Les Pandora Papers : Dévoiler le système financier clandestin de l’Iran

0
43

Alors que la communauté internationale continue de coordonner une réponse à la récente invasion russe de l’Ukraine, les débats de longue date entourant l’efficacité et le respect des sanctions ont été replongés sous les projecteurs du public.

Il n’y a pas de meilleur exemple que l’Iran pour résumer la réalité complexe et dichotomique des régimes de sanctions internationales. Longtemps terni pour son soutien au terrorisme régional et son patronage de gouvernements répressifs à travers le monde, le régime iranien sous l’ayatollah Ali Khamenei a le douteux honneur d’être l’un des régimes les plus sanctionnés de la planète.

Les partisans des mesures contre l’Iran soutiennent que les sanctions ont été essentielles à la fois pour amener l’Iran à la table des négociations sur son programme d’armes nucléaires et pour réduire le soutien de l’Iran au terrorisme régional et aux milices par procuration. Les critiques affirment que les sanctions ont dévasté les perspectives économiques des Iraniens ordinaires, sapé l’État de droit et créé une atmosphère dans laquelle l’appareil militaire et de sécurité iranien peut plus librement commettre des violations des droits de l’homme.

Sur une chose, cependant, les deux parties peuvent être d’accord : le régime iranien a été extrêmement habile à trouver des moyens d’échapper aux sanctions et de maintenir son emprise sur le pouvoir. De l’importation au marché noir de marchandises sanctionnées à l’utilisation de sociétés écrans et de transactions par procuration pour déplacer des fonds à l’échelle internationale, le régime iranien a passé des décennies à développer un système financier clandestin complexe qui cherche à éviter les restrictions et les restrictions du droit international.

Le fonctionnement complet de ce système est obscurci par un réseau vaste et complexe d’institutions et d’entreprises financières, dont certaines sont utilisées pour financer les activités illicites du régime — en grande partie par le commerce interdit, le blanchiment d’argent, le détournement de fonds et les entreprises criminelles — et d’autres qui sont utilisé pour obscurcir les transactions financières du régime. En conséquence, une quantité importante d’activités financières illicites se déroule en dehors de la compétence du système financier occidental.

Maintenant, une enquête récente de DoubleCheque a jeté un nouvel éclairage sur le fonctionnement interne des institutions financières ténébreuses et du système bancaire clandestin de l’Iran. Les récentes découvertes portent sur la complicité des Émirats arabes unis dans la facilitation des transactions financières provenant de banques iraniennes sanctionnées. La découverte a été faite après qu’une équipe de DoubleCheque a recoupé un paquet de correspondances bancaires d’institutions financières des Émirats arabes unis avec des correspondances bancaires appartenant à des sociétés écrans iraniennes présumées.

L’enquête a rapidement donné des résultats lorsque plusieurs transactions ont été retracées entre des sociétés fictives appartenant à la banque iranienne Shahr et des comptes de bénéficiaires dans plusieurs banques des Émirats arabes unis. En dissimulant le bénéficiaire ultime, la République islamique a pu contourner les restrictions à l’utilisation par l’Iran des réseaux bancaires internationaux, permettant aux importateurs et exportateurs iraniens de gérer les flux de trésorerie en devises, de dissimuler des fonds publics aux régulateurs bancaires internationaux et de transférer des fonds vers et depuis le pays via le système de messagerie mondial SWIFT.

Alors qu’une analyse fine des Pandora Papers est toujours en cours, DoubleCheque a déjà identifié plusieurs banques des Émirats arabes unis où le régime iranien a secrètement ouvert des comptes. Ces banques comprennent cinq comptes auprès de la Commercial Bank of Dubai, deux comptes auprès d’Al Masraf Bank, un compte auprès de la Banque Misr, un compte auprès de la Dubai Islamic Bank, quatre comptes auprès d’Emirates Islamic Bank, deux comptes auprès d’Emirates NBD, un compte auprès de RakBank, un compte auprès de Mashreq Bank, un compte auprès de Melli Dubai Bank, un compte auprès de Janata Bank Limited et un compte auprès d’Arab Bank.

Au total, 11 banques des Émirats arabes unis ont été impliquées dans l’opération, dont la plus grande banque des Émirats arabes unis, la Dubai Islamic Bank.

Début mars 2022, le Groupe d’action financière (GAFI) a placé les Émirats arabes unis sur la liste grise, une désignation réservée aux juridictions soumises à une surveillance directe de la lutte contre le blanchiment d’argent. On ne sait pas si le GAFI est au courant ou non des Pandora Papers et de l’étendue des financements iraniens transitant par les banques des Émirats arabes unis. Ce qui est clair, c’est que la désignation exercera une pression sur les Émirats arabes unis pour qu’ils renforcent la surveillance et l’application, ce qui pourrait conduire à un contrôle accru des transactions des sociétés écrans liées aux banques iraniennes.

L’Iran a prouvé à maintes reprises que pour chaque échappatoire aux sanctions fermée, plusieurs autres sont encore exploitées. Alors que le régime iranien continue de défier la volonté de la communauté internationale, les architectes du système financier clandestin de l’Iran continueront de trouver de nouveaux moyens de déplacer des fonds et de contourner les restrictions.

En fin de compte, la capacité du régime iranien à échapper aux sanctions dépend en grande partie de la volonté de la communauté internationale de les appliquer en premier lieu. Limiter la capacité du régime à dissimuler ses fonds illicites réside dans la capacité de la communauté internationale non seulement à surveiller et sanctionner efficacement le régime iranien, mais aussi à maintenir la vigilance et la pression sur les acteurs étatiques qui permettent les pratiques financières illicites du régime.

Sans action positive, les sanctions n’auront aucun effet réel sur le régime iranien. Cela nécessitera une coordination avec l’UE et les autres États, qui sont tous déterminés à maintenir des relations économiques avec Téhéran. Cependant, ces nouveaux papiers pandora pourraient soulever des questions sur la confiance du régime et ses motivations. Une chose est claire, le système financier doit être revisité et examiné ; sinon, les sanctions contre tout régime brutal n’auront aucun effet réel, et le monde libre perdra sa dissuasion économique contre de telles entités.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire