Les troisièmes élections bulgares en 2021 semblent briser l’impasse

0
34

Lors des élections bulgares du 14 novembre, le dur parti anti-corruption « Nous poursuivons le changement » (PP) a remporté 25,7% des voix, sur la base d’un décompte presque complet publié le 16 novembre. Après deux élections peu concluantes tenues cette année , le parti PP, lancé il y a seulement deux mois par deux entrepreneurs formés à Harvard qui travaillaient également comme ministres par intérim, a réussi à capter l’attention de l’électorat bulgare inconstant et politiquement épuisé et à battre l’ancien parti au pouvoir, et normalement en tête, le parti conservateur GERB dirigé par Boiko Borissov qui a engrangé 22,7%.

Les mathématiques parlementaires habituelles

Une fois confirmé, le PP se verra confier le mandat initial de tenter de concocter une coalition viable au sein des 240 sièges du parlement du pays. En tant que parti centriste, sa liste de partenaires potentiels comprend le parti “Il y a un tel peuple (ITN)”, dirigé par le chanteur pop et ancienne star de la télévision Slavi Trifonov, qui lui-même n’a pas réussi à former une coalition viable lorsqu’il a reçu le mandat au cours de l’été. . Lors de ce tour, l’ITN a recueilli environ 9,5% des voix, une baisse substantielle par rapport au début de cette année.

En essayant de former un bloc anti-GERB, le chef du PP, Kiril Petkov, a également laissé entendre qu’il parlerait sérieusement avec le parti de droite « Bulgarie démocratique » (DB), qui a obtenu 6,3 % des voix ainsi que la Bulgarie. Parti socialiste qui a recueilli environ 10,2%, avec des performances inattendues dimanche.

Les premiers contacts ont déjà commencé, mais les pourparlers de coalition peuvent normalement prendre des semaines et, comme le monde l’a vu plus tôt cette année, peuvent automatiquement déclencher de nouvelles élections après que trois partis n’ont pas réussi, successivement, à réunir la majorité requise.

Second tour présidentiel

Les élections présidentielles simultanées n’ont pas produit de vainqueur, par conséquent, un second tour pour ce poste en grande partie cérémoniel est fixé au 21 novembre. Le second tour aura lieu entre le président sortant Rumen Radev, qui est soutenu par plusieurs partis, dont le PP et qui est venu de manière alléchante. proche de la victoire avec 49,42 % des voix le 14 novembre, et Anastas Gerdzhikov, soutenu par le GERB, qui a obtenu 22,8 %, selon les résultats définitifs officiels de la Commission électorale centrale.

Impact régional

Alors que les observateurs étrangers manifesteront certainement leur intérêt à voir un autre gouvernement bulgare se ressaisir sur le thème presque éternel de la lutte contre la corruption, la plupart accorderont en réalité beaucoup plus d’attention à la façon dont la politique étrangère de la Bulgarie prend forme. En effet, le différend de longue date entre le pays et la Macédoine du Nord sur la langue et l’identité a des ramifications à l’échelle de l’UE ; La Bulgarie n’approuvera pas un nouvel élargissement de l’UE tant qu’elle n’aura pas été satisfaite (remarque : la résolution de ce différend ne garantit pas que d’autres États membres iront de l’avant, et certains sont hésitants).

Les discussions entre Sofia et Skopje devraient reprendre dès qu’un nouveau gouvernement prendra le relais à Sofia, la plupart des États membres de l’UE s’alignant imprudemment contre les affirmations de l’État membre bulgare selon lesquelles la Macédoine du Nord n’est rien de plus qu’une ramification culturelle et historique de la Bulgarie formée en XXe siècle pour diverses raisons politiques. Les Bulgares ont montré leur capacité à tenir tête au révisionnisme historique de la Macédoine du Nord et à la forte pression de son Union européenne et de ses partisans des ONG jusqu’à présent et on peut supposer que la pression sur Sofia reprendra une fois qu’un nouveau gouvernement sera nommé, peut-être même mentionné. dans les messages de félicitations des grandes puissances.

Du côté positif, le maintien du gouvernement faible à Skopje après que les sociaux-démocrates du Premier ministre Zoran Zaev se soient si mal comportés lors des élections municipales d’octobre pourrait rendre la partie nord-macédonienne plus encline aux compromis, si elle choisit d’emprunter cette voie et de ne pas se cacher derrière des partisans étrangers. .

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici