Sunday, May 22, 2022
Accueil Général Les Tunisiens ne se présentent pas au président Saïed

Les Tunisiens ne se présentent pas au président Saïed

0
50

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

Le président tunisien Kais Saied a pris la semaine dernière le contrôle de la commission électorale indépendante du pays, la dernière garantie démocratique à tomber depuis sa prise de pouvoir en juillet dernier. Jurant de nettoyer la corruption, Saied au cours de l’année écoulée a systématiquement démantelé les institutions les plus importantes créées lors de la transition du printemps arabe en Tunisie, notamment la constitution, le parlement, le haut conseil judiciaire et même la commission anti-corruption. Au lieu de cela, Saied s’est appuyé sur la police et les tribunaux militaires pour harceler, détenir et poursuivre ses opposants politiques.

Les sondages d’opinion depuis la prise de pouvoir suggèrent que ces mesures pourraient trouver un écho auprès d’une population frustrée par une économie morose et des perceptions de corruption. Bien que l’économie se soit détériorée sous le règne de Saied, les sondages continuent de faire état d’une approbation majoritaire pour Saied et ses actions.

Le président tunisien a menacé le système judiciaire. Que pensent les Tunisiens de ces prises de pouvoir ?

Cette perception que la prise de pouvoir est populaire a été cruciale pour son succès. Selon les entretiens que nous avons menés au cours de l’année écoulée, cette perception du soutien public a dissuadé les partis politiques tunisiens et son puissant syndicat, ainsi que les décideurs politiques américains, de se prononcer plus fermement contre le coup d’État de juillet. Un tel soutien public s’avérera également essentiel pour faire passer la nouvelle constitution de Saied par un référendum en juillet, au cours duquel il est susceptible de poursuivre sa vision de responsabiliser la présidence et d’écarter les partis politiques.

Notre recherche, cependant, suggère que ces indications de soutien pourraient être moindres qu’elles ne le paraissent. Depuis décembre, Saied n’a réussi à persuader qu’une petite minorité de ses partisans d’agir en son nom, que ce soit pour descendre dans la rue pour protester contre le gouvernement, pour participer à des consultations en ligne sur la nouvelle constitution ou pour voter en élections locales. Cela suggère que les partisans de Saied pourraient être mieux qualifiés de « majorité silencieuse », peu disposés à agir au-delà d’un soutien passif.

Les attitudes ne correspondent pas toujours à l’action

L’écart entre les attitudes d’enquête et les comportements réels est une constatation de longue date et bien établie dans la recherche par sondage. Des recherches récentes d’Eva-Maria Trüdinger et André Bächtiger, par exemple, suggèrent que cet écart est particulièrement pertinent pour les populistes, dont les partisans sont particulièrement susceptibles d’exprimer un soutien rhétorique aux mécanismes de démocratie directe tels que les référendums – mais ne participent pas réellement au processus. .

La Tunisie a-t-elle un écart d’attitude similaire ? Malgré le soutien supposé de Saied, selon les sondages, il a eu du mal à mobiliser ces supporters en ligne et hors ligne. De plus, nos entretiens de ce printemps avec des politiciens tunisiens favorables au coup d’État suggèrent que Saied est à la fois conscient et de plus en plus préoccupé par son incapacité à mobiliser un soutien public plus large.

Les inquiétudes de Saied ont commencé l’année dernière, à l’occasion du 11e anniversaire de l’auto-immolation de Mohamed Bouazizi, l’événement qui a déclenché la révolution tunisienne de 2010-2011 – et le printemps arabe au sens large. Saied avait déplacé le jour de commémoration officiel au 17 décembre, plutôt qu’au 14 janvier (le jour où le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a été renversé), pour refléter son point de vue selon lequel la révolution ce jour-là avait été détournée par les partis politiques. Mais peu de gens se sont présentés pour célébrer son nouveau Jour de la Révolution, contrairement aux milliers de personnes qui se sont rendues chaque année le 14 janvier. De même, lorsque Saied a appelé ses partisans à protester contre le Conseil judiciaire suprême le 6 février, moins de 400 personnes s’est montré.

La Tunisie a sa toute première femme Premier ministre. Ce n’est pas aussi bon pour la démocratie qu’il n’y paraît.

Un deuxième drapeau rouge a été la consultation en ligne que Saied a organisée au cours des trois premiers mois de cette année, qui visait à recueillir l’opinion publique sur une nouvelle constitution. Malgré l’utilisation des ressources gouvernementales pour encourager la participation – offrant même un accès gratuit à Internet via 250 “maisons de jeunes” – seulement environ 535 000 personnes sur une population de 11,8 millions ont participé.

Cela représente environ 6% des citoyens de 16 ans et plus qui étaient éligibles pour participer. Et c’est bien loin des 3,5 millions de Saïed initialement attendus pour participer à la consultation, ou encore des 2,8 millions de votes qu’il a recueillis au second tour de la présidentielle de 2019.

Un dernier indicateur que les niveaux de soutien de Saied pourraient être une illusion était le faible taux de participation aux élections municipales partielles des 26 et 27 mars. Les élections municipales n’ont jamais engendré un taux de participation élevé, mais les chiffres dérisoires étaient bien inférieurs aux niveaux de 2018, malgré une inscription électorale plus élevée. Bien que Saied n’ait pas encouragé ses partisans à voter lors de ces élections, le faible taux de participation augure mal de sa vision d’une démocratie directe avec des élections municipales en leur cœur.

Ces signes suggèrent que Saied pourrait être incapable de persuader un grand nombre de Tunisiens – même ceux qui disent le soutenir – de voter, d’assister à un rassemblement pro-gouvernemental ou même de remplir un questionnaire en ligne en son nom. Ces signes soulèvent donc des questions quant à savoir si Saied peut réellement mobiliser suffisamment de voix pour adopter sa nouvelle constitution en juillet, et même pour être réélu.

Ne manquez aucune des analyses intelligentes de TMC ! Inscrivez-vous à notre newsletter.

Les partisans sur lesquels il peut compter pour se mobiliser dans la rue ou dans les urnes pourraient aujourd’hui être plus proches des chiffres qui l’ont soutenu au premier tour de l’élection présidentielle de 2019 (18 %) plutôt qu’au second tour (73 %), lorsqu’il a obtenu le soutien des principaux partis politiques – dont chacun s’oppose désormais à lui.

Le plan de Saied appelle à la création d’un nouveau système politique, et cela nécessite l’adoption d’un référendum constitutionnel cet été. Il peut encore y parvenir, en combinant la mobilisation de sa base, la cooptation de certains partis d’opposition et la répression des autres. Mais s’il ne peut pas et que toutes les parties trouvent un terrain d’entente pour s’opposer à la nouvelle expérience constitutionnelle, Saied pourrait faire face à des vents contraires lors du référendum de juillet – et des élections législatives prévues en décembre.

[Professors: Check out TMC’s ever-expanding list of classroom topic guides]

Mohamed Dhia Hammami (@MedDhiaH) est doctorant en sciences politiques à la Maxwell School of Citizenship and Public Affairs de l’Université de Syracuse.

Sharan Grewal (@sh_grewal) est professeur adjoint de gouvernement à William & Mary, chercheur non résident à la Brookings Institution et chercheur principal non résident au Project on Middle East Democracy.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire