Les réfugiés ukrainiens sont accueillis par l’Europe. Pourquoi n’étaient-ils pas des Syriens ? – Mère Jones

0
269

Des femmes et des enfants attendent de monter à bord d’un bus en direction de Przemysl après avoir fui l’Ukraine.Visar Kryeziu / AP

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits importants. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Le 3 mars, une chaîne de télévision espagnole filmé plusieurs gardes ont battu et donné des coups de pied à un migrant africain alors qu’il descendait une barrière frontalière séparant l’enclave espagnole de Melilla et le Maroc. La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux et les défenseurs des droits des migrants ont rapidement noté le décalage criant entre cette manifestation de violence et la volonté du pays d’accueillir les réfugiés ukrainiens en tant que « citoyens à part entière ».

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déjà contraint plus de 2 millions de personnes, dont des centaines de milliers d’enfants, à fuir et les projets de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés vont doubler. La majorité des réfugiés sont passés en Pologne et dans d’autres pays voisins comme la Hongrie, qui ont des antécédents de refouler brutalement des migrants et de les laisser piégés à la frontière dans des conditions inhumaines.

Le monde a assisté avec horreur au bombardement d’une maternité, à la perte de des vies civiles, et les histoires de pères qui restent pour se battre en Ukraine, tandis que les mères et les enfants fuient. Et, à juste titre, les Ukrainiens ont été accueillis avec des expressions sans précédent de solidarité individuelle et internationale. Des étrangers ont laissé des poussettes, des vêtements et des jouets dans les gares et se sont portés volontaires de toute l’Europe pour aider les réfugiés qui arrivent à trouver un logement et d’autres formes de soutien. La semaine dernière, pour la toute première fois, l’Union européenne a invoqué une directive de 2001 offrant une protection temporaire et l’accès au logement et à d’autres avantages aux Ukrainiens en fuite et aux étrangers ayant le statut de réfugié ou de résident permanent en Ukraine. “La réponse de l’Europe a été remarquable”, a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

Mais les exemples de racisme et de doubles standards ont également été monnaie courante. Des réfugiés non ukrainiens ont signalé qu’on leur avait refusé le droit de monter à bord de trains et de bus pour traverser les frontières et ont décrit comment les autorités séparaient les personnes blanches et non blanches aux points d’entrée. Pendant ce temps, les experts des médias et les personnalités publiques ont propagé des comparaisons nuisibles et discriminatoires entre les réfugiés qu’ils jugent méritants et non méritants. “Ces gens sont des Européens … ces gens sont intelligents, ce sont des gens éduqués”, a déclaré le Premier ministre bulgare. “Ce n’est pas la vague de réfugiés à laquelle nous sommes habitués, des gens au passé flou, qui auraient même pu être des terroristes.”

Pendant des années, Lamis Abdelaaty, professeur adjoint de sciences politiques à la Maxwell School de l’Université de Syracuse, a étudié la manière dont les pays façonnent leurs politiques en matière de réfugiés. Elle s’est concentrée sur la réponse à la question : pourquoi les pays ouvrent-ils leurs frontières à certains groupes de réfugiés tout en en bloquant d’autres ? Dans son livre Discrimination et délégation : expliquer les réponses des États aux réfugiés, elle écrit : « Les décideurs politiques adopteront des politiques généreuses lorsque les réfugiés fuient un État hostile et partageront l’identité ethnique du décideur politique. Ils adopteront des politiques restrictives lorsque les réfugiés fuient un État ami et ne partagent pas l’identité ethnique du décideur. J’ai parlé avec Abdelaaty au téléphone de l’accueil des réfugiés ukrainiens en Europe et de la façon dont le cadrage et l’étiquetage des différents mouvements migratoires façonnent les réponses internationales à leur égard. Notre conversation a été modifiée pour plus de longueur et de clarté.

Comment l’examen des crises de réfugiés précédentes nous aide-t-il à comprendre les facteurs et les schémas qui façonnent les réponses des nations aux flux de réfugiés actuels et futurs ?

J’ai commencé à travailler sur le livre en 2009, donc avant la crise des réfugiés syriens. C’était à une époque où les mouvements de réfugiés à grande échelle n’étaient pas nécessairement sur le radar de nombreux universitaires en sciences politiques et en relations internationales, même s’il y avait une importante population de réfugiés afghans au Pakistan et des réfugiés somaliens qui avaient été déplacés. Nous avons tendance à penser que les pays sont soit généreux, réceptifs et accueillants, soit restrictifs et fermés. Je dis dans le livre que ce n’est pas vraiment exact. Presque tous les pays du monde font de la discrimination entre différents groupes de réfugiés. Nous constatons cette réaction très accueillante et réceptive envers les Ukrainiens, et je pense qu’il est important de reconnaître que ces chiffres reflètent le fait que les gens sont capables fuir et sont capables franchir les frontières. Cela met vraiment en évidence ce contraste très frappant avec 2015 lorsque nous avons vu divers pays européens répondre aux arrivées de personnes, principalement du Moyen-Orient et d’Afrique subsaharienne, avec des frontières fermées et des refoulements. C’est également un contraste très frappant avec le traitement très récent par la Pologne des personnes bloquées à sa frontière avec la Biélorussie.

Dans votre livre, vous proposez deux raisons à cet exercice sélectif de la souveraineté où les États ouvrent leurs frontières à certains groupes de réfugiés tout en en bloquant d’autres. Que sont-ils?

Mon livre met l’accent sur le rôle de l’identité et le rôle de la politique étrangère, et je pense que ces deux facteurs nous aident à comprendre ce qui se passe aujourd’hui avec l’Ukraine. En général, les gens ont tendance à sympathiser avec les réfugiés qui, selon eux, partagent leur identité. Les Européens s’identifient aux Ukrainiens. Ils les voient comme un groupe de personnes similaires : ils sont blancs et chrétiens, et il existe des liens culturels et historiques communs. Les Syriens et les Afghans ne sont pas perçus de cette façon. Mais ce n’est pas toute l’histoire. Il y a aussi une dimension de politique étrangère. Il importe que les Ukrainiens fuient une invasion russe. Les accueillir est une manière pour les pays européens de signaler qu’ils condamnent Poutine et qu’ils sont du côté de l’Ukraine dans ce contexte.

Nous constatons également cette tendance très rapide et claire à étiqueter les Ukrainiens comme des réfugiés, ce qui est frappant car la plupart des Ukrainiens ne seraient en fait pas éligibles au statut de réfugié en vertu de la Convention sur les réfugiés de 1951, qui exige que les gens soient persécutés plutôt que de fuir la violence généralisée. Ce choix d’étiquettes est important parce que les gens ordinaires acceptent mieux ceux qui sont étiquetés comme réfugiés. Ils les considèrent comme plus méritants que ceux qui sont qualifiés de migrants ou d’immigrants, qui sont perçus comme des transfrontaliers volontaires. Mais évidemment, ce terme n’est pas utilisé équitablement entre les différents groupes, dont on pourrait certainement penser qu’ils sont forcés de quitter leur pays à cause de la violence des gangs, ou à cause du changement climatique, ou à cause de la misère et des difficultés économiques. Nous constatons également des différences dans la manière dont le mot « crise » est utilisé. Lorsque les gens parlent de la crise des réfugiés ukrainiens, ils font principalement référence à une crise pour les Ukrainiens, ce qui, à mon avis, est la bonne façon d’utiliser ce terme. Mais nous pouvons comparer cela avec 2015, lorsque les gens parlaient de la « crise migratoire de l’Europe » ou de la « crise des réfugiés de l’Europe », et l’implication était que l’arrivée de personnes posait une crise pour les pays européens, plutôt que d’être une crise vécue par les Syriens, les Afghans et autres.

Pour la première fois, l’Europe a invoqué une directive de protection temporaire de 2001 accordant un statut et des avantages temporaires aux Ukrainiens. Pourquoi cette disposition n’a-t-elle pas été étendue aux Syriens, par exemple?

Nous aurions pu imaginer que l’Union européenne réagisse en 2015 d’une manière très similaire à la manière dont elle réagit aujourd’hui : en s’assurant que les personnes peuvent arriver en toute sécurité, en mesure de franchir les frontières intérieures au sein de l’UE, en se mobilisant pour fournir une protection sociale et d’autres formes de soutien. , puis en invoquant la directive sur la protection temporaire pour alléger le fardeau des politiques d’asile des pays. Mais je pense qu’une partie de la raison pour laquelle nous n’avons pas vu cela est que pour de nombreux pays européens, ce n’était pas un groupe souhaitable. Ils sont vus comme les autres, ils ne sont pas, entre guillemets, comme nous. En conséquence, ils sont considérés comme une menace potentielle et il n’y a aucun gain de politique étrangère à les admettre. Nous avons vu beaucoup de gens dans les médias parler des Ukrainiens, les qualifiant de guillemets, civilisés, blonds aux yeux bleus. Ils parlent du fait qu’ils sont des Européens prospères de la classe moyenne. Les gens se bousculent pour trouver un moyen de dire que les Ukrainiens sont comme nous, et nous pensons qu’ils méritent davantage notre compassion. La guerre et les déplacements se produisent là-bas, très loin. Ce n’est pas censé arriver ici. Et le fait que ça se passe ici est en quelque sorte interprété comme les gens regardent ces réfugiés, ça pourrait être moi, ça me ressemble, ou cet enfant ressemble à mon enfant.

Jusqu’à présent, les autorités et les sociétés civiles de toute l’Europe ont accueilli les réfugiés ukrainiens à bras ouverts. Voyez-vous ce sentiment s’atténuer avec le temps alors que le conflit s’éternise et que le nombre de personnes s’installant dans les pays voisins continue d’augmenter ?

S’il devient plus évident que les Ukrainiens ne pourront peut-être pas revenir aussi vite que les gens le pensaient, et qu’il y a de nouvelles élections dans divers pays européens, il est possible que nous assistions à un refroidissement du sentiment très accueillant qui s’est manifesté jusqu’à présent. Nous avons vu des tendances similaires dans d’autres pays comme la Turquie avec son accueil enthousiaste initial des réfugiés syriens. Ce conflit montre bien que l’Union européenne est capable de répondre à des mouvements de population à grande échelle. Ce serait merveilleux de voir des gens tenir leurs gouvernements responsables du respect des valeurs qu’ils prétendent défendre.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans le récit médiatique et le discours public concernant la crise des réfugiés ukrainiens ?

Ce qui m’a surpris, c’est à quel point la discrimination est éhontée entre ces deux groupes : les Ukrainiens d’un côté, puis les gens qui arrivent en 2015. Pas seulement les médias, mais les personnalités politiques l’ont bien dit, la raison pour laquelle nous accueillons les Ukrainiens est car ce ne sont pas des gens du Moyen-Orient. Le fait que nous voyons ce double standard commenté si explicitement est quelque chose que je ne m’attendais pas à voir en plein écran. Les scènes qui sortent d’Ukraine sont horribles, déchirantes. Comme beaucoup de gens, je suis vraiment ravi que les pays européens soient accueillants. Les réfugiés ukrainiens ont besoin de toute l’aide que nous pouvons leur fournir. Mais nous devons tous vraiment penser au fait que ces mêmes images que nous voyons en provenance d’Ukraine — des gens transportant tout ce qu’ils peuvent, laissant tout le reste derrière eux, laissant parfois des membres de leur famille derrière eux, parcourant de très longues distances, devant s’abriter de les éléments – nous les avons vus avec d’autres crises ailleurs dans le monde. Et pourtant, ils provoquent une réponse si différente. Nous devons apporter la même empathie à d’autres groupes de réfugiés qui fuient des conditions très similaires et qui méritent tout autant notre compassion.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire