Les riches qui possèdent la maison d’à côté

0
92

Dans les grandes villes, d’Atlanta à Phoenix, les investisseurs aux poches profondes représentent entre un quart et un tiers des achats de logements locaux. L’impact de cette ingérence dans la vente de logements pour la classe moyenne ? Les propriétaires d'entreprises s'avèrent plus susceptibles, Voix souligne l’analyse, pour expulser les locataires, augmenter les loyers et éviter les réparations et l’entretien nécessaires.

Les partisans des plus riches d’entre nous prétendent que les critiques de cet intérêt des riches pour le logement de la classe moyenne font d’une taupinière d’investissement une montagne. Ils soulignent, par exemple, que les sociétés de capital-investissement et autres « investisseurs institutionnels » ont généré moins de 3 % de toutes les ventes de logements en 2021 et 2022.

Mais ce faible pourcentage national, notent des experts en logement comme Laura Brunner de Cincinnati, peut obscurcir ce qui se passe dans de nombreux quartiers locaux. Les fonds de capital-investissement peuvent régulièrement acheter « 50 % des maisons d’une seule rue ».

D'autres acteurs aux poches bien garnies, quant à eux, empruntent des voies différentes pour exploiter l'offre insuffisante de logements abordables aux États-Unis. À quel point est-il inadéquat ? Au cours de la décennie qui s’est terminée en 2022, a rapporté Realtor.com en mars dernier, le pays s’est retrouvé avec « un déficit de 6,5 millions de maisons unifamiliales ». La réponse des investisseurs à ce déficit ? Une explosion des « prêts à la transition résidentielle ».

Ces prêts sont destinés à l'armée américaine croissante de « flippers », des spéculateurs locaux de toutes sortes qui achètent des maisons plus anciennes à des familles qui n'ont pas les moyens d'effectuer les améliorations et les réparations indispensables. Les prêts sont assortis d'un « taux d'intérêt relativement élevé », pouvant atteindre 10 % par an, note Barron's.

Des sociétés du secteur financier comme 1Sharpe Capital, une filiale du colosse du capital-investissement Blackstone, regroupent ces billets à taux d'intérêt élevé dans des fonds d'investissement qui offrent aux millionnaires des rendements pouvant atteindre en moyenne trois points de pourcentage de plus que les investissements dans les fonds du Trésor américain.

Les spécialistes de 1Sharpe Capital, pour leur rôle dans tout cela, perçoivent des frais de gestion annuels de 0,5 pour cent et une « commission de performance » de 20 pour cent s’ils génèrent des rendements de fonds d’investissement supérieurs de 1,3 pour cent ou plus à l’indice du Trésor à trois mois.

Ces frais importants ne représentent en fin de compte qu’une infime part des revenus versés chaque année au pool de capital-investissement de Blackstone. Mais chaque petit geste compte. Le PDG de Blackstone, Stephen Schwarzman, a-t-on appris en août dernier, « a reçu une rémunération totale ajustée de 253,1 millions de dollars en 2022 ».

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/08/the-rich-who-own-the-home-next-door/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire