Les travailleurs de l’habillement du Bangladesh se battent pour un salaire décent

0
80

Depuis un mois, les travailleurs du textile de l’industrie du prêt-à-porter du Bangladesh se battent pour une augmentation du salaire minimum mensuel de 8 300 taka (115 dollars) à 23 000 taka (318 dollars).

L’inflation et la détérioration du taux de change ont fait monter en flèche le coût de la vie au Bangladesh, mais le conseil des salaires du gouvernement n’a proposé qu’une augmentation du salaire minimum à 12 500 taka (173 dollars), soit la moitié de ce que réclament les travailleurs. Comme l’a déclaré Mujahid Ahmed, opérateur de machine à coudre, à France 24, “le salaire était bas avant, et il l’est encore après l’annonce du nouveau salaire minimum… Ce n’est pas suffisant pour répondre à nos revendications fondamentales”.

En réponse, des dizaines de milliers de travailleurs se sont mis en grève et sont descendus dans la rue. Ils ont bloqué les routes et lancé des pierres sur les usines. Environ 600 des 3 500 usines de confection du Bangladesh ont été fermées lors de ce qui constitue les plus grandes manifestations ouvrières depuis au moins une décennie.

Pour avoir pris cette position, les travailleurs ont été violemment agressés à la fois par des voyous engagés par les patrons et par la police. Masuma Ahktar, une couturière, a déclaré au Gardien d’avoir été frappé avec des bâtons de bois par un groupe d’hommes armés : « Je suis tombé par terre. Même alors, ils n’arrêtaient pas de me battre… Ils me frappaient le dos, les cuisses et les bras à plusieurs reprises ».

Au moins quatre travailleurs ont été tués par la police et plus de 11 000 ont été accusés de « violence et vandalisme » après avoir participé aux manifestations. Le Premier ministre Sheikh Hasina a également condamné les grévistes, déclarant : « Ils doivent travailler quelle que soit l’augmentation de leur salaire. [to] … S’ils descendent dans la rue pour protester à l’instigation de quelqu’un, ils perdront leur emploi, perdront leur emploi et devront retourner dans leur village.»

Il n’est pas surprenant que ce soit la réponse du gouvernement, étant donné que l’industrie textile représente près de 16 pour cent du PIB du Bangladesh et environ 85 pour cent des exportations. Le gouvernement soutient pleinement les capitalistes locaux en utilisant « tous les moyens nécessaires » pour mettre un terme aux perturbations causées par les grèves.

Non seulement les travailleurs – principalement des jeunes femmes qui ont émigré des zones rurales vers la ville – reçoivent des salaires à peine décents, mais les mesures de sécurité de base sont également pratiquement inexistantes dans de nombreux endroits. De nombreuses usines de confection ont été construites plus haut que ce que la réglementation autorise, sur des fondations instables et sans ventilation ni système de prévention des incendies et d’évacuation.

Cela a conduit à d’innombrables « accidents » industriels, que l’on pourrait plus exactement qualifier de meurtres. Les plus médiatisés ont été l’incendie de l’usine de Tazreen en 2012, dans lequel au moins 117 personnes ont été tuées, et l’effondrement du Rana Plaza en 2013, qui a fait 1 127 morts. Dans les deux cas, les habitants soupçonnent que le nombre réel de morts pourrait être bien plus élevé.

La veille de l’effondrement du Rana Plaza, au moins une des colonnes de support de l’usine était fissurée et brisée. Un ingénieur a déclaré le bâtiment en danger imminent d’effondrement. Pourtant, dès le lendemain, sous la menace de perdre plusieurs jours de salaire et de violences physiques, des milliers de personnes ont été reconduites dans le bâtiment. Il s’est effondré peu de temps après.

Malgré l’indignation mondiale suscitée par ces événements, très peu de choses ont changé depuis. Les profits dont bénéficient ceux qui sont au sommet de l’industrie mondiale de l’habillement dépendent de la surexploitation des travailleurs dans certains des pays les plus pauvres du monde, et le Bangladesh figure parmi ceux qui se trouvent au bas de l’échelle.

Une « Pattern Resort Shirt » H&M fabriquée dans une usine de Mirpur, une banlieue de Dhaka, la capitale du Bangladesh, se vend jusqu’à 25 dollars en Australie. Un seul ouvrier, cousant dans une équipe dans une usine de confection au Bangladesh, pourrait gagner chaque jour plus de 1 000 dollars avec ces chemises, tout en recevant moins de 10 dollars en retour.

Où va tout l’argent supplémentaire ? Selon le rapport annuel de H&M, l’entreprise a généré 32 milliards de dollars de chiffre d’affaires mondial en 2022. Elle et d’autres grands détaillants de vêtements comme Zara, Levi’s, BigW, Kmart, etc. sont les plus grands gagnants du secteur. Une grande partie du reste de l’argent généré par le travail des ouvriers du vêtement finit dans les poches des différents propriétaires d’usines locales à qui ces entreprises sous-traitent du travail.

Les travailleurs de l’habillement du Bangladesh ouvrent la voie dans la lutte contre le cœur hautement exploiteur de l’industrie mondiale de la mode. Comme l’a déclaré Naima Islam, une opératrice de machine, au Gardien“Ils essaient de nous faire taire mais nous ne reculerons pas”.

Source: https://redflag.org.au/article/bangladesh-garment-workers-fight-living-wage

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire