Les tensions israélo-iraniennes mettent les troupes américaines en danger – général — RT World News

0
217

Le chef du Commandement central américain admet qu’il craint de perdre des troupes après que l’Iran et Israël ont échangé des frappes de missiles

Aucun Américain n’a été tué lors d’une récente frappe de missiles iraniens dans le nord de l’Irak, mais le général américain en chef au Moyen-Orient a déclaré vendredi qu’il s’inquiétait de la durée de cette situation alors que Téhéran et Tel-Aviv continuent de se viser.

« Je m’inquiète de ces échanges entre l’Iran et Israël, car nos forces sont souvent en danger, que ce soit en Irak ou en Syrie. Donc ça, en fait, ça me concerne, Le général de marine Frank McKenzie a déclaré aux journalistes au Pentagone.

McKenzie a passé près de quatre ans à la tête du Commandement central américain, supervisant le retrait d’Afghanistan en août dernier ainsi que les frappes de drones et les raids ciblant les terroristes de l’État islamique (EI, anciennement ISIS) en Syrie et en Irak. Il s’attendait à ce que vendredi soit son dernier point de presse, le général d’armée Erik Kurilla devant bientôt prendre le commandement.

“Mon problème central au cours de mes trois années de commandement était l’Iran”, dit McKenzie, notant qu’il y avait “d’autres gros problèmes” également, mais le siège du CENTCOM principalement “concentré sur le problème iranien et tout ce qui s’y rapporte.”




McKenzie a accusé Téhéran, directement ou indirectement, de multiples attaques contre des bases américaines dans la région au cours des six derniers mois, attribuant “très bonne action de la part des commandants sur le terrain” pour le fait qu’aucune troupe n’a été tuée. “Si des victimes américaines avaient eu lieu, je pense que nous serions peut-être dans un endroit très différent en ce moment”, a-t-il dit à propos de l’incident le plus récent, lorsque des missiles iraniens ont frappé près d’un consulat américain à Erbil.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien a déclaré dimanche dernier qu’il avait lancé une volée de missiles de précision sur “le centre stratégique du complot et du mal des sionistes” la nuit précédente, en représailles à la mort de deux officiers du CGRI lors d’une frappe aérienne israélienne en Syrie.

Même avant l’annonce du CGRI, Washington a déclaré que la frappe ne visait pas le consulat américain voisin dans la ville du nord de l’Irak. Alors que les milices chiites irakiennes – que Washington considère comme soutenues par l’Iran – auraient lancé des roquettes sur des bases américaines dans le pays pendant des mois, il s’agissait du premier cas où Téhéran attaquait directement des actifs israéliens en Irak en représailles aux frappes en cours de Tel-Aviv en Syrie. L’Iran a aidé le gouvernement de Damas contre les terroristes de l’EI et ceux alliés à Al-Qaïda.

L’Iran a également ciblé directement les forces américaines en janvier 2020, après que la frappe de drones américains a assassiné le général du CGRI Qassem Soleimani devant l’aéroport de Bagdad. Les rapports de l’époque indiquaient que Téhéran avait envoyé un avertissement préalable des frappes, ce qui a permis aux troupes américaines de se mettre à l’abri et n’a fait aucun mort.

Près de 20 ans après l’invasion de 2003, les États-Unis continuent de maintenir une présence militaire en Irak dans ce qu’ils disent être un “consultatif” rôle au gouvernement de Bagdad.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire