Les protestations se propagent en Chine alors que la colère monte contre le «zéro-COVID» | Nouvelles

0
67

Les protestations contre les politiques restrictives de la Chine en matière de COVID-19 se sont propagées à davantage de villes alors que la colère monte face à un incendie meurtrier dans la région occidentale du Xinjiang qui a été lié aux politiques strictes de verrouillage du pays.

Des centaines d’étudiants de l’Université Tsinghua de Pékin se sont rassemblés dimanche sur leur campus, a rapporté l’agence de presse AFP, scandant “la liberté prévaudra” et appelant à la fin des fermetures.

Le rassemblement fait suite à des manifestations nocturnes à Shanghai, la ville la plus peuplée et le centre financier de Chine, ainsi que dans une université de la ville orientale de Nanjing.

Un étudiant de Tsinghua a déclaré à l’AFP que le rassemblement de dimanche avait commencé à 11h30 (03h30 GMT), lorsque “les étudiants ont commencé à brandir des pancartes à l’entrée de la cantine, puis de plus en plus de gens les ont rejoints”.

L’étudiant a ajouté : « Maintenant, il y a 200 à 300 personnes… Nous avons chanté l’hymne national et l’Internationale, et scandé ‘la liberté prévaudra’ ».

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat du gouvernement chinois.

Des centaines de personnes ont manifesté à Wuhan, où le COVID-19 est apparu pour la première fois en 2019. Des images géolocalisées par l’AFP dans une rue du centre-ville montrent des gens rassemblés la nuit, applaudissant et enregistrant la manifestation sur leur téléphone portable.

À Shanghai, des centaines de personnes se sont rassemblées sur la route Wulumqi de la ville à minuit, a rapporté l’Associated Press, apportant des fleurs, des bougies et des pancartes indiquant “Urumqi, le 24 novembre, ceux qui sont morts reposent en paix” pour commémorer 10 personnes décédées dans un incendie à un immeuble d’appartements dans la capitale du Xinjiang, Urumqi.

Les décès ont déclenché une colère publique généralisée, car de nombreux internautes ont supposé que les résidents de l’immeuble de grande hauteur ne pouvaient pas s’échapper à temps car le bâtiment était partiellement verrouillé. Les responsables de la ville ont cependant rejeté la plainte.

La foule à Shanghai a scandé : « Levez le confinement pour Urumqi, levez le confinement pour le Xinjiang, levez le confinement pour toute la Chine ! », selon une vidéo qui serait celle de la manifestation qui a circulé sur les réseaux sociaux.

À un moment donné, un grand groupe a commencé à crier : « A bas le Parti communiste chinois, à bas Xi Jinping, libérez Urumqi ! », selon des témoins et des séquences vidéo.

Un grand groupe de policiers regardait et essayait parfois de briser la foule.

Un manifestant qui n’a donné que son nom de famille, Zhao, a déclaré à AP qu’un de ses amis avait été battu par la police et que deux amis avaient été aspergés de gaz poivré. Il a déclaré que la police avait piétiné ses pieds alors qu’il tentait de les empêcher d’emmener son ami. Il a perdu ses chaussures dans le processus et a quitté la manifestation pieds nus.

Zhao a déclaré que les manifestants ont crié des slogans, notamment « Xi Jinping, démissionnez ; Parti communiste, démissionnez », « Déverrouillez le Xinjiang, déverrouillez la Chine », « ne veulent pas de PCR [tests]veulent la liberté » et « la liberté de la presse ».

Un autre manifestant, qui n’a également donné que son nom de famille, Xu, a déclaré à l’AP qu’il y avait une plus grande foule de milliers de manifestants.

Échapper aux censeurs

Les messages sur la manifestation ont été immédiatement supprimés sur les réseaux sociaux, comme le fait couramment le Parti communiste chinois pour réprimer les critiques.

Certains utilisateurs de médias sociaux ont publié des captures d’écran de panneaux de signalisation pour Wulumuqi Road, à la fois pour échapper à la censure et pour montrer leur soutien aux manifestants à Shanghai. D’autres ont partagé des commentaires ou des publications appelant tous “vous les jeunes courageux” à faire attention. Beaucoup comprenaient des conseils sur ce qu’il fallait faire si la police venait ou commençait à arrêter des gens lors d’une manifestation ou d’une veillée.

L’explosion des critiques marque un tournant brutal dans l’opinion publique. Au début de la pandémie, l’approche de la Chine pour contrôler le COVID-19 a été saluée par ses citoyens car elle minimisait les décès à un moment où d’autres pays subissaient des vagues dévastatrices d’infections.

Mais le soutien à la politique de signature de Xi de “zéro-COVID” s’est dissipé ces derniers mois, alors que Pékin continue de respecter les restrictions alors même qu’une grande partie du monde essaie de coexister avec le coronavirus.

Bien que faibles par rapport aux normes mondiales, les cas en Chine ont atteint des niveaux record pendant des jours, avec près de 40 000 nouvelles infections signalées dimanche pour la veille.

Dicky Budiman, épidémiologiste et chercheur en sécurité sanitaire mondiale à l’Université Griffith en Indonésie, affirme que les politiques strictes de la Chine en matière de Covid ont un impact négatif sur la vie quotidienne.

“La Chine est le seul pays au monde à mettre en place une politique ‘zéro Covid’ très stricte. Mais il est moins susceptible d’être efficace. Avec l’émergence de nouvelles sous-variantes, il est impossible de prévenir les infections », a déclaré Budimen à Al Jazeera depuis Bandung.

Au Xinjiang, où le gouvernement a été accusé d’exactions contre la minorité ouïghoure, majoritairement musulmane, les habitants sont enfermés depuis août. La plupart n’ont pas été autorisés à quitter leur domicile et certains ont signalé des conditions de vie difficiles, notamment des livraisons de nourriture interrompues qui ont provoqué la faim chez les habitants.

Une femme a déclaré à AP que certains résidents avaient leurs portes enchaînées. L’agence a déclaré que de nombreux habitants d’Urumqi pensaient que de telles tactiques de force brute auraient pu empêcher les habitants de s’échapper dans l’incendie de jeudi.

Leur colère a débordé après que les responsables de la ville d’Urumqi ont tenu une conférence de presse sur l’incendie au cours de laquelle ils ont semblé rejeter la responsabilité des décès sur les résidents de la tour d’appartements.

“La capacité de certains habitants à se sauver était trop faible”, a déclaré Li Wensheng, chef des pompiers d’Urumqi.

La police a également réprimé les voix dissidentes, annonçant l’arrestation d’une femme de 24 ans pour avoir diffusé en ligne de “fausses informations” sur le nombre de morts.

Tard vendredi, les habitants d’Urumqi ont défilé en grande partie pacifiquement dans la froide nuit d’hiver.

Des vidéos de manifestations montraient des personnes tenant le drapeau chinois et criant “Ouvrez, ouvrez”.

Les images se sont rapidement propagées sur les réseaux sociaux chinois malgré une forte censure. Dans certaines scènes, les gens ont crié et poussé contre des rangées d’hommes dans les combinaisons de protection contre les matières dangereuses blanches que portent les employés du gouvernement local et les bénévoles de la prévention de la pandémie, selon les vidéos.

Samedi, la plupart des images avaient été supprimées par les censeurs, mais les autorités d’Urumqi ont rouvert le même jour certains quartiers de la ville de quatre millions d’habitants jugés à faible risque.

À Pékin, certains habitants confinés ont organisé de petites manifestations ou confronté des responsables locaux au sujet des restrictions de mouvement, certains ayant réussi à faire pression sur eux pour qu’ils lèvent les restrictions avant un calendrier.

Reuters a déclaré que des images de Pékin montraient des habitants d’une partie non identifiable de la ville marchant autour d’un parking en plein air samedi, criant “Mettre fin au verrouillage!”

À Nanjing, des vidéos mises en ligne montraient des centaines d’étudiants se rassembler sur le campus de l’Université de communication de Chine en solidarité avec les victimes de l’incendie d’Urumqi.

Le New York Times a déclaré que de plus petites manifestations et veillées avaient également eu lieu à l’Université de Pékin et à l’Université de technologie de Wuhan.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/11/27/protests-in-shanghai-as-anger-over-zero-covid-spreads-in-china

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire