« Les pensées suicidaires frappent tous les jours » : le fléau de la sextorsion en Inde | Nouvelles des médias sociaux

0
173

Bikaner et Sidhi, Inde – Shyam, chauffeur de camion dans la ville de Prayagraj, dans le nord de l’Inde, n’avait pas eu de relations sexuelles avec sa femme enceinte depuis six mois lorsqu’il a vu une publicité sur l’application de messagerie Telegram promettant de réaliser ses fantasmes.

Shyam, 44 ans, a été impressionné par le ton formel de l’annonce et a suivi avec impatience un lien vers un site Web sur le thème rose, où il a été invité à payer des frais d’inscription de 4 000 roupies indiennes (48,28 $).

Shyam a effectué le paiement à sa banque locale et est rentré chez lui avec enthousiasme pour accéder au site Web, seulement pour se voir demander de payer 6 000 roupies supplémentaires (72,44 $) pour chaque session de cyber-sexe. Il a payé la somme et on lui a dit d’attendre un appel vidéo pendant les prochaines 24 heures.

Quelques heures plus tard, Shyam a reçu un appel vidéo d’un numéro inconnu. Enlevant sa chemise, Shyam s’est tenu devant la caméra de son téléphone et a répondu. Après quelques secondes, une jeune femme nue se touchant apparaît à l’écran. Puis l’appel a été écourté.

Alors que Shyam essayait de comprendre ce qui s’était passé, il a reçu un message WhatsApp du même numéro ainsi qu’un enregistrement de l’appel vidéo. Le message est venu avec une menace : déposez 15 000 roupies (181 $) sur ce compte bancaire dans les 24 heures, sinon cette vidéo deviendra virale.

Shyam a estimé qu’il lui faudrait 10 à 12 mois pour économiser ce montant avec son salaire mensuel de 20 000 roupies (241 $), ce qui est à peine suffisant pour subvenir aux besoins de sa famille de quatre personnes.

“Mes finances s’épuisaient déjà, j’ai donc dû utiliser l’argent que j’économisais pour les frais de scolarité de mon fils”, a déclaré Shyam à Al Jazeera, s’exprimant à la condition qu’il soit désigné par un pseudonyme.

“Mon soulagement a été de courte durée car le paiement a été suivi d’appels et de SMS me faisant chanter pour déposer 30 000 roupies (362,14 $), ce que j’ai finalement fait en empruntant à des amis.”

Shyam fait partie du nombre croissant de victimes de sextorsion en ligne en Inde.

Autrefois un phénomène associé aux personnalités publiques de Bollywood et de la politique, ces escroqueries sont devenues plus répandues dans toutes les couches de la société indienne parallèlement à l’essor omniprésent des smartphones et de l’Internet rapide.

Bien que les statistiques sur les escroqueries par sextorsion en ligne ne soient pas disponibles, 52 974 cybercrimes ont été signalés en Inde en 2021, selon le National Crime Records Bureau (NCRB), contre 44 735 cas en 2019.

Au total, 13 196 de ces cas ont été enregistrés en vertu de l’article 67 de la loi de 2000 sur les technologies de l’information, qui sanctionne la publication ou la distribution de matériel obscène sous forme électronique.

De nombreux experts pensent que la sextorsion en ligne est largement sous-déclarée en raison des contraintes de collecte de données et de la stigmatisation sociale de la dénonciation.

[Courtesy of Devendra Pratap Singh Shekhawat]

« Les cas de cette fraude ont connu un pic pendant les fermetures du COVID-19, car la plupart des gens étaient confinés à domicile et étaient exposés à Internet plus que jamais auparavant », a déclaré Rakshit Tandon, un expert en cybersécurité basé à Noida, à Al Jazeera.

“La pénétration d’Internet a également augmenté à mesure que les smartphones et Internet atteignent les groupes à faible revenu.”

L’Inde compte plus de 932 millions d’internautes, plus que tout autre pays à l’exception de la Chine, selon Statista. Statista estime que ce chiffre passera à plus de 1,5 milliard d’ici 2040.

Les personnes seules ou coincées dans des relations asexuées, les jeunes adultes désespérés de perdre leur virginité et les personnes âgées sans exutoire pour leurs désirs font partie des personnes vulnérables à la sextorsion. Les personnes ayant une faible littératie numérique sont considérées comme particulièrement à risque.

Les escrocs utilisent généralement de faux personnages pour cibler leurs victimes via les réseaux sociaux, les applications de rencontres, les spams et les publicités en ligne.

L’escroquerie commence souvent par une demande d’ami ou un message d’un faux profil d’une femme attirante. Les amis des cibles potentielles sont également souvent contactés pour être utilisés pour un éventuel chantage. Avant que les escrocs n’approchent leur cible, leur profil sur les réseaux sociaux peut être examiné pour prouver qu’ils apprécient un style de vie tape-à-l’œil.

Une autre méthode courante consiste à publier des liens vers des sites Web frauduleux et des comptes de médias sociaux sous des bobines et des vidéos populaires sur Instagram et Facebook, dans des groupes Telegram ou sur des sites Web et des forums populaires. Les sites Web frauduleux font souvent des efforts considérables pour paraître professionnels. Dans certains cas, une vidéo pornographique ou une travailleuse du sexe est utilisée pour inciter la personne à accomplir des actes sexuels.

“Le modèle du site Web contribue à la formation d’une impression authentique avec un ton formel considéré comme professionnel”, a déclaré Natwar, un cyber-fraudeur de 26 ans à Mewat, dans l’est du Rajasthan, à Al Jazeera, demandant à être identifié uniquement. par son prénom.

Pour les escrocs potentiels dans des régions sous-développées telles que Mewat, où le taux d’analphabétisme est supérieur à 30%, la création d’un site Web complet peut être difficile et prendre du temps.

Appeler une cible directement via WhatsApp ou l’engager sur les réseaux sociaux est souvent plus attrayant.

“Les chances de transformer chaque tentative en succès sont à peu près les mêmes dans toutes les techniques”, a déclaré Natwar, qui a été arrêté à plusieurs reprises pour cyber-fraude.

“Une fois que nous aurons réussi, nous nous assurerons de sauvegarder les photos nues et d’enregistrer à l’écran la vidéo, qui est vierge de notre côté et ne dure que six à 10 secondes, et coupera l’appel.”

Méwat
L’analphabétisme atteint 30% dans les régions sous-développées de l’Inde telles que Mewat [File: Anindito Mukherjee/Reuters

According to a study by Sophos, a cybersecurity firm in the United Kingdom, almost half a million US dollars in profits were generated by sextortion spam messages between September 1, 2019, and January 31, 2020, alone. India was identified as the source of 3.73 percent of the messages, more than any country apart from Vietnam, Brazil, Argentina and South Korea.

Some scammers have been known to impersonate the police to extract money from their victims.

Ajay, a plumber in Nagaur, Rajasthan who earns 10,000-15,000 Indian rupees ($120-181) per month, said a person identifying himself as a member of the Indian Police Service (IPS) threatened to prosecute him for paying for sex after he was blackmailed out of 60,000 rupees ($724.48) in a sextortion scam on Facebook.

“On the second day, I blocked the scammer’s number but after a few hours, I received a call from an unknown number identified as ‘Shyam IPS’ on Truecaller, a caller identification application,” Ajay told Al Jazeera, speaking on the condition he would not be identified by his real name.

Ajay said the person posing as a police officer told him to “negotiate” with the extortionist or face up to four years in prison for buying sexual services. Ajay blocked the number after consulting with a counsellor from a local non-governmental organisation (NGO).

The effect of sextortion on victims isn’t limited to their finances.

In a society where sex is shrouded in taboos, victims’ mental health can suffer, too.

Shyam, the truck driver in Prayagraj, said he has not had a peaceful night’s sleep since he was scammed early this month. Not only does he fear that his sextortion video will be circulated, he feels guilty for seeking sexual gratification outside his marriage during his wife’s pregnancy.

“Suicidal thoughts strike every day,” he said. “I even tried to end my life once but failed the minute the thought of my kid arose. My income wasn’t sufficient even for us and now with this debt and the mental torment, life is becoming hell. This is something that I can’t even share with anyone”.

‘Psychological game’

Mukesh Choudhary, a cybercrime consultant for the Jaipur Police, said scammers take advantage of victims’ exaggerated fears as well as their ignorance of India’s cyberlaws, which allow authorities to remove obscene material from the Internet.

“The fear of video dissemination is a psychological game because the videos are very rarely posted online because if they do, they could be punished under Section 67 of The Information Technology Act, 2000, which penalises publishing or distributing obscene material in electronic form. It could be deleted if they do,” Choudhary said.

“These aren’t the private videos of a famous person, nor do they have a YouTube channel with millions of subscribers for making them viral. Using stigma, fear, and misinformation, they play with the victim’s mind.”

Fearing stigma, many victims prefer to seek help from NGOs instead of the police as it allows them to communicate over the phone and keep their identity private.

“Most victims come to us with a fabricated story and say they don’t want to go to the police because they don’t want to be defamed,” Milind Agarwal, president of India’s first cybercrime NGO, Cyber Crime Awareness Society, told Al Jazeera.

“First, we convince them the footage won’t be posted online. Second, we ask that they block them for the next two to three days and don’t answer unknown calls or messages. They must report any contact with outsiders. They’ll follow up for two to three days and then stop. “This strategy has worked in every case.”

Charges are brought in only about one-third of reported cybercrime cases, according to NCRB data. Some experts believe police apathy and a lack of properly-trained and forensic resources are key factors in the low prosecution rate.

“If you are an ordinary man, police won’t register your complaint if it is merely a threat and until the video has been posted online,” Agarwal said.

“The approach appears to be the inverse for influential figures.”

While cybercrime is rapidly evolving due to advances in technology, the related law is nearly 20 years old and has only been amended once.

Cyber crime
India’s cybercrime law has only been amended once since its passage nearly 20 years ago [File: Kacper Pempel/Reuters]

« En raison des améliorations technologiques, les programmes informatiques et les réseaux évoluent constamment, et avec cette avancée, la cybercriminalité évolue également et ils ont également des peines plus simples. Les sanctions doivent être sévères afin de réduire ces crimes », a déclaré à Al Jazeera Shashank Tiwari, un avocat de la Haute Cour de l’État central du Madhya Pradesh, spécialisé dans les affaires de cybercriminalité.

En tant que crime sans frontières, la cybercriminalité pose également des problèmes de compétence.

« La multiplicité des juridictions représente un défi. Le Rajasthan est un haut lieu de la sextorsion, c’est pourquoi nous avons mis en place une plate-forme pour fournir une assistance à la police d’autres États », a déclaré Sharat Kaviraj, inspecteur général adjoint du State Crime Records Bureau, à Al Jazeera.

« Le ministère de l’Intérieur a également mis en place des mesures interétatiques contre la cybercriminalité. Les criminels exploitent essentiellement les vulnérabilités du système. Par conséquent, l’émission de cartes SIM, les ouvertures de comptes bancaires et les procédures Know Your Customer doivent être renforcées.

Les experts en cybercriminalité disent que si l’Inde veut éviter de devenir un foyer de sextorsion, le pays doit réformer la loi, moderniser son système de police et supprimer la honte sociale associée au sexe.

Entre-temps, des victimes telles que Shyam et Ajay estiment qu’elles n’ont aucun recours légal et comptent sur les conseils fournis par les ONG pour faire face.

“Je me demande encore pourquoi moi, une personne pauvre, qui survit à peine avec sa famille, j’ai été la cible d’une fraude financière”, a déclaré Ajay. “Mais ensuite j’ai réalisé que je n’avais pas d’importance pour le système, mais j’avais suffisamment d’importance pour la société pour que cela me conduise à la mort si jamais les choses sortaient. Une cible parfaitement impuissante.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez présentez un risque de suicide, vous trouverez des lignes internationales d’assistance au suicide sur www.befrienders.org

Source: https://www.aljazeera.com/economy/2022/12/29/suicidal-thoughts-strike-every-day-indias-sextortion-scourge

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire