Les salaires des travailleurs ont été réduits à un rythme record

0
42

Les derniers chiffres du Bureau australien des statistiques confirment que les salaires réels chutent au rythme le plus rapide depuis la Grande Dépression, peut-être même les années 1890, deux périodes de chômage massif.

Les salaires ont augmenté de 3,1 % au cours de l’année écoulée, mais les prix ont augmenté de 7,3 %, ce qui signifie que les salaires réels ont chuté de plus de 4 points de pourcentage. C’est au minimum. Les hausses de prix sur la plupart des biens et services essentiels augmentent de plus de 8 %, grignotant encore plus rapidement le budget des ménages.

Ce n’est pas juste un résultat bizarre. Les salaires réels ont baissé tout au long de la pandémie. Depuis mars 2020, les salaires corrigés de l’inflation ont baissé à Victoria de 5,1 %, en Nouvelle-Galles du Sud de 5,8 % et dans le Queensland de 7,4 %. Cela s’ajoute à des années de stagnation des salaires depuis l’élection du gouvernement Abbott en 2013

Cette situation est désastreuse. C’est aussi tout à fait évitable. À une époque où les patrons crient à propos des pénuries de main-d’œuvre, avec des taux de vacance élevés et un chômage au plus bas depuis 50 ans, nos syndicats devraient tirer pleinement parti de la position de négociation relativement forte des travailleurs pour obtenir de fortes augmentations de salaire.

Les patrons pourraient être contraints de payer. Dans le secteur privé, dans des domaines tels que la finance et l’assurance ou l’immobilier, où les travailleurs sont principalement employés sur des accords individuels, les patrons ont augmenté les salaires et accordé des primes d’embauche ou de rétention représentant une augmentation de 4,4% sur douze mois, en hausse contre 2,9 % l’année précédente. Mais dans le secteur public, où les enseignants et les travailleurs de la santé sont plus susceptibles d’être liés par des conventions collectives, l’augmentation n’était que de 2,4 %, ce qui n’est pas différent d’il y a un an.

Rien n’indique que les travailleurs du secteur public sous convention collective feront mieux d’ici un an ou deux, car nombre d’entre eux sont enfermés dans des conventions collectives qui intègrent des augmentations de salaire de seulement 2 à 3 % pendant les trois années complètes de l’accord. Les travailleurs de l’éducation, l’un des secteurs les plus syndiqués de la main-d’œuvre, connaissent en fait les augmentations de salaire les plus faibles de toutes – seulement 2,2 % – alors que les gouvernements des États et les vice-chanceliers des universités serrent la vis et rencontrent peu de résistance de la part des syndicats. Les accords syndicaux pèsent désormais sur les salaires des travailleurs, une situation scandaleuse.

Le parti travailliste n’a pas été l’ami des travailleurs. Le plus souvent, ce sont les gouvernements travaillistes des États qui ont imposé des réductions de salaire aux enseignants, aux fonctionnaires et aux agents de santé.

À moins que les travailleurs et les syndicats ne commencent à résister, la situation ne fera qu’empirer. Le gouvernement albanais a été élu en partie sur la promesse d’augmenter les salaires et de maîtriser les factures d’électricité. Il fait maintenant le contraire. Les ministres nous disent qu’il faut accepter des baisses de salaires pendant au moins les deux prochaines années pour maîtriser l’inflation, alors que les salaires ont peu à voir avec la flambée des prix.

En collaboration avec la Banque de réserve, le gouvernement albanais tente de ralentir l’économie pour créer plus de chômage afin de maintenir les salaires encore plus bas. Les remboursements d’intérêts sur les prêts hypothécaires et les dettes de cartes de crédit, qui augmentent au rythme le plus rapide depuis des décennies, pèsent également sur les travailleurs.

Le nouveau projet de loi du travail, nommé à tort Secure Jobs, Better Pay Bill, qu’il et l’ACTU vantent comme un moyen d’augmenter les salaires, ne peut qu’aggraver les choses en donnant à la Commission du travail équitable encore plus de pouvoirs pour ordonner aux syndicats de mettre fin aux grèves.

La hausse du chômage donnera aux patrons plus de capacité à choisir les travailleurs, réduisant la pression pour offrir des hausses de salaire pour attirer du personnel.

Tandis que les ouvriers se font avoir, les patrons continuent d’encaisser : les bénéfices ont augmenté de 28 % au cours du trimestre de juin, et sont maintenant bien au-dessus de leur moyenne à long terme.

Source: https://redflag.org.au/article/workers-wages-squeezed-record-rate

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire