puissance mondiale des États-Unis.

Au Canada, cependant, on parle peu des politiques qui façonnent l’entraînement militaire international. La guerre en Ukraine pourrait changer cela, en particulier la participation du Canada à l’opération Unifier – un lien qui relie directement les contribuables canadiens à la violence dans la région du Donbass.

CTV, le Morsela Presse canadienne, Le Journal de Montréal, et Radio Canada ont tous publié des reportages récents sur l’opération Unifier. Une page d’accueil récente le journal Wall Street article, intitulé « NATO Training Retooled Ukrainian Army », portait sur le rôle central joué par les formateurs militaires canadiens. Cette surveillance accrue des médias devrait être le fer de lance d’un plus grand engagement du public sur la question. Le Canada se présente comme un avatar du maintien de la paix et de la médiation. L’aventurisme militaire canadien – déguisé en aide à la formation obligeante – nécessite une surveillance et une responsabilité démocratique.

Entre avril 2015 et l’invasion illégale de la Russie le 24 février de cette année, 200 soldats canadiens – en rotation tous les six mois – ont formé 33 346 soldats ukrainiens dans le cadre de l’opération Unifier. Les contribuables canadiens ont dépensé 890 millions de dollars pour une mission de formation qui a commencé après l’effondrement de l’armée ukrainienne en grande partie au milieu de la violence déclenchée par l’éviction du président élu Viktor Ianoukovitch en 2014. Ottawa a soutenu la manifestation de trois mois contre Ianoukovitch — qui s’opposait à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN — un président qui a remporté les élections que l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a qualifié de “démonstration impressionnante de démocratie”. Pendant le soulèvement, Ottawa a adopté de nouvelles sanctions contre le comté, le ministre des Affaires étrangères John Baird a assisté à un rassemblement antigouvernemental à Kiev et les militants ont trouvé refuge à l’ambassade du Canada pendant une semaine.

Aux côtés des troupes américaines et britanniques, des soldats canadiens ont travaillé avec des soldats ukrainiens sur les tactiques, les structures de commandement, l’élimination des engins explosifs et l’entraînement des tireurs d’élite. En 2019, le successeur de Ianoukovitch, l’ancien président ukrainien Petro Porochenko, a surnommé l’ancien ministre canadien de la Défense Jason Kenney “le parrain de l’armée ukrainienne moderne » pour son rôle dans l’instigation de l’opération Unifier.

L’ancien commandant Unifier Jeffrey Toope a récemment expliqué la mission de Le Journal de Montréal, déclarant que «l’objectif était la modernisation de leurs forces dans le but de devenir un jour membre de l’OTAN». Fin janvier de cette année, La Presse ont rapporté que « l’entraînement canadien permet aux forces ukrainiennes de s’entraîner et d’effectuer des manœuvres conjointes avec l’OTAN ». L’histoire citait le lieutenant-colonel Luc-Frédéric Gilbert disant : « Nous travaillons pour les amener dans un contexte où ils seraient interopérables avec les forces de l’OTAN. C’est ce que nous visons : changer une armée qui était basée sur un modèle soviétique pour la transformer au modèle de l’OTAN.

Dans le cadre d’Unifier, les Canadiens ont formé des néonazis. Radio Canada a récemment documenté des Canadiens entraînant des membres du régiment Azov en novembre 2020 et août 2021. CTV a détaillé d’autres exemples d’entraînement du régiment Avoz. En novembre, Citoyen d’Ottawa Le journaliste militaire David Pugliese a révélé qu’en juin 2018, lorsque des responsables militaires canadiens ont rencontré des chefs du bataillon Azov, ils savaient que le groupe utilisait le symbole nazi «Wolfsangel». Les responsables canadiens savaient également que les membres d’Avoz avaient fait l’éloge des responsables qui avaient aidé à massacrer les Juifs et les Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Un an avant la réunion », a rapporté Pugliese, « la Force opérationnelle interarmées du Canada en Ukraine a produit un briefing sur le bataillon Azov, reconnaissant ses liens avec l’idéologie nazie. Parce que les représentants d’Azov se vantaient de recevoir le soutien canadien, les responsables militaires canadiens s’inquiétaient de leur capacité à gérer toute éventuelle retombée de relations publiques.

Unifier a renforcé les forces ukrainiennes combattant à l’est et a permis à Kiev d’éviter ses engagements dans le cadre de l’accord de paix de Minsk II. Lorsque Unifier a été lancé, l’ambassade de Russie à Ottawa a publié une déclaration suggérant que la mission de formation compromettrait la mise en œuvre de Minsk II.

Avant l’invasion brutale de la Russie, les Canadiens ont aidé les forces ukrainiennes à combattre dans un conflit qui a fait quatorze mille morts dans le Donbass. En 2019, le lieutenant-colonel canadien Frédérick Côté a déclaré à une chaîne de télévision ukrainienne que le conflit dans le Donbass faisait partie de la formation. “Quoi [soldiers returning from Donbass] dites-nous est précieux, car cela nous permet de rendre la formation plus pertinente », a déclaré Côté.

Afin de minimiser l’implication directe dans les combats, les entraîneurs canadiens ont d’abord été limités à la moitié ouest de l’Ukraine. Lorsque les libéraux ont prolongé la mission en 2017, ils ont assoupli les restrictions qui obligeaient les Canadiens à rester à l’écart de l’Est. (La première ministre du G7 à se rendre sur la ligne de contact entre les factions belligérantes a été la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau.) Des formateurs militaires canadiens ont renforcé les forces de sécurité ukrainiennes qui ont entravé la mise en œuvre d’un accord de paix approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

La mission de formation en Ukraine est peut-être la mission la plus importante et la plus sensible sur le plan politique jamais menée par le Canada. Comme toutes les missions d’entraînement canadiennes, elle est guidée par des calculs stratégiques et géopolitiques. Le programme de formation et de coopération militaire (MTCP) indique que sa formation

sert à exercer une influence dans des domaines d’intérêt stratégique pour le Canada. . . . Les représentants diplomatiques et militaires canadiens trouvent qu’il est beaucoup plus facile d’avoir accès et d’exercer une influence dans les pays qui comptent un noyau de chefs militaires professionnels formés au Canada.

Plus d’un millier de personnes provenant de dizaines de pays du Sud s’entraînent au Canada chaque année dans le cadre du PCMT. Les Forces canadiennes entraînent également les militaires d’autres pays par le biais de nombreux forums. Au milieu des années 1960, lorsqu’Ottawa a lancé des missions de formation après l’indépendance en Afrique, une note aux ministres du Cabinet décrivait la valeur politique de la formation d’officiers militaires étrangers. Il a déclaré que :

Les chefs militaires de nombreux pays en développement, s’ils ne forment pas réellement le gouvernement, exercent souvent beaucoup plus de pouvoir et d’influence au niveau national que ce n’est le cas dans la majorité des nations occidentales. . . [it] semblerait dans l’intérêt général du Canada, pour de larges motifs de politique étrangère, de garder ouverte la possibilité d’exercer une influence constructive sur les hommes qui formeront souvent l’élite politique des pays en développement, en continuant d’offrir des places de formation aux officiers dans nos institutions militaires où ils reçoivent non seulement une formation militaire technique, mais sont également exposés aux valeurs et aux attitudes canadiennes.

Depuis 2007, les troupes canadiennes entraînent une force de sécurité palestinienne qui sert d’arme à l’occupation israélienne. Faisant partie du bureau du coordonnateur de la sécurité des États-Unis à Jérusalem, l’aide du Canada en matière de sécurité à l’Autorité palestinienne est conçue pour protéger l’organisme corrompu et docile contre les réactions populaires.

Au cours des dernières années, des centaines de soldats canadiens ont dirigé des missions d’entraînement de l’OTAN en Irak conçues pour affaiblir l’influence des Forces de mobilisation populaire alignées sur l’Iran. Après l’invasion de 2003, les troupes canadiennes ont entraîné l’armée irakienne dirigée par les États-Unis. Des militaires canadiens de haut niveau se sont joints à la mission de formation de l’OTAN en Irak pour « former les formateurs » de l’armée irakienne. Un colonel canadien, sous le commandement de l’OTAN, était chef d’état-major de la mission d’entraînement basée à Bagdad. La contribution initiale d’Ottawa de 810 000 $ était le don le plus important à ce centre de formation.

L’entraînement canadien en Afghanistan a directement permis l’effort de guerre américain. Un 2012 Citoyen d’Ottawa Le titre expliquait que « la mission d’entraînement canadienne visait à libérer des soldats américains pour le combat en Afghanistan ». Selon des notes d’information préparées pour la visite du gouverneur général David Johnston en décembre 2011 en Afghanistan, neuf cent cinquante soldats canadiens ont été déployés à Kaboul et dans d’autres villes afghanes pour « libérer les forces américaines afin qu’elles puissent [more aggressive] rôle de combat ».

Il existe de nombreux autres exemples de formations hautement politisées. Après que l’armée hondurienne a renversé le président élu du pays en 2009, un petit nombre de soldats du pays d’Amérique centrale ont continué à s’entraîner au Canada.

Au cours de sa guerre de la fin des années 1990 avec les guérilleros anti-monarchistes, l’Armée royale népalaise (ARN) a été formée aux techniques de contre-insurrection par la Force opérationnelle interarmées 2 du Canada. Les commandos secrets du Canada, David Pugliese écrit que « l’ARN voulait que des conseillers militaires canadiens supervisent ses plans antiterroristes et suggèrent la meilleure façon de combattre la guérilla communiste ». Finalement, les forces maoïstes du Népal ont réussi à dissoudre la monarchie bicentenaire du Népal et ont remporté le plus de sièges dans la première Assemblée constituante du pays en tant que Parti communiste du Népal (maoïste).

En 1966, l’armée ghanéenne formée au Canada a renversé Kwame Nkrumah, l’un des principaux présidents panafricanistes. Après le renvoi de Nkrumah, le haut-commissaire du Canada CE McGaughey s’est vanté de l’efficacité du programme de formation des officiers subalternes du Canada. Les Forces armées canadiennes ont organisé et supervisé un cours d’officiers d’état-major subalternes et ont occupé plusieurs postes de direction au sein du ministère ghanéen de la Défense. Selon une note de service de l’attaché militaire canadien au Ghana, le colonel Desmond Deane-Freeman, les soldats canadiens occupant des postes de direction ont transmis « notre façon de penser » à leurs homologues ghanéens. Célébrant cette influence, McGaughey a écrit au sous-secrétaire aux Affaires extérieures pour se réjouir des changements que le Canada avait apportés aux forces armées ghanéennes : « Elles sont toujours équipées d’armes occidentales et, bien qu’essentiellement apolitiques, elles sont orientées vers l’Occident. »

Dans sa correspondance avec le sous-secrétaire aux Affaires extérieures, McGaughey a ajouté que « tous les principaux participants au coup d’État étaient des diplômés » du programme de formation des officiers subalternes du Canada. À propos du coup d’État lui-même, McGaughey a affirmé que “tous ici saluent cette évolution, à l’exception des fonctionnaires du parti et des missions diplomatiques communistes”.

Du Ghana à la Palestine, les missions d’entraînement militaire ont joué un rôle important dans les efforts du Canada pour exercer une influence internationale. Le rôle que le pays a joué dans les coulisses de multiples conflits à travers le monde dément sa façade de nation de maintien de la paix de réconciliation et de médiation de bon sens. Les liens des formateurs militaires canadiens avec les horreurs en Ukraine devraient susciter un débat public bien nécessaire sur le sujet.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire