Les réfugiés doivent être au centre de la reconstruction de l’Ukraine

0
94

Alors que la guerre en Ukraine approche de son premier anniversaire, l’attention s’est tournée vers les plans de reconstruction. Parmi l’éventail de notes d’orientation, de commentaires et de sommets politiques, un élément essentiel semble manquer. Quel est le lien entre l’avenir des quelque 8 millions de réfugiés qui ont fui l’Ukraine depuis l’invasion russe et le débat sur la reconstruction ? Tout effort de reconstruction global et efficace devra inévitablement aborder cette question. En cette période d’incertitude, la communauté internationale et les pays d’accueil, ainsi que le gouvernement ukrainien, devraient commencer à réfléchir à la manière d’intégrer les réfugiés dans les stratégies de reconstruction. Ils formeront en fin de compte un élément essentiel de toute reprise ukrainienne réussie.

En Ukraine, le sort de 6,5 millions de personnes déplacées internes (PDI) supplémentaires reste incertain. Assurer leur sécurité et tenir compte de leur rôle dans les efforts de rétablissement seront tout aussi essentiels pour l’Ukraine. En l’absence d’une stratégie visant à intégrer les réfugiés dans la reconstruction, de nombreux Ukrainiens – en particulier les jeunes – resteront à l’étranger ou deviendront déplacés à leur retour, ce qui exercera une pression supplémentaire sur un gouvernement qui lutte pour reconstruire son pays et consolider la paix.

LES RÉFUGIÉS ET LE DÉBAT SUR LA RECONSTRUCTION

Lors de la conférence “Standing with the Ukrainian People” en décembre, co-organisée par les gouvernements français et ukrainien, les participants ont promis plus d’un milliard d’euros d’aide nouvelle pour répondre aux besoins immédiats pendant l’hiver résultant des attaques de missiles russes.

Prédisant que cette guerre pourrait bien se poursuivre pendant des mois, voire des années, les discussions au sein de la communauté politique se sont également tournées vers la recherche de moyens de soutenir la résilience ukrainienne et une éventuelle reconstruction à moyen et long terme. Au-delà du soutien militaire et des armements, l’établissement et la garantie d’un accès fiable à l’énergie, à l’eau et à la nourriture – en protégeant la société civile – constituent des priorités absolues. L’Ukraine est également confrontée à une grave crise économique, avec un PIB qui devrait se contracter de 35 % et une pauvreté qui devrait atteindre 60 % en 2022, contre 18 % en 2021. Beaucoup ont ainsi appelé à une sorte de « plan Marshall » pour que l’Ukraine se mobilise. et coordonner l’aide financière pour aider à reconstruire le pays et promouvoir la reprise à l’avenir. Dans l’ensemble, les partisans insistent sur une surveillance appropriée pour éviter la corruption. Ce « nouveau départ » est décrit comme une opportunité d’établir des institutions fortes qui feront progresser le statut de l’Ukraine en tant que démocratie et ouvriront finalement la voie à l’adhésion à l’UE.

Tant pour la restauration physique des infrastructures ukrainiennes que pour la réforme des structures et des processus de gouvernance, le capital humain des millions de personnes déplacées sera essentiel au succès de toute reprise nationale.

Leur importance est d’autant plus grande si l’on tient compte de la diminution de la population de l’Ukraine, même avant la guerre, en raison du vieillissement, de l’émigration et des faibles taux de fécondité. Représentant près d’un cinquième de la population d’avant-guerre, le retour des réfugiés ukrainiens – majoritairement des femmes et des enfants – a donc également de graves implications pour la population, la sécurité nationale et le poids géopolitique du pays.

LA SITUATION DES REFUGIES UKRAINIENS EN EUROPE

L’exode massif des Ukrainiens fuyant la guerre a considérablement vidé le pays. Le climat hivernal et les vastes campagnes de bombardements russes risquent d’expulser davantage de personnes. Selon le directeur général de l’UE pour la migration et les affaires intérieures, l’UE élabore actuellement des plans d’urgence pour l’arrivée de quatre millions de réfugiés supplémentaires au cours des prochains mois. Avec l’activation d’une directive de protection temporaire (TPD) le 3 mars 2022, le bloc a répondu de manière remarquablement efficace à cette crise de déplacement. La directive – qui a été prolongée pour offrir une protection jusqu’en mars 2024 – accorde aux Ukrainiens et aux non-ressortissants sous protection internationale en Ukraine un statut juridique immédiat dans les États membres de l’UE. Sans avoir à passer par des procédures d’asile formelles, la mesure offre un refuge sûr à ceux qui fuient la zone de conflit. Au-delà de la résidence, la TPD garantit également les droits d’accès au logement, à l’éducation, à l’emploi et à l’assistance sociale et médicale, conformément aux directives nationales des pays d’accueil.

Au 3 janvier, le HCR avait documenté près de huit millions de réfugiés ukrainiens à travers l’Europe, dont près de cinq millions se sont inscrits pour des programmes de protection temporaire.

QUELLES SONT LES PERSPECTIVES DE LEUR RETOUR ÉVENTUEL ?

Même si une enquête du HCR sur les réfugiés ukrainiens dans 43 pays d’accueil indique que 81 % espèrent rentrer chez eux un jour, l’histoire pointe dans une direction différente. Selon le HCR et le Baromètre des Syriens, par exemple, la proportion de réfugiés syriens en Jordanie, au Liban et en Turquie exprimant une réticence à rentrer chez eux a considérablement augmenté au fil des ans. L’expérience montre qu’à mesure que le déplacement se prolonge, la probabilité de retour diminue, en particulier pour les jeunes.

La pratique issue de la mise en œuvre de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés prévoit trois solutions durables sous forme de retour volontaire, de réinstallation ou d’intégration sur place. Le retour volontaire est de loin la solution préférée. Interrogés, les réfugiés insistent en général sur leur désir de rentrer chez eux. Cependant, dans le monde entier, de plus en plus de réfugiés se retrouvent dans des situations prolongées. En 2021, cela s’appliquait à près des trois quarts de la population mondiale de réfugiés, soit environ 15,9 millions de personnes. Seules 429 300 personnes ont pu regagner leur domicile cette année-là. Entre 2010 et 2019, les retours de réfugiés n’ont été que de 3,7 millions, contre près de 9,6 millions entre 2000 et 2009 et 15,3 millions dans les années 1990. L’intégration locale formelle sous forme de citoyenneté a été une rareté, tout comme la réinstallation, bien en deçà de l’objectif traditionnel du HCR de trouver des lieux de réinstallation pour au moins 1 % de la population mondiale de réfugiés.

Les réfugiés ukrainiens – perçus dans les sociétés d’accueil comme des compatriotes européens – peuvent être beaucoup plus chanceux, surtout si le TPD est interrompu et qu’ils ont le choix de l’intégration locale permanente. La guerre a chassé de manière disproportionnée les femmes et les enfants. Au fur et à mesure qu’ils accèdent à leurs droits au titre de la protection temporaire pour s’inscrire dans les écoles locales et trouver un emploi, ils plantent des racines qui ne feront que s’approfondir au fur et à mesure que les combats dureront. Grâce à des programmes scolaires spécialisés et à des cours de langue, les réfugiés de nombreux pays apprennent également la langue locale. Les pays européens confrontés à des pénuries de main-d’œuvre et à un déclin démographique pourraient accueillir le capital humain supplémentaire, en particulier compte tenu des qualifications académiques et des niveaux de compétence globalement élevés des Ukrainiens par rapport à d’autres groupes de migrants. Quand la guerre se terminera et que les maris pourront quitter un pays rasé pour rejoindre leur famille à l’étranger, ne faudrait-il pas réfléchir à des incitations pour que les réfugiés reviennent ?

Certains soutiennent que l’intégration locale, par l’éducation et le travail, permet aux Ukrainiens de contribuer au redressement national depuis l’étranger en envoyant des fonds et en acquérant des connaissances et un capital économique pour un éventuel retour ultérieur. Néanmoins, une fois les combats terminés, la présence de rapatriés sera non seulement inestimable sur le plan économique, mais également fondamentale pour reconstruire des institutions démocratiques solides, établir une société civile résiliente et culturellement dynamique et fournir un vivier de nouvelles recrues pour la défense nationale. Un État ukrainien évidé ne fera qu’amplifier les asymétries économiques, démographiques et militaires avec son voisin russe agressif, menaçant la stabilité à long terme du pays. Pour garantir ce résultat, une réflexion proactive sera nécessaire.

CRÉER UNE VOIE À SUIVRE

Les décideurs politiques et les défenseurs de la reconstruction doivent commencer dès maintenant à élaborer une stratégie de reconstruction tenant compte des réfugiés pour l’Ukraine. Les suggestions suivantes ne sont en aucun cas concluantes, mais offrent des points de départ pour inclure les Ukrainiens déplacés dans les efforts de relèvement.

Au niveau multilatéral :

  • Établir une structure de coordination des gouvernements hôtes, du gouvernement ukrainien et d’autres partenaires financiers impliqués dans la planification de la reconstruction d’après-guerre afin de rationaliser les efforts. Inclure l’encouragement et la facilitation des retours volontaires comme élément clé des discussions et coopérer avec le HCR et les groupes de défense des droits des réfugiés pour élaborer des stratégies concrètes. L’Ukraine détient l’autorité ultime sur les programmes à adopter.
  • Planifier un retour progressif des réfugiés de l’étranger pour faciliter la réintégration locale et atténuer les pressions sur les services publics, en encourageant ceux qui peuvent rejoindre leur famille à passer en premier.

En Ukraine:

  • Donner la priorité au rétablissement des infrastructures sociales. Rouvrir les jardins d’enfants et les écoles pour assurer l’éducation et le développement des enfants et donner aux parents le temps de travailler et de contribuer à la reprise économique. Sécuriser l’accès aux soins médicaux et à l’assistance sociale pour favoriser la stabilité et la résilience de la société. Offrir des subventions au logement pour permettre aux gens de reconstruire leurs maisons et éviter les risques de déplacement interne.
  • Développer une gamme de programmes d’aide au retour, allant de l’aide au voyage et au transport au soutien financier, logistique et psychologique continu dans les communautés locales de retour.
  • Insistez sur le caractère central de la gouvernance transparente, du respect de l’état de droit et des droits politiques dans le financement de la relance et du redéveloppement national.

Dans les pays hôtes :

  • Mettre l’accent sur l’opportunité de préserver la culture et la langue ukrainiennes, en particulier pour les enfants, afin de faciliter une réintégration rapide et réussie à leur retour.
  • Reconnaître le caractère inévitable de l’intégration locale en poursuivant une stratégie de « double intention » tant que la guerre se poursuit, en sauvegardant les droits fondamentaux et une protection adéquate pendant le déplacement tout en maximisant les « facteurs d’attraction » pour le retour.

La question de savoir si et comment les réfugiés retourneront en Ukraine après la fin de la guerre nécessite des solutions concrètes. Des efforts conscients sont nécessaires pour intégrer les réfugiés dans les débats multilatéraux sur la reconstruction et les discussions sur le financement de l’Ukraine. Sinon, l’histoire suggère que beaucoup sont susceptibles de s’installer dans leurs lieux respectifs, en raison des défis permanents et de l’instabilité dans les pays d’origine. La communauté internationale a la responsabilité d’examiner le rôle des réfugiés ukrainiens dans la consolidation de la paix et d’assurer le rétablissement réussi de l’Ukraine en tant qu’État démocratique.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire